L’Université Laval retire ses billes du pétrole et Maurais pète les plombs

L’Université Laval s’engage à retirer ses investissements dans le secteur des énergies fossiles. C’est une première pour une université canadienne.

Il n’en faut pas plus pour faire péter les plombs à la radio-poubelle. Pas surprenant, sachant qu’elle est vendue à l’industrie automobile. Maurais insulte et dénigre les écologistes dans l’extrait suivant.

Vous trouvez ces propos inacceptables? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

Radio X: insultes envers des écolos

16 février 2017, Maurais live, avec Dominic Maurais

8h55 : DM- « Nous autres [l’Université Laval] on est avec Greenpeace et les radicaux de l’écologie (…) C’est de l’écolopathie, c’est du délire, c’est de la religion, c’est de l’écolopathie, c’est de la folie, c’est de la maladie (…) sont contre le pétrole et les dérivés du pétrole (…) Les ilots de chaleur! (rire) L’été dure 6 weekends (…)

maurais-live_2017-02-16-8h55-anti-ecolo.mp3

Maurais s’attaque à Alice Paquet

Le 15 février 2017, a lieu un rassemblement dénonçant la culture du viol en face de l’Assemblée Nationale. Alice Paquet y encourage les femmes à dénoncer leur agresseur. Elle est soutenue par plusieurs survivantes.

Quelle belle occasion pour la radio-poubelle de sortir son discours paternaliste, de faire du  mansplaining et d’insulter les survivantes.

Dès le lendemain, Dominic Maurais présente Alice comme une hystérique, une « perdue » manipulée, frivole et incohérente. Tout en enrobant son discours de faux « bons sentiments ».

Sachant que Maurais est lui-même une victime de viol, c’est assez consternant de constater son absence totale d’empathie. En fait, c’est le contraire, il est plein de haine envers les victimes quand ce sont des femmes.

Pour résumer le discours de Maurais…

  • Alice est fragile, frivole, manipulable et incohérente.
  • Les féministes sont des hystériques manipulant Alice. Leur but n’est pas d’aider Alice.
  • Lui, il sait ce qui est bon pour Alice.
  • Il n’y a pas de culture du viol (sans le démontrer).

Suite aux agressions sexuelles à l’Université Laval, Maurais démontrait le même mépris, en octobre 2016.

Vous trouvez ces propos inacceptables? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

Radio X: Maurais s’attaque à Alice Paquet

16 février 2017, Maurais live, avec Dominic Maurais, Jean-Christophe Ouellet et Martin Busuttil (00:09:37)

6h30 : MB- « Une cinquantaine de personnes, qui se sont présentées… »

DM- « …Des tuques à pompon là, qui sont allées crier devant un chantier de construction (…) Pour ceux qui connaissent pas le secteur, c’est un chantier de construction. Quand même tu crierais avec une tuque à pompon, il n’y a personne qui va t’entendre en-dedans (…) »

JCO- « Voilà un extrait de son discours devant les 50,000, pardon, les 50 personnes. »

L’équipe diffuse le discours d’Alice.

DM- « Reste chez-vous! (pendant le discours d’Alice) »

DM- « Il veut arrêter de boire, déclare-t-il, à la SAQ  (…)

Je veux vraiment me retirer de ce dossier là, dit-elle devant les micros, entourée d’une gang de tuques en acrylique, devant le parlement, pour tenter d’impressionner qui au juste? Tsé, la culture du viol, il n’y en a pas (…) Où sont les manifs maintenant à l’Université Laval concernant les deux seules personnes accusées d’agression sexuelle (…) « 

JCO- « Alice voulait tellement pas être là qu’elle est allée donner une entrevue à RDI (…) »

DM- « Allez manifester pour exiger que ces gens-là quittent le pays. Peut-être. Ça serait bon. M. Baris là, 19 ans, originaire de la Guinée. »

JCO- « Ses amis ont besoin de lui dire d’arrêter ça (…) Les journalistes aussi, lâchez-la (…) La fille est fragile, lâchez-la »

DM- « Ça serait peut-être bon d’avertir aussi Québec Solidaire. Pas obligé de lui demander de se présenter aux élections (…) message à Manon Massé, il ne faut pas qu’elle se présente en politique. C’est pas bon pour elle. Elle sera manipulée (…) Elle a un carré rouge après le foulard . C’est la marque du foulard (…) J’ai peur qu’elle tombe dans le panneau et qu’elle soit manipulée comme une catin avec sa face sur les poteaux (…) »

maurais-live_2017-02-16-6h30-insultes-Alice-Paquet.mp3

Attentat à la mosquée de Sainte-Foy: la revue de presse, semaine 3

C’est la troisième semaine après l’attentat de la mosquée de Sainte-Foy. Revue de presse.

