Archives mensuelles : mai 2013

Bouchard lance un festival masculiniste

bbqfest

Le dimanche 2 juin aura lieu la Journée internationale des gars. Initié par Sylvain Bouchard du 93,3, elle vise à donner des fonds au centre d’aide pour hommes AutonHommie. Toute une panoplie d’activités, considérées masculines, seront mises de l’avant à l’Espace 400e.

L’évènement peut-il être qualifié de masculiniste? Le message d’accueil du site web est le suivant:

Cette journée est conçue et réfléchie pour vous, les gars, afin de vous offrir une journée typiquement masculine, aux vrais gars, aux pères, aux fils, et qui se veut une célébration en famille! La cause des hommes est souvent oubliée. Pourtant, eux aussi vivent des moments difficiles, des douleurs, des tragédies et méritent tout autant le soutien et l’empathie.

Sylvain Bouchard

La Journée internationale des gars est une initiative de Sylvain Bouchard du 93,3. À la radio, celui-ci porte un discours typiquement masculiniste. « Les centres de femmes ont plein d’argent de l’État, les hommes n’ont rien », dit-il régulièrement en gros. Un autre thème fort est l’avortement, qui serait utilisé « trop fréquemment » et qui devrait être plus controlé selon lui (21 mars 2013, 4 février 2013, 11 octobre 2013).

Le 17 septembre 2012, Bouchard va jusqu’à suggérer aux femmes leur retour au foyer.

Il y aura du Muscle car, des BBQ, des changements de pneus, des tours de Lamborghini, du maquillage, des jeux gonflables, du taureau mécanique, des hommes forts et une partie médiévale.

Pour en savoir plus sur l’antiféminisme, lire Polytechnique 20 ans après: les antiféministes toujours bien présents­ sur lapresse.ca.

Partenaires de l’évènement:

journeeinternationaledesgars.com

Terrorisme et propagande de droite

Quelques semaines après que CHOI se soit converti au Parti Conservateur du Québec, Sylvain Bouchard embarque dans la parade. Ça serait surprenant de revoir surgir l’initiative « Cols rouges » aux prochaines élections.

PCQ

Faire une autre campagne sur le thème du changement? Quelle idée originale!

93,3 : entrevue avec Adrien Pouliot (00:11:32)
23 mai 2013, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard
8h30: Entrevue avec Adrien Pouliot et lectures de courriels sur le sujet. « Ce que vous proposez, c’est révolutionnaire. (…) C’est nouveau (…) J’aime ça »

2013.05.23-08.30-933-EntrevuePouliotP1.mp3

93,3 : entrevue avec Adrien Pouliot (00:08:31)
23 mai 2013, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard
8h45: lecture de courriels suite à l’entrevue. « Je vote pour lui à 100,000 à l’heure (…) Il nous reste tu assez de courage pour dire on s’bat, on veut notre liberté? »

2013.05.23-08.30-933-BilanPouliotP2.mp3

CHOI : Martineau paranoïa (00:01:42)
23 mai 2013, Maurais live avec Richard Martineau
10h00: Martineau raconte que depuis l’épisode du soldat qui se fait tuer à Londres, il a peur des arabes… « Ils coupent la tête des gens dans la rue à Londres! »

Maurais_live_23_05_2013_9h54_10h20-MartineauEtLesArabes.mp3

93,3: discussion louche sur le terrorisme (00:07:47)
23 mai 2013, Bouchard en parle avec Sylvian Bouchard et Josey Arsenault
7h15 : discussion sur le terrorisme avec les statistiques louches d’Antagoniste.

2013.05.23-07.00-933-MeurtreSoldatLondresDiscussionLouche.mp3

 

Stéphane Dupont mis en demeure par la police

L’animateur de l’émission du midi à Radio X Québec est mis en demeure par la police de Québec ce 28 mai.

La police de Québec met en demeure l’animateur de CHOI FM, Stéphane Dupont, de s’excuser publiquement pour des propos jugés «insultants et injurieux» tenus envers son service.
Stéphane Dupont mis en demeure par la police de Québec

L’incident survient suite à l’alerte à la bombe anonyme au Marché Jean-Talon ou Dupont devait tenir un kiosque le 4 mai 2013. L’animateur n’a pas été impressionné par le travail policier et le fait savoir bruyamment à l’antenne.

