Archives mensuelles : juillet 2012

Collaboration avec l’extrême-droite: Monette persiste et signe

Carl Monette

En parlant du mouvement étudiant, Carl Monette a dit hier la chose suivante:
« La CLASSE on le sait ils appartiennent tous à des groupes crupuscules (sic) genre d’extrême-gauche que vous pouvez pas avoir au Québec. Fa que c’est pas bin bin compliqué. Pour moi, moi je trouve que c’est des dangereux. C’est des groupes minimes qui représentent l’extrême-gauche. »

Pour enchainer…
« Ce sont tous des communistes extrêmistes qui ont tous des agendas cachés avec certain groupuscules et parti politique. C’est juste ça, il veulent juste faire de la marde. »

Et ça se conclue par un discours antisyndical « Les syndicats sont uniquement là pour se remplir les coffres ».

La source des informations de Carl Monette, digne de l’époque du maccarthysme, est Pierre Jean-Jacques. Pour en savoir plus, lire Qui est Pierre Jean-Jacques (PJJ007) ? Un néo-nazi démasqué ! et PJJ, fachos et radio-poubelles: sous le signe de la collaboration mutuelle sur Fachowatch. Monette a déjà été condamné par le conseil de presse pour avoir utilisé cette source jugée peu fiable.

CHOI: c’est tous des communistes extrêmistes (00:02:46)

23 juillet 2012, Dess le midi avec Vincent Dessureault et Carl Monette. Montage.

Les gens de la CLASSE « Ce sont tous des communistes extrêmistes ». Suivi d’un discours anti-syndical.

23Juillet2012-Choi-DessLeMidi-CTousDesCommunistesExtremistes.mp3

Les zélotes de la liberté appuient la censure

maurais

Comment peut-on prétendre être défenseur de la liberté d’expression tout en incitant le musellement de ses adversaires? C’est le grand écart que réalise régulièrement la radio-poubelle.

CHOI: en appui à la censure (00:19:44)
20 juillet 2012, « Maurais en jase« , avec Dominic Maurais
Dans une entrevue avec le maire de Trois-Pistoles, l’animateur Dominic Maurais ne tarit pas d’éloge envers le magistrat. Tout sera fait pour empêcher Gabriel Nadeau-Dubois de prendre la parole à l’Échofête.
11543.mp3

Comment défendre, d’un côté, le droit à la diffamation et aux insultes gratuites et de l’autre, prôner la censure pour le porte-parole d’une association étudiante?

Le Globe a d’ailleurs réagi à cette entrevue avec un article qui va dans le même sens que nous
Le droit à l’opinion selon le maire de Trois-Pistoles, 22 juillet 2012.

Qu’est-ce qu’on attend pour les frapper ?

Jeff Fillion

Jean-François Fillion y va de sa méthode pour régler la grève étudiante:
« Sacrament, c’est quoi qu’on attend pour les frapper, esti, st’assez là
fesse! »

Et c’est suivi d’un discours sexiste:
« ça prend pas des filles là, crisse. Pas besoin de fille, là. Le premier ministre st’un gars, là. Le ministre de la sécurité publique, st’un gars, c’est Dutil. Le maire de Montréal, c’est Tremblay. Le chef de police que j’ai vu, je l’ai vu à Tout le monde en parle, st’un gars. Pas besoin de mettre quatre filles!
Un gars…
Quatre filles, quatre gars, c’est tout le temps d’même pour la télé c’est tu fatigant ça? Hey là, faut pas oublier de mettre quatre filles. Tabarnac s’tannant. »

Pour enchaîner:
« s’il y a manifestation, vous allez être battus »

Radio-pirate: qu’est-ce qu’on attend pour les frapper (00:07:07)
? 2012, Jean-François Fillion et ses collaborateurs
Fillion incite à la violence contre les étudiants. C’est suivi d’un discours sexiste.
11541.mp3

La grève étudiante et le FLQ

La journaliste Francine Pelletier écrit la chose suivante:

Il fallait bien sûr s’attendre à ce que le manifeste de LA CLASSE fasse jaser. Bien qu’à mille lieues du brûlot, le simple fait d’appeler ça un « manifeste » semble raviver chez plusieurs des souvenirs… explosifs? Personne n’a encore évoqué le FLQ, à ce que je sache, mais des images de bombes doivent bien trotter dans la tête de certains.
Le manifeste qui fait grincer des dents

Personne, sauf la radio-poubelle. Sylvain Bouchard a fait le rapprochement, à plusieurs reprises, entre la crise d’octobre 1970 et la grève étudiante de 2012. Il va même jusqu’à dire que cette dernière est pire.

 « Sylvain – Ce qu’on vit présentement, est plus inquiétant et dangereux que la crise d’octobre. (…) on est assis sur une bombe. (…) Alors, la loi des mesures de guerre malgré tout? Non. Là, tu suite? Pas sûr.
Josey – Donnons du pouvoir aux policiers!
Sylvain – Moi, ce que j’attends c’est un leader. J’attends un politicien qui me dise désormais, là, le party est fini. Là, on s’excuse, on a peut-être été tolérant un peu. On a voulu être bon joueur avec les étudiants. »

Pour poursuivre un peu plus tard…

« (…) du côté des directions, là, on va demander l’aide de la police. Mais parce que ça fait plusieurs fois que vous demandez l’aide de la police pis ça marche pas. Ça fait que rendu là, rendu là, ça va être l’armée. Là, vous allez dire : ça pas d’bon sens… mais là, ils se tasseront, y ont juste à se tasser! Si la police est pas capable ».

De quoi faire réfléchir ceux qui refusent de faire le lien entre la radio-poubelle et sa proximité idéologique avec l’autoritarisme fasciste.

93.3: La grève de 2012 pire qu’octobre 1970 (00:15:21)
14 mai 2012, « Bouchard en parle », avec Sylvain Bouchard et Josey Arsenault.
Sylvain Bouchard compare le conflit étudiant avec la crise d’octobre 1970. Sa conclusion: la grève de 2012 est pire. Il poursuit en disant « ce que j’attends, c’est un leader » en évoquant le recours à l’armée.

la-crise-actuelle-pire-que-celle-d-octobre-1970.mp3