Bouchard fait des comparaisons entre les militaires fascistes et la lutte étudiante

Nous avons souvent relevé un procédé systématiquement employé par la radio-poubelle qui est celui de minimiser des propos indéfendables.

Aujourd’hui, Sylvain banalise les menaces de mort lancées par des militaires néo-nazis contre des étudiants sur Facebook.

93.3: banalisation du fascisme (00:06:36)

12 septembre 2012 8:37 a 8:43, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard

Bouchard compare les sanctions des soldats avec celles des manifestants du printemps érable. Ce faisant, il exclut l’enjeu du nazisme en comparant simplement les montants des sanctions. À aucun moment il ne prononce les mots « haineux », « extrême-droite » ou « nazi », alors qu’il s’agit d’une notion importante pour comprendre la situation.

2012.09.12-08.30.00-bouchard-933-militairesNazisEtEtudiants.mp3

À 4 minutes 50 : « Alors 496 pour les casseurs gauchistes dans les rues alors que nos militaires à Valcartier qui ont tenu des propos déplacés, indéfendables mais c’est verbal, c’est pas physique, vont avoir des amendes plus sévères »

déclare Sylvain qui ajoute aussitôt

« Rappelez-vous Victoriaville, rappelez vous Montréal, bien oui c’est toujours plus grave que ce qui s’est passé sur la toile avec ça! »

Dominic Maurais à CHOI avait également banalisé en mai les graves propos des militaires. « C’est juste quelqu’un qui a pêté un cable » avait-il affirmé. Sylvain Bouchard avait aussi minimisé la gravité de la lettre du fonctionnaire fasciste Bernard Guay en avril.

Remarquez la méthode odieuse. Sylvain prend les menaces de mort des néo-nazis et les compare avec les manifestations étudiantes. Faire ça c’est déjà les mettre au même niveau, comme si c’était équivalent. De plus, il contourne complètement la question de l’affiliation nazie des soldats, comme si c’était secondaire.

Bouchard fait aussi de la désinformation en affirmant que les menaces ont été proférées après que des étudiants ont mis des carrés rouges sur un monument qui rend hommage à des soldats morts au combat. C’est faux. Les premières menaces sont des commentaires Facebook sur une photo d’une étudiante gravement blessée. Voir le dossier de Fachowatch.

Notez qu’à chaque fois qu’il est question de fascisme, la radio-poubelle minimise les propos tenus tout en excluant les questions de fond. Ce faisant, elle rend son discours acceptable à une droite plus radicale.