Archives mensuelles : décembre 2017

« Disparition » de la bûche de Noël: quand l’existence du Québec repose sur un nom de dessert

Quoi de mieux que de souligner l’importance d’une fête « d’amour et de paix » en attisant la haine des musulmans et des étrangers.

C’est le grand écart qu’accomplit sans complexe Éric Duhaime. Dans une ligne ouverte, il affirme que la bûche de Noël est en voie de disparition à cause du manque d’affirmation identitaire des « de souche » qui seraient en train de plier face aux immigrants, ceux qui ne sont pas catholiques, mais surtout, bien entendu, aux musulmans.

Les commentaires complètement déjantés des auditeurs, chauffés à blanc par Duhaime, complètent le portrait.

Il y a juste deux affaires qu’il lui faut démontrer avant de déchirer sa chemise

  • Que la bûche de Noël est bel et bien en voie de disparition
  • Que c’est bien pour accommoder les musulmans

Parce que ça fait plus de 50 ans qu’on utilise le mot « Bûche des fêtes », preuve à l’appui:

Voici une photo d’une vieille publicité de la compagnie Vachon

Avec ce sujet, Éric Duhaime fait vraiment plaisir à toute la gang de la Meute et autres extrémistes croyant leur culture assiégée par les étrangers.

Quand ta tradition, que dis-je, la survie de ta culture, repose sur le nom que tu donnes à un dessert c’est que les choses vont bien. Par contre, lorsque tu crées un problème de toutes pièces et que tu l’instrumentalises pour attiser la haine de toute une communauté, ici des musulmans… là, c’est inacceptable.

Ces propos sont racistes, islamophobes et pleins de préjugés. Porte plainte au CCNR ou au CPQ, et écrit une lettre aux annonceurs.

FM93: La disparition de la bûche de Noël

11 décembre 2017, Duhaime-Ségal le midi, avec Éric Duhaime (00:16:30)

12h15 : ED- « Une bûche traditionnelle. Tradition. C’est quoi notre tradition? On peut-tu le nommer? On peut-tu le dire? On peut-tu exister? Si on veut qu’il y ait une tradition il faut qu’on exprime notre existence d’abord et avant tout! (…) »

Est-ce que ça vous met en maudit comme moi? Moi, j’ai l’impression qu’on me crache dans la face. Et qu’on m’insulte. Quand IGA me présente une bûche du bonheur. Vous avez le même feeling que moi? Appelez-moi! (…)

Est-ce que c’est correct pour vous, parce que vu qu’il y a de plus en plus de gens qui ne sont pas des catholiques ou des chrétiens que c’est pour les accommoder, faut pas les exclure, donc faut abolir le mot Noël? Et vous êtes conscients que, s’il faut abolir le mot Noël, j’espère qu’on va abolir le mot halal de tout ce qu’on mange? J’espère qu’on va abolir le mot Ramadan aussi dans l’espace public? Et que nos politiciens vont arrêter de faire la queue pour entrer dans des mosquées, et qu’ils vont arrêter de plaire à toutes sortes de communautés (…) On dirait que toutes les religions sont acceptables sauf la religion dominante (…)

ED- « On va s’effacer pour montrer que les autres existent, mais nous autres on n’existera plus. La majorité, nos traditions, et ceux qui ont construit le Québec depuis quelques siècles, ils n’existent pas eux autres là. (…) »

AA- « Là, c’est quoi ? on n’aura plus le droit d’acheter des lumières de Noël, on n’aura plus le droit de fêter Noël parce qu’une certaine minorité va nous l’interdire dans notre pays ou notre province? (…) »

AA- « Dans 50 ans d’icitte là, en tant que francophones on n’existera plus »

ED- « Bien là, en tant que catholiques non plus! Vous êtes généreux, ça va aller pas mal plus vite que ça. »

AA- « Bientôt, il n’y aura plus de crèches (…) Ils sont en train de nous envahir avec leurs folies. »

AA- « Faut tout abandonner et c’est eux qui gagnent. »

AA- « Peu importe la confession religieuse, c’est plaisant de fêter Noël. Le bonheur, l’amour [Sauf de ceux qui pensent différemment], le partage [mais pas la tolérance visiblement] (…) »

AA- « Ça, ça pas commencé avec la bûche de Noël. Ça commence avec le pâté chinois (…) Quand on va en Chine on mange chinois. Nous autres, c’est rendu qu’il faut manger la nourriture de tout le monde! Et à ce moment-là, on perd de notre identité. Faut continuer d’insister sur nos valeurs (…) Un autre affaire au Québec. Faites des enfants si vous voulez pas que ça disparaisse le Québec. »

11-12-2017-FM93-12h15-duhaime-buche-des-fetes.mp3

Dessine-moi un troisième lien

Il existait pourtant un beau projet, le service rapide par bus (SRB), appuyé par le maire Labeaume de Québec et le gouvernement Couillard. Mais une intense mobilisation anti-SRB a été lancée, avec certaines radios privées. En seulement six mois, l’appui au projet a chuté de 75 à 50 %. Le maire de Lévis a ensuite enterré le projet. La minorité bruyante a ainsi gagné. M. Labeaume se bat contre un cercle vicieux : les transports collectifs sont vus comme une solution de pauvre, alors la demande est faible, et on y sous-investi.

lapresse.ca

Une baise, deux opinions

Non mais, y a-t-il moyen de faire barrage à ce genre de déversement d’accélérateur de haine ? Durocher et Martineau en produisent souvent, mais ce ne sont pas les seuls. En plus de nos spécialistes de la controverse, collectivement, nous contribuons à ce genre de climat.