Deltell accusé d’avoir contribué au climat malsain ayant mené à l’attentat de Québec

Le député libéral ontarien Omar Alghabra a soutenu jeudi à la Chambre des communes que M. Deltell avait alimenté le discours de méfiance envers les musulmans avec ses fréquentes interventions sur les ondes de la radio de Québec.

TVA. 16 février 2017.

Islamophobia on the rise in Quebec

Xenophobic sentiment is increasing in Quebec, including on the airwaves. Our correspondents report.

France 24. 16 février 2017.

Islamophobia is a threat to us all, Canada’s silent majority must speak up

Shock-jock radio hosts who are heard on what’s termed as “trash radio” also seemed to initially feel regret.

Euro news. 15 février 2017.

Radio Poubelle: Quebec’s Popular Islamophobic and Racist Radio Station

At the meeting on Islamophobia, a man mentioned a radio station in Quebec called Radio Poubelle, or Trash Radio, that continuously attacks Muslims and Islam. He said that he has to listen to it on the bus to school everyday, because his bus driver listens to it.

The MCGill international review. 13 février 2017.

De la radio poubelle dans les autobus scolaires

Ce n’est pas un appel à la censure, mais à la responsabilité des écoles

Le Devoir. 13 février 2017.

Islamophobie: Que l’on continue!, selon Radio X

Dans le mouvement de ressac islamophobe post-attentat, Radio X se démarque en donnant la voix aux nationalistes. L’avocat Guy Bertrand et l’ex-ministre péquiste Jacques Brassard, dans ce cas-ci.

Le nationalisme québécois peut-être revendiqué par la radio-poubelle à une condition: qu’il soit brandi pour stigmatiser l’étranger ou celui qui est considéré comme tel.

Dans les deux extraits suivants, remarquez comment l’avocat Guy Bertrand amalgame islam, immigrant et réfugié. Tendez l’oreille à l’incroyable déni dont Brassard et Bertrand font preuve, ainsi qu’à leur discours islamophobe décomplexé, alors qu’à peine deux semaines se sont écoulées après l’attentat.

On peut résumer leurs positions ainsi :

  • Les musulmans endeuillés, on s’en tape
  • C’est nous les victimes. On veut brimer notre liberté de dire des propos islamophobes
  • Nous ne sommes responsables de rien (sans même avoir envisagé une seconde le contraire) #NotMyFault
  • Il ne faut rien changer à rien

Donc, après l’attentat, l’islamophobie, que l’on continue!

Dans l’attente d’une réaction de Joël Lightbound à l’un ou l’autre des propos islamophobes de la radio, vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs.

Radio X: entrevue post-attentat avec Guy Bertrand

13 février 2017, Maurais live, avec Dominic Maurais et Guy Bertrand (00:15:34)

9h04: Maurais passe l’extrait du discours du député de Sainte-Foy, Joël Lightbound, fustigeant l’islamophobie:

DM-« Il y a beaucoup de culpabilité là-dedans (…)

GB- Personne ne doit se sentir coupable d’aucune façon. Aucune personne ne doit se refuser de parler, ni vous à la radio, ni moi comme avocat, ni les partis de droite, j’ai donné comme exemple Marine Le Pen (…) [le discours de Lightbound] C’est grossièrement exagéré. C’est du théâtre dans son cas (…) On dit les radios parlées de Québec, comme si vous étiez tarés (…) Vos propos représentent ce que le monde pense et croit, du moins dans la région de Québec (…)

Puis, Bertrand s’intéresse à l’aspect juridique de la loi sur les propos haineux.

