Archives mensuelles : mars 2015

En rafale, plusieurs menaces de violence contre les étudiants

Vous ne le savez peut-être pas, mais il est plus facile de menacer quelqu’un de lui infliger des sévices corporels graves s’ils sont jeunes ou encore des enfants. Apparemment, on accepte ça.

La radio-poubelle peut menacer de percer les lignes de piquetage avec des gros bras, de les asperger d’eau avec un camion de pompier, de leur casser la gueule à coups de barre à clous, de les matraquer, les gazer, les poivrer. Sans conséquences.

Vous en avez assez de cette impunité? Écrivez aux annonceurs.

93.3: des barres à clou pour leur casser la gueule (00:07:58)
23 mars 2015, Normandeau-Duhaime avec Éric Duhaime, Nathalie Normandeau et des auditeurs
12h : « J’ai 3 solutions. Supprimer les sciences molles parce que c’est eux-autres qui sont toujours en grève (…) On n’a pas bien bien besoin de ça (…) Est-ce qu’on est sûr que c’est pas des gros bras engagés par les centrales syndicales pour foutre la merde? (…) Qu’est-ce qu’on fait nous-autres les payeurs de taxe? Est-ce qu’on sort nos barres à clou pour leur casser la gueule? Qu’est-ce qu’on fait là? (…)

Normandeau-duhaime-933-12h-DesBarresAClous.mp3

 

Monette, pour les menaces et l’intimidation, répond toujours présent.

CHOI: Monette veut tous passer les manifestants à la matraque (00:21:29)
24 mars 2015, Monette avec Carl Monette et Richard Décarie
13h05 : « Une chance que je suis pas policier. Je serais pas capable. (…) Tu me laisses là avec une matraque? Je pense que je les passe tous ». Il revient sur Pee-wee. Name dropping: COBP, QS, Femen, IWW.

Monette_24_03_2015-13h05-ChroniqueDeDecarie.mp3

 

CHOI: sortez la hose (00:00:37)
26 mars 2015, Monette avec Carl Monette
12h53 : « Sortez moi la hose« .

Monette_26_03_2015-12h53-sortezLaHose.mp3

 

Bouchard évoque l’idée de mobiliser ses auditeurs pour aller briser les lignes de piquetage à l’Université Laval.

93.3 : faire une genre de contre-manif (00:02:34)
24 mars 2015, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard
7h57 : Bouchard compare le conflit entre les carrés verts et les carrés rouges à un combat de boxe. Puis: « Hier, je disais: il faudrait y aller plus. C’est pas une bonne idée. Faudrait être 100 ou 200. Ils étaient 50 hier. On s’en monte 500, puis on les protège les carrés verts. On rentre avec eux-autres. On va faire une genre de contre-manif. Mais, ça, c’est pas une mauvaise idée. Une contre-manif pacifique. Mais je peux pas, parce que les médias sont biaisés. Les carrés rouges attendent rien que ça. Ils vont nous provoquer (…) Puis là, on va perdre patience et on va répliquer, et on va passer pour les méchants »

2015.03.24-07.57-933-ProtegerLesCarresVerts.mp3

 

Une manifestante a le visage brulé après avoir reçu du gaz lacrymogène. Jérôme Landry applaudit.

CHOI : Naomie blessée, bravo aux policiers (00:01:38)
27 mars 2015, le Show du matin avec Denis Gravel et Jérome Landry
7h32 : « Moi, en tant que payeur de taxes, je trouve que la police a fait un excellent travail (…) Je peux pas reprocher aux policiers de Québec d’utiliser des chiens, des gaz lacrymogènes et du poivre de Cayenne pendant des manifestations illégales, avec des ados attardés, des petits bums qui veulent rien entendre (…) « .

Le_show_du_matin_27_03_2015-7h32-LandryDitBravo.mp3

 

Intimidation
423. (1) Est coupable soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans (…) quiconque:

a) use de violence ou de menaces de violence (…)
b) intimide (…) par des menaces de violence ou d’un autre mal (…)
– Le Code criminel canadien

les médias d’information sont responsables de tout le contenu journalistique qu’ils publient ou diffusent, sans égard au support utilisé, ce qui comprend les comptes de médias sociaux qu’ils exploitent.
– Guide de déontologie du CPQ, Nature et portée

Aguicher, ce n’est pas un jeu

La victime est coupable. C’est le constat auquel arrive le texte de Jérôme Landry dans le Journal de Québec. Vous aurez compris qu’il est question des manifestations étudiantes et de Naomie.

L’argumentaire de la victime-coupable ressemble beaucoup à celui souvent utilisé contre les victimes de viol.

On a donc fait le test et on a très légèrement modifié le texte de Landry pour l’adapter dans un contexte de viol. Le résultat est assez clair.

Le texte original est ici. Les ajouts sont entre parenthèses.

