Archives pour la catégorie analyse

André Arthur répond à une plainte du CCIQ par le mépris

André Arthur fait encore de la désinformation sur le Centre Communautaire Islamique de Québec (CCIQ). Il dit que les femmes de la communauté sont forcées d’entrer par la porte arrière, avec les ordures.

André Arthur est un habitué de la désinformation et s’acharne depuis plusieurs semaines envers le CCIQ.

Cette fois-ci par contre le Centre Communautaire Islamique de Québec (CCIQ) réplique en faisant une plainte à la station.

André Arthur répond en lisant et en ridiculisant la plainte, en ondes.

On rappelle qu’il y a eu 6 morts, 8 blessés et plusieurs orphelins au CCIQ il n’y a même pas un an et que les membres de la communauté musulmane ne peuvent toujours pas bénéficier de la paix qu’ils méritent à cause de gens comme Arthur qui trouvent un bénéfice à piétiner leur quiétude et leur deuil.

Dans l’extrait audio, Arthur se dit terriblement surpris que des gens puissent attaquer des membres de la communauté musulmane suite à ses propos. Ce genre de chose est pourtant déjà arrivé, Pensez juste à la maison de Jean-François Jacob qui a été vandalisé après avoir critiqué Radio X.

Puis Arthur cite des communautés (Hongrois, Dukhobors, Italiens, Français, Belges, Slovaques) qu’il juge qui se sont bien intégrés. Surprise ce sont tous des blancs mais ça doit être un pur hasard.

Pour Arthur, un bon immigrant ne doit « se distinguer d’aucune façon et qui ne fait aucun effort pour se distinguer » d’un autre canadien. Voilà qui a le mérite d’être clair: un bon immigrant ne doit faire aucun truc d’immigrant.

Et les victimes de l’attentat de la mosquée « c’est vous et moi » (mais surtout moi), selon Arthur.