Archives mensuelles : avril 2016

Discipline des enfants: « Vivement un retour du serrage des ouïes », selon Maurais et François Lambert

maurais

La violence c’est mal. Taper quelqu’un dans la figure, c’est digne des hommes de Néandertal. Il ne faut surtout pas faire ça. En plus, c’est criminel.

Sauf… quand la violence est dirigée contre des enfants. Là on peut y aller à cœur joie. Serrer les ouïes ou les bras, voila une saine façon de discipliner un jeune.

C’est du moins ce qu’affirment Dominic Maurais et ses sbires en compagnie d’un nouveau chroniqueur: l’ex-dragon François Lambert.

Vous trouvez ça inacceptable? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

CHOI: vivement un retour du serrage des ouïes (00:13:24)

19 avril 2016, Maurais live avec Dominic Maurais, Francois Lambert, Jean-Christophe Ouellet et Laurent Gaulin

8h26 : « FL- Le problème c’est qu’on ne peut plus rien dire, on ne peut plus serrer quelqu’un. On ne peut pas prendre quelqu’un par le bras et dire  »écoute bien mon petit, viens ici (…) Je pense que serrer les ouïes à quelqu’un une fois de temps en temps, écoute c’est assez » (…)

DM- Je suis pas en désaccord avec ce que tu dis, des fois je serre les ouïes de mes gars, m’a te dire st’assez, là (…) Un serrage d’ouïes, c’est quoi dans ton langage?

F- C’est de le prendre par le bras et de serrer un peu fort (…) C’est ça la politesse aussi (…)

DM- C’est où les ouïes?

JC- C’est en arrière des oreilles (…)

LG- C’est dans le haut du cou (…)

DM- Vivement un retour du serrage des ouïes (…)

JC- Prendre quelqu’un fermement par le bras, quelqu’un étant mes enfants, euh juste pour saisir là, tu laisses pas de marque, là. Puis là, on fait pas l’éloge de frapper les enfants.

DM- Si ça laisse des marques pendant 10 secondes, c’est correct (…) Les fois où j’ai eu une claque, je l’avais méritée. Puis quand tu l’as méritée ta claque, t’as pas envie d’appeler à la DPJ. »

Maurais-live_2016-04-19-Disciplineinfantile.ogg

Plus les enfants reçoivent de fessées, plus ils sont susceptibles de tenir tête à leurs parents, de présenter des comportements antisociaux et agressifs, ou de souffrir de problèmes de santé mentale ou cognitifs, selon une nouvelle étude américaine.

La fessée est inefficace et dangereuse, selon une étude américaine

FAQ: quelques réponses aux questions fréquemment posées

Qu’est-ce que signifie l’expression : radio-poubelle ?

Il s’agit d’une façon de faire de la radio.

Elle est systématiquement raciste, sexiste et homophobe. Elle fustige des boucs-émissaires comme les pauvres, les cyclistes, les gauchistes, les féministes et les étudiants.

Elle est aussi anti-journalistique. Tout en bradant les attributs du journalisme, elle en piétine tous les principes. C’est-à-dire qu’elle désinforme au lieu d’informer. Elle fournit du prêt-à-penser plutôt que de faire réfléchir. Elle fustige les idées divergentes plutôt que de débattre.

Quoi qu’en disent de nombreux commentateurs, la vulgarité, les insultes, les accrochages au bon parler français et la diffamation sont ici des caractéristiques secondaires.

Cherchez-vous à faire perdre des jobs et à fermer des stations de radio ?

Non. Nous voulons la fin de la radio-poubelle.

Pourquoi vous ne changez pas de poste ?

Parce que la radio-poubelle n’est pas qu’un problème individuel. Il affecte toute la ville. Des milliers de petites agressions quotidiennes sont causées ou inspirées par la radio-poubelle.

L’air de la ville de Québec ne s’assainira pas en « changeant de poste ».

Un animateur de radio-poubelle est-il un journaliste ?

Question complexe.

La FPJQ décrit la fonction de journaliste ainsi:

Exerce une FONCTION DE JOURNALISTE la personne qui travaille à la diffusion d’informations ou d’opinions sur des questions d’actualité, dans une optique d’intérêt public, au service des citoyens et non pas intérêts particuliers.

La FPJQ considère aussi que les photographes, caricaturistes, recherchistes, chroniqueurs et animateurs sont des journalistes.