Je clique, tu cliques, je commente, tu commentes, ça dégénère, alouette. Que faisons-nous pour arrêter ce cycle malsain qui gangrène notre société et donne la voie libre à des meutes qui ne savent même plus pourquoi elles s’indignent ?

Droit-inc

Les personnes transgenres et les gais sont anormaux, selon Bombardier, Trudeau et Martineau

La nouvelle présidente de la Fédération des Femmes du Québec est une personne transgenre. C’est tout ce que ça prend pour faire choquer Denise Bombardier qui réagit avec une chronique pleine de fiel. Elle est aussitôt invitée par Martineau-Trudeau à Radio X pour être félicitée.

Et Bombardier déverse librement sa haine transphobe sous les hourras de Martineau et Trudeau qui ne peuvent s’empêcher de renchérir sur les gais vers la fin.

Bombardier parle comme si la présidente de la Fédération des Femmes du Québec (FFQ) était la première à parler du genre comme d’une création sociale. Pourtant, Simone de Beauvoir décrit le phénomène dans « Le Deuxième sexe » en 1949. C’est une position répandue dans le mouvement féministe depuis des décennies.

Bombardier fait comme si c’était la première fois qu’elle en entendait parler.

On peut aussi s’opposer à ce qu’une personne transsexuelle prenne la tête de la FFQ avec des arguments valides. Mais ce que dit Bombardier transpire le dégout et la transphobie.

Remarquez qu’en 2004, Bombardier a été blâmée pour propos homophobes.

Radio X : les personnes transgenres et les homosexuels sont anormaux

1 décembre 2017, Richard Martineau, Jonathan Trudeau et Denise Bombardier (00:21:00)

10h: DB- « Elle a été interviewée de façon complaisante [comme dans la présente entrevue] et elle disait qu’elle s’intéresserait aux extrêmes marginaux et que les acquis qu’elle gagnerait retomberaient sur toutes les femmes. Intellectuellement, c’est de la bêtise (…)

DB- « Il faut cesser d’évaluer les gens en regard de la loi. Il y a aussi la décence! (…) »

DB- « Depuis le début de l’humanité il y a des hommes, il y a des femmes, et une femme ce n’est pas un homme, et un homme ce n’est pas une femme, à côté de ça il y a… je ne sais pas comment on peut appeler ça, il y a des gens qui sont dans une situation psychologique et physique catastrophique (…) »

Puis Bombardier se vante d’être intelligente et bonne.

RM- « Est-ce que vous trouvez les transgenres anormaux? »

DB- « Les transgenres, c’est des gens envers qui on doit avoir de la compassion (…) »

DB- « Il y a un gars de 45 ans qui dit: moi je suis une fille de 6 ans. Alors il porte une petite capuche sur la tête et une robe à frisons (…) »

RM- « Non, mais on peut-tu le dire que c’est un malade? »

DB- « Non, on peut pas [#not], à une autre époque, ces gens-là on les protégeait [lire enfermait] et on les mettait en hôpitaux psychiatriques (…) »

DB- « On les laisse demander tout. Demain, ils demanderont d’être premier ministre! »

RM- « Bravo, merci de votre courage [de répéter ce que tous les homophobes disent depuis un siècle].(…) »

JT- « On devrait avoir le droit de dire qu’une relation normale, c’est homme-femme mais qu’il n’y a absolument rien de mal à avoir une relation homme-homme »

RM- « Mais c’est pas la norme! (…) Comment ça se fait que c’est la marge qui dit c’est quoi la norme? La démocratie, c’est quoi que la majorité l’emporte. Là, c’est la minorité qui l’emporte (…) C’est ça quelqu’un qui est normal, normal c’est la norme, c’est la force du nombre. Le plus grand nombre de gens agissent comme ça, c’est normal. C’est la marge qui nous dit comment faire. »

RM- « Anormal, les gens pensent qu’on dit malade mental. Non, ça veut dire « pas la norme » (…) Tu ne fais pas partie de la majorité. Les transgenres sont anormaux. Les gais sont anormaux. Ils ne font pas partie de la norme. Ils sont une exception (…) C’est pas la marge qui devrait leader, diriger un groupe. C’est fou, complètement débile (…)  »

transgenre-presidente-de-la-federation-des-femmes-du-qc-de-la-betise-intellectuelle_2017-12-01.mp3