CHOI: travail minable de la police de Québec (00:12:16)
9 mai 2013, Dupont le midi avec Stéphane Dupont
« Y’étaient 15 polices à se pogner le cul! (…) C’est des maudits jaunes! C’est de bons à rien! (…) Vous êtes pourri dans la sécurité du monde. (…) Gang de BS de la police. (…) Gang de raisins (…) Vous êtes des menteurs »

Dupont_le_midi_09_05_2013-AlerteALaBombeMarchJean-talon.mp3

Dupont habite la Rive-Sud.

Curieux de voir CHOI subir sa propre médecine.

Les injonctions font réagir

Les injonctions lancées par CHOI font réagir. Plusieurs ont révélé l’ironie de défendre la liberté d’expression d’une main tout en la pourfendant de l’autre.

Le 24 mai 2013, deux blogues rigolos tournent en dérision la procédure. L’Axe du mad publie l’article Radio X envoie une mise en demeure à 99% des Montréalais. Presqu’au même moment, Le Navet publie La liberté d’expression met en demeure Radio X d’arrêter de dire des niaiseries en son nom.

Le 25 mai 2013, Simon Jodoin publie un texte intitulé Liberté, j’épuise ton nom partout… ou il révèle que le Voir a aussi déjà enlevé un article suite à une mise en demeure de CHOI.

Le 26 mai 2013, un autre blogue publie un article répertoriant les dons offerts par les cadres de CHOI à des partis politiques. On y constate que le Parti libéral et la CAQ sont favoris. Ces informations sont publiques.

Le 27 mai 2013, c’est au tour de Marc-André Cyr de rédiger Radio X : le courage des cowboys. Visiblement, celui-ci se porte candidat pour la réception d’une mise en demeure.

Notons que Radio-Canada a vite fait de retirer l’entrevue accordée à Ériku de leur site web. Ont-ils également reçus une mise en demeure?

Cela ne fait que justifier ce que nous disons: la radio-poubelle entretient un climat toxique. Toute critique est condamnée à être écrasée. Toute personne contestant cet état de fait sera impitoyablement intimidé.

Entretemps, un nouveau groupe Facebook, Unis contre la poursuite-bâillon de Radio X, est créé. Nous vous invitons à le rejoindre.

Il semble bien que pour ce sujet comme bien d’autres, les médias traditionnels sont à la traine.

Victime d’une «poursuite-bâillon», par CHOI Radio X

Le résidant de Québec à qui les propriétaires de CHOI Radio X réclament 250 000 $ en dommages pour avoir administré des sites Web dénigrant leur station se dit victime d’une «poursuite-bâillon» et d’accusations «mensongères». Jean-François Jacob songe même à intenter une poursuite en diffamation.

«La diarrhée verbale se doit d’être dénoncée dans toute société démocratique et ne pas faire l’objet d’une poursuite-bâillon comme ils sont en train de faire», lance M. Jacob en entrevue avec Le Soleil.

L’agent d’assurance a créé en mars la page Facebook «Québec s’excuse pour sa radio-poubelle», qui compte aujourd’hui près de 1400 adeptes. «Mon but, c’était de donner la voix aux gens qui étaient écoeurés ou qui subissent les manières de procéder» des radios comme CHOI Radio X, souvent qualifiées de «radios-poubelles». Cette semaine, Radio-Nord Communications (RNC), propriétaire de CHOI Radio X à Québec et à Montréal, a déposé une demande d’injonction en Cour supérieure pour faire fermer des blogues, des pages Facebook et des liens sur Twitter et YouTube qui dénigrent ses stations.

(…)

«Je me sens brimé dans mes droits, intimidé, pis à la limite diffamé», exprime Jean-François Jacob, en n’excluant pas la possibilité d’intenter une poursuite en diffamation contre les propriétaires de CHOI Radio X.

«Je suis devenu victime de ce que je dénonçais», constate M. Jacob. Ironiquement, il se rappelle avoir manifesté «comme un gros jambon» pour éviter la fermeture de CHOI, en 2004. «Je n’étais pas plus un fan de la radio-poubelle, mais je n’étais pas pour qu’on ferme une station de radio au complet, parce que je crois à la liberté d’expression.»
Victime d’une «poursuite-bâillon», par CHOI Radio X sur lapresse.ca

Pour répondre à Patrice Demers, la Coalition met en ligne la plupart des extraits sans montage. Ceux qui constituent un montage sont indiqué tel quel. Nous mettons aussi des extraits de plus en plus long justement pour inclure tout le sacro-saint « contexte », qui semble justifier tout et n’importe quoi.

Le patron fait cette éclairante remarque: «Toutes les opinions peuvent être exprimées en autant qu’elles sont faites de bonne manière.» Ça alors, M. Demers devrait en parler à ses employés.