Le Conseil de presse, pour sa part, en fait cette description  :

« journaliste » : toute personne qui, exerçant des fonctions journalistiques et ayant pour objectif de servir le public, recherche, collecte, vérifie, traite, commente ou diffuse de l’information destinée à un large public, sur des questions d’intérêt général;

Ces deux définitions sont claires. Elles font des animateurs de radio populiste des journalistes. Personne ne parle plus de politique, d’affaires publiques et d’actualité qu’eux.

De plus, le Conseil de presse, tribunal d’honneur de la presse québécoise, accepte les plaintes concernant les animateurs.

La plupart des animateurs de radio-poubelle, à part André Arthur, refusent toutefois le titre de journaliste. Mais on sent une ambiguïté sur la question.

Plusieurs journalistes se sont prononcés individuellement contre l’octroi du titre de journaliste à Jean-René Dufort, ou à Jeff Fillion, pour diverses raisons.

De toute façon, il n’existe pas de statut de journaliste professionnel et encore moins d’ordre professionnel. N’importe qui peut se déclarer journaliste.

Qu’est-ce que la liberté d’expression ?

C’est la liberté d’exprimer librement son point de vue. C’est l’une des plus hautes valeurs de nos sociétés démocratiques, et il faut la protéger. C’est un ingrédient nécessaire à une saine démocratie.

Une erreur courante est de définir la liberté par l’absence d’entraves : « je peux dire ce que je veux quand je veux, je suis donc libre ».

Il y a un problème avec cette approche libérale lorsque la liberté d’untel nuit à la liberté d’une autre personne.

La liberté de proférer des propos misogynes et sexistes entrave la liberté des femmes. Et la liberté de la moitié de la population est aussi importante que celle des animateurs, non? La liberté de proférer des propos islamophobes entrave la liberté des musulmans. C’est le moins qu’on puisse dire. Et la liberté des musulmans est aussi importante que celle des animateurs, en théorie, du moins.

Il faut donc une sorte d’équilibre pour que tous et chacun puissent exprimer leur liberté d’expression dans l’équité et l’égalité. Libéré de racisme, de sexisme et d’homophobie qui sont des entraves à la liberté.

Il y a un déséquilibre à la radio de Québec. Les animateurs sont tous blancs, ce sont des hommes en grande majorité et ils ont a peu près tous les mêmes opinions. Les rares alternatives ne font pas le poid. Ou sont les immigrants, les féministes et les gais à la radio privée?

La liberté d’expression ne se résume pas à protéger le privilège d’un animateur de s’exprimer avec des propos controversés. C’est aussi de s’assurer que toutes les opinions peuvent être exprimées sans contrainte dans un environnement propice, sain et varié.

La liberté d’expression c’est aussi de s’assurer qu’il y a une place pour toutes les idées.

Quelle est votre solution ?

Il y a des idées intéressantes dans le rapport L’information au Québec un intérêt public, de Dominique Payette, publié en 2010. Ce rapport sera suivi par des consultations publiques en 2011 dont le document de consultation est également intéressant. Il y est question d’un statut de journaliste professionnel. Ces recommandations sont reprises, en gros, dans le récent rapport L’information à Québec, un enjeu capital, publié en 2015.

Pour résumer à gros traits, le principe est de considérer les animateurs comme ils sont, des journalistes. Puis, de forcer leur adhésion à un organisme chargé de veiller au respect des principes déontologiques de base. Et donner des dents à cet organisme pour qu’il puisse appliquer des sanctions, notamment financières, en cas de faute professionnelle.

Il faut qu’il y ait des conséquences à émettre systématiquement des propos sexistes, islamophobes ou homophobes.

Parce que pour l’instant, c’est l’impunité quasi-complète.

Quel est le rôle d’un média ?

Son rôle est triple: décrire, informer, divertir.

Un média n’est pas forcé d’être objectif. Il peut utiliser le ton de l’opinion et prendre position sur des enjeux afin de remplir son rôle.

L’information que l’on obtient via les médias en vient à définir le monde qui nous entoure. Notre réalité est forgée par la façon dont les médias l’expriment.

C’est d’autant plus vrai, quand cette information est exprimée à un aussi grand nombre de gens, sur des ondes publiques largement accessibles.

C’est pourquoi une information publique de qualité est de la plus haute importance. Nous devons la chérir comme un bien précieux, vital pour la démocratie et nécessaire pour contribuer lucidement au débat public.

Un média doit éclairer plutôt qu’obscurcir.

Quelle est l’idéologie de la radio-poubelle ?

Les propos des animateurs sont souvent cohérents avec une idéologie qu’on peut qualifier de néolibérale ou de libertarienne.