GB- « (…) Je vous écoute régulièrement, même vous autres, les animateurs, votre langage a changé. Vous êtes plus… Vous faites plus attention (…) C’est pas vrai qu’il y a une religion sur la terre qui va venir brimer notre liberté (…) Tout le monde a droit à l’opinion, tant que c’est pas fait avec méchanceté (…) l’islam c’est un sujet délicat, mais comment se fait-il que c’est le seul groupe d’immigrants qui, dans tous les pays, amène les gens à se poser des questions? Avez-vous déjà entendu de l’intégration des Chinois, des Polonais, des Grecs, des Italiens (…) [NDLR: Oui, à chaque crise, comme dans les années 30s, par exemple].

GB-  « Je donne pas la faute aux immigrants, c’est la constitution qui leur donne le droit de venir ici et de choisir de vivre comme s’ils étaient chez eux, en leur donnant des accommodements religieux (…) [La constitution] met en valeur les autres cultures au détriment (…) la culture québécoise est réduite au rang de toutes les cultures. Il n’y a plus de culture dominante, comme ça existe dans tous les pays du monde. »

2017-02-13-9h04-guy-bertrand-attentat-islamophobe.mp3

Radio X : entrevue post-attentat avec Jacques Brassard

9 février 2017, Maurais live, avec Jacques Brassard et Dominic Maurais (00:16:02)

9h05 : JB- « Il y a eu une coalition médiatique à Montréal qui s’est attaquée aux radios de Québec [NDLR: un grand nombre de membres de la communauté musulmane de Québec ont dénoncé la radio] (…) C’est un crime inqualifiable qui a été fait par un déséquilibré [NDLR pas un raciste ni un nationaliste, encore moins un islamophobe] et je suis furieux de voir qu’on essaie de culpabiliser les Québécois. On aurait une grande part de responsabilité dans cet événement épouvantable. Ça me met en furie. Les Québécois n’ont absolument rien à se reprocher dans ce massacre de la Grande mosquée de Québec (…) »

DM- « Le mot islamophobie, il est chargé. Il y a quelque chose de vicieux là-dedans. C’est un mot chargé politiquement »

JB – « (…) C’est manifester de la haine envers l’Islam et les musulmans. C’est comme ça qu’on le comprend (…) « 

DM- « Craignez-vous qu’on tente de vous museler? »

JB- « Oui, c’est ça l’opération qui est en cours. C’est une opération de récupération politique de la fusillade. On l’a vu hier, c’est une quarantaine de groupes du Canada qui ont fait une série de réclamations contre l’islamophobie et contre le racisme systémique (…) On accuse les Québécois de pratiquer le racisme systémique » 

JB- « On ne cesse de faire taire les voix discordantes, les radios de Québec inclues (…) » [NDLR: pourtant on les entend très bien] On veut profiter, c’est de la récupération (…) »

JB- « De l’islamophobie, moi j’en vois pas. J’en vois nulle part. Du racisme systémique, j’en vois pas (…) Moi, de dire qu’il y a du racisme systémique, c’est aberrant de dire ça. Il n’y en a pas »

DM- « Qu’avez-vous pensé de Régis Labeaume qui a donné (…) 50,000$ pour compenser (…) »

JB- « Là, on va loin là. On peut se recueillir, on peut le déplorer. On s’en va où avec tout ça? À chaque fois qu’il y aura un événement, il faudra que les hommes politiques se battent la coulpe (sic), fassent leur mea culpa, puis trouvent moyen de donner des fonds publics pour essayer de compenser, euh, ce qui est absurde dans le fond. On peut pas compenser avec de l’argent (…) »

JB- « [Le allahu akbar de Philippe Couillard] c’est de l’aplaventrisme. Ça me déplait souverainement de voir ça. C’est un manque d’honneur. Il faut rester bien droit. C’est prétendre qu’on est coupable (…) Les Québécois sont pas coupables de ça! Pourquoi on serait coupable quand ça concerne les musulmans? »

JB- « Il faut qu’on préserve la liberté de parole [NDLR: Et surtout la liberté de tenir des propos islamophobes] (…) Critiquer la religion, ça fait partie de la liberté (…) Pourquoi l’Islam serait une religion à part? (…) On ne doit pas appliquer les recommandations de ces 40 groupes musulmans (…) Il veulent nous faire taire. »

Suivi par un discours de revendication identitaire.