(Aguicher), ce n’est pas un jeu

Les images de la jeune (fille agressée par un homme) de Québec sont tristes à pleurer.

En la voyant, j’ai pensé aux deux enfants de ma blonde. Deux cégépien(nes) qui lisent le (Cosmopolitan), deux jeunes adultes qui (aiment fêter).

J’espère que jamais, (elles) ne se retrouveront le visage à quelques pouces d’un (homme) armé jusqu’au cou, dopé à l’adrénaline.

Comment cette jeune fille en apparence pacifique a-t-elle pu se retrouver là ?

Quel chemin intellectuel a-t-elle parcouru avant de sortir de chez elle pour aller (fêter le soir avec des filles) qui ne cherchaient qu’à provoquer les (hommes) de Québec ?

Je comprends que, dans certains pays, des jeunes puissent risquer leur vie et intégrité physique pour (faire la fête).

Mais au Québec? Sérieux? Il faut être d’une naïveté déconcertante pour penser que la situation (au niveau actuel de la violence contre les femmes) justifie de prendre le risque d’être défiguré(e) dans une (agression) violente.

Mauvaise foi

Si les images de (l’agression) démontrent que l’homme a manqué de jugement en visant la tête de la jeune fille, elles démontrent aussi que les (filles) ont fait preuve d’une évidente mauvaise foi.

Avez-vous vu et entendu les (hommes courtiser) et faire signe à plusieurs reprises aux (filles) de (danser)?

Avez-vous vu la vidéo tournée par Marc V(.) (un) caméraman qui montre clairement un adolescent(e) aller (aguicher) un (homme) avec une telle (insistance) qu’(elle) a réussi à le (titiller)?

Malheureusement, quand on s’associe à ce genre de «filles», on risque de (se faire battre) en pleine figure. Ou d’être (agressée).

Vous savez quoi? On peut même mourir étouffé ou piétiné dans une (agression) de ce genre. Faudrait le réaliser. Participer à une démonstration (d’aguichage) n’a rien de banal, ce n’est pas un jeu qu’on pratique entre deux joints pour le fun.

Cela n’excuse pas le geste d(e) (l’homme) . Mais (la jeune fille) n’aurait pas dû se trouver là à mon avis. Le lendemain, elle reconnaissait elle même en entrevue au Journal, que les (filles) avaient provoqué les (hommes) et qu’elle serait plus prudente à l’avenir.

Bienvenue dans la réalité

L’histoire de cette étudiante est une belle occasion pour nous, les parents, d’avoir de belles discussions avec nos jeunes (filles). Des discussions sur la réalité. Des discussions sur les (hommes) qui oui, peuvent parfois perdre les pédales malgré (un non).

Des discussions sur (le sexisme) aussi. Nos enfants ont peut-être besoin qu’on leur montre à voir ce qui se passe au Québec avec une perspective mondiale. Ils vivent après tout, dans un pays où les inégalités sociales n’ont rien à voir avec la vraie misère humaine.

(Sortir), ((fêter et s’amuser) pacifiquement et légalement, c’est admirable et même nécessaire. C’est sain.

Mais descendre dans la rue avec des (filles) qui prônent (l’aguichage), c’est risqué. (fin du texte).

La radio-poubelle rend hommage au chien policier ayant mordu un manifestant

Le 24 mars, un manifestant est mordu lors d’une manifestation de nuit. La radio-poubelle trouve ça extraordinaire et fait un hommage au chien policier.

Vous avez bien lu. La radio-poubelle applaudit lorsque des manifestants pissent le sang.

CHOI: hommage aux chiens policiers (00:13:41)

26 mars 2015, le Show du matin avec Denis Gravel et Jérôme Landry

6h56 : « Continuez d’utiliser les chiens policiers (…) D’ailleurs, les tasers aussi, si ça continue à crier comme des truies (…) Ça crie comme des truies, puis des orangs-outangs ».
8h05 : Les ados font un hommage à l’escouade canine du SPVQ.
9h10 : « La solution pour régler ça, les chiens policiers ».

Le_show_du_matin_26_03_2015-6h56-hommageAuxChiensPoliciers.mp3

 

Dominic Maurais prend le relais pour faire son propre hommage.

CHOI: hommage à un chien policier (00:09:52)

26 mars 2015, Maurais live avec Dominic Maurais

9h30 : « Le chien policier mérite un bon gainsburger (…) Maudite belle job de la police en passant (…) Non seulement les policiers font leur job, mais également les canines. C’est un message qui est envoyé. Don’t mess around. »

Maurais_live_26_03_2015-9h30-HommageAuChienPolicier.mp3

 

Il y a aussi eu un gra-mau-phaun, un concours poche de musique, de 20 minutes sur le thème des chiens. Les animateurs se sont littéralement délectés de la souffrance du manifestant.