Contre l’État (mais pas contre l’armée, ni la police, ni les autoroutes, ni un amphithéâtre), fétichisant l’individu (soi-même) et niant la société (votre voisin sur l’aide sociale est un parasite).

Leur discours est adapté à leur public cible: les hommes blancs de la génération X ayant les moyens de s’acheter une voiture.

Ils sont pour la peine de mort. Contre l’Islam « radical » (terme flou que Bouchard a déjà résumé par « manger halal »). Pour des entraves à l’avortement.

Leur discours est très collé sur celui de la droite républicaine aux États-Unis.

Ils fétichisent une vision fantasmée de « l’économie », dont l’unique objectif semble être de réduire la dette.

Leurs positions pro-tourisme, pro-petite entreprise et pro-automobile sont mieux comprises lorsqu’on les met en parallèle avec leurs commanditaires. Les animateurs sont souvent porte-parole de concessionnaires automobiles ou de restaurateurs, ce qui fait d’eux des « communicateurs intégrés (embedded) ». C’est-à-dire que, non seulement ils sont la voix du commerce, mais ils peuvent aussi prendre sa défense en cas de problèmes, ou leur offrir du temps d’antenne gratuit sous la forme d’une entrevue.

Plusieurs animateurs sont propriétaires de commerces eux-mêmes. Jean-Christophe Ouellet est propriétaire d’une boutique de vapotage. Jeff Fillion est co-propriétaire d’un golf. Donc, on les entend beaucoup parler de vapotage et de golf. En flagrant conflit d’intérêts.

Malgré le nombre d’animateurs, il est spectaculaire de constater l’harmonie dans leurs idées. Ils ne se démarquent que très peu les uns des autres.

Pourquoi est-ce que vous ne dénoncez pas tel animateur à Radio-Canada ?

Ce n’est pas de la radio-poubelle. Voir la définition plus haut.

Pourquoi ne pas dénoncer telle émission à Montréal ?

Nous vivons à Québec, donc nous nous intéressons à la radio d’ici. Il existe une Coalition sortons les radios-poubelles, au Saguenay. Fondez votre propre Coalition à Montréal. On en a plein les bras avec nos talents locaux.

Cher Bell, pensez-y à deux fois avant d’échanger Fillion pour Jérôme Landry

jerome

Cher Bell,

La décision que vous venez de prendre concernant le congédiement de Jeff Fillion est compréhensible. Nous savons que la réputation de votre entreprise est une valeur importante à vos yeux et que vous souhaitez la préserver.

Par contre, nous comprenons moins votre désir de remplacer Jeff Fillion par Jérôme Landry.

Nous espérons que cette histoire de tweet sur Alexandre Taillefer n’était que la goutte qui a fait déborder le vase. Car s’il est douteux d’être congédié pour un simple tweet, aussi insultant soit-il, il en est autrement si on met dans la balance tout ce que Fillion a dit d’homophobe et de raciste depuis son retour à la radio.

On se souvient bien du tonitruant Badawigate, mais plusieurs déclarations de Fillion n’ont pas fait les manchettes. Celles contre les transsexuels, les gais, l’avortement, des anti-racistes, les itinérants, les musulmans, les Gaspésiens, les Mexicains etc. Ces déclarations auraient toutes mérité au moins une sanction.

On se demande aussi pourquoi vous avez engagé Fillion, en premier lieu, parce que c’était loin d’être mieux sur Radio-pirate.

Néanmoins, nous vous félicitons, car l’intimidation n’est pas acceptable sur des ondes publiques. Alexandre Taillefer a en effet admis, lors d’une entrevue avec Paul Arcand, avoir été ciblé par des trolls de Jeff Fillion les deux mois précédents le tweet fatal.

Compte tenu de tout ça, nous comprenons votre décision de mettre fin au contrat de Jeff Fillion. Selon notre interprétation, quoiqu’en disent les journalistes, ce n’est pas juste l’histoire d’un tweet.

Vous auriez du examiner plus attentivement les antécédents de Fillion avant de l’engager. Et vous vous apprêtez peut-être à faire la même erreur avec Jérôme Landry. Laissez-nous vous éclairer à ce sujet. Tout ce que nous affirmons est appuyé par des extraits audio disponibles dans nos archives.

Saviez-vous que Landry a déjà été condamné, en février 2016, avec Denis Gravel, par le Conseil de Presse pour « pour mépris, discrimination et préjugés » à l’endroit de gens sur l’aide sociale? Selon le duo, ces personnes démunies seraient sales, voleurs et alcooliques.