2017-02-09-9h05-jacques-brassard-attentat-islamophobie.mp3

Radio-poubelle dans les autobus: la liberté d’être islamophobe défendue à l’Assemblée Nationale malgré 6 morts

Spectaculaire volte-face de la Commission scolaire de la Capitale. Après avoir interdit à ses chauffeurs d’autobus d’écouter la radio-poubelle au travail, celle-ci revient sur sa décision quelques heures plus tard.

Et malgré tous les beaux discours suite à l’attentat, les élites politiques semblent déterminées à préserver le statu quo en ce qui concerne la radio-poubelle, islamophobie ou pas.

Récit d’une autre anecdote qui en dit long sur l’influence de la radio-poubelle.

Chronologie

29 janvier

Un tueur abat six personnes à la mosquée de Sainte-Foy. Suite à ce triste événement, plusieurs survivants de la communauté musulmane dénoncent l’islamophobie de la radio-poubelle.

1 février

Le maire de Québec dénonce les radios qui attisent la haine.

« Je pense qu’il y a des choses qui ne pourront plus être dites. Il y a des gens qui devront réfléchir. Le niveau de haine qui existe dans certains milieux ne pourra plus exister et il faut vraiment, à partir de maintenant, combattre ça », affirme-t-il.

Le député libéral fédéral de Sainte-Foy fait un discours émouvant. Il affirme qu’il est temps de mettre fin à l’islamophobie:

« Aujourd’hui, je veux aussi leur demander pardon. Pardon d’avoir observé, ces dernières années, leur ostracisation et leur stigmatisation, d’avoir vu prendre racine dans le cœur de mes semblables la peur, la méfiance et la haine, d’avoir fait de mon mieux pour y répondre, mais de ne pas en avoir fait assez. »

Plusieurs autres politiciens se rallient à cette position.

7 février, neuf jours après l’attentat

La Commission scolaire de la Capitale décide de prendre les choses en main. Elle agit concrètement contre l’islamophobie en interdisant la radio-poubelle dans ses autobus.

« Les messages qui y sont véhiculés ne sont pas appropriés pour des enfants et ne correspondent pas aux valeurs que nous voulons leur transmettre. L’autobus est le prolongement de l’école », indique la note.

Aussitôt, quelqu’un à la commission scolaire fait suivre la décision à Dominic Maurais, de Radio X, qui s’indigne sur Facebook. Il publie le courriel de la coordonnatrice au transport de la commission scolaire.

15h, Éric Caire, député de la CAQ et collaborateur régulier de Radio X, fustige la commission scolaire qui serait en train de « censurer » et de « priver de liberté d’expression » une pauvre radio. Les mêmes arguments bidons de l’épisode libârté en 2005.

La commission scolaire, surprise par la réaction et sans doute inondée de courriels haineux, retire la décision controversée.

Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation et chroniqueur de Radio X avant d’être ministre, en rajoute lui aussi une couche sur la censure et la liberté d’expression, même si c’est superflu.

Radio X défend Radio X

16h30, l’Assemblée nationale rend hommage aux victimes de l’attentat.

Après ça, plus personne ne s’intéresse à l’avis de l’imam de la mosquée de la capitale, Mohamed El Hafid, appuyant la Commission scolaire.

« Si on veut discuter du sujet, on discute du sujet, mais dans un environnement encadré et balisé », a-t-il fait valoir.

Conclusion

La liberté d’émettre des propos islamophobes est préservée par les mêmes qui fustigeaient l’islamophobie quelques jours avant et qui pleuraient les morts quelques minutes après. Personne ne trouve ça contradictoire. Les journalistes publient les articles sans indiquer les affiliations de Caire et de Proulx avec Radio X.

La liberté des enfants d’entendre des propos islamophobes est ainsi protégée. Le droit du chauffeur de faire entendre sa radio à tout l’autobus, sans le consentement des passagers, est préservé.

Après avoir passé vingt ans à protéger la liberté d’expression des animateurs de radio haineux, on attend toujours que quelqu’un pense à la liberté d’expression des autres, les musulmans endeuillés dans ce cas-ci, qui se font encore dénigrer à tour de bras à la radio-poubelle. Mais ça, pour Caire et Proulx, entre autres, c’est pas important.

La liberté, dans le sens d’émancipation, est piétinée.

Six morts, et toujours pas l’ombre d’un changement dans la vieille capitale.