Landry a aussi été condamné par le CCNR en 2015 quand, toujours accompagné par Gravel, il a proféré des grossièretés contre des cyclistes. Dans ce long discours, le duo est allé jusqu’à menacer les cyclistes:

Gros colon ! Gros cave ! Reste chez-vous. Tu mérites qu’un char te passe dessus.

Au sujet de l’égalité homme-femme, valeur de base de la société québécoise selon un consensus assez bien répandu, Jérôme Landry affirme que « les enfants en n’ont rien à foutre de ces questions-là », le 1 juin 2015 à Radio X.

Le mois précédent, le 5 mai 2015, Jérôme affirme sur les ondes que c’est une « belle perte de temps à l’école de parler d’homosexualité à des 3e année ».

Le 9 avril 2015, Landry qualifie des étudiants de « bums », et il rajoute : « Vous êtes des crottés, des ratés, des crétins, des loosers (…) vous êtes des vidanges. C’est difficile d’être plus raté que ça. ».

Au sujet de toilettes pour transgenres aménagées au Collège Dawson, Landry qualifie, le 26 février 2015, cette idée de « dictature des minorités », ajoutant : « On est rendu malade dans tête ».

Saviez-vous que la conjointe de M. Landry est Josée Morissette, celle qui a comparé deux gais qui s’embrassent à deux chiens? Le Conseil de presse avait jugé ces propos injurieux et remplis de préjugés.

Le 12 décembre 2014, Jérôme Landry appuie les techniques de torture de la CIA, les simulations de noyade, privation de sommeil, plonger la tête dans un bassin d’eau glacé, etc.

Nous avons plusieurs autres extraits de M. Landry dans la section conçue à cet effet.

Tout ça pour dire que si vous tenez à votre réputation au point de briser votre contrat avec Jeff Fillion, vous pourriez y penser à deux fois avant d’engager Jérôme Landry.

En souhaitant que vous preniez la bonne décision.

Agréez, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Brasserie la Faucheuse: Sylvain Bouchard demande aux féministes de choisir « la burka ou le bikini »

bouchard

Controverse autour de la Brasserie la Faucheuse. Le bar affiche des photos de femmes dénudées dans les toilettes des hommes. Sylvain Bouchard invite la co-propriétaire du bar, Élisabeth Leclerc.

Notre grand masculiniste Sylvain Bouchard nous explique alors que les féministes sont en colère parce qu’elles sont frustrées d’être laides.

93.3: brasserie faucheuse, burka ou bikini (00:15:50)

12 avril 2016, Bouchard en parle, avec Sylvain Bouchard, Jean-Simon Bui et Élisabeth Leclerc

8h40 : « SB- Laissez les féministes choisir: la burka ou le bikini (…) La jalousie de certaines féministes rejoint l’extrémisme de certains imams (…) Est-ce que, à quelque part, inconsciemment, le combat des islamistes radicals [sic] pour voiler les femmes ça vient pas faire l’affaire de certaines féministes, qui sont plus des jalouses full frus que des vraies combattantes des femmes et de la liberté? (…) Quand on voit des féministes à la télé, elles ont tout’ pour être jalouses (…)

JSB- Y avait un certain Comité femmes à Garneau, que les filles étaient même pas dans les critères pour être dans le Comité Donjons & dragons (…) Comité Donjons & dragons, c’est pas les plus photogéniques (…)

SB- Quand je vois à la TV une féministe qui chiale contre les femmes en bikini, bien souvent a rentrerait pas dedans (…) Ce qui fait dire à certains que le féminisme a été inventé pour que les femmes laides aient les mêmes postes que les belles femmes. Mais non, ça ne doit pas être ça. »

2016.04.12-08.30-933-la-faucheuse.ogg

Les garderies? On les abolit et on refile ça à l’armée, propose un auditeur

Ligne ouverte de l’émission de Duhaime. Le sujet concerne les garderies. Un grand champion appelle pour proposer sa solution: tout refiler à l’armée!

Vous trouvez ça inacceptable? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

93.3: refiler les garderies à l’armée (00:01:38)

12 avril 2016, Ségal-Duhaime, avec Éric Duhaime, Myriam Ségal et un auditeur anonyme

13h20 : « AA- Garderies, toutes abolies, on envoie ça au Ministère de la défense contrôlées par des spécialistes au niveau militaire (…) Pour montrer le respect, l’obéissance. Deuxièmement il pourrait y avoir des cours de survie, en bas âge, ce qui désengorgerait nos urgences. »

2016.04.12-13.20-933-fermer-les-garderies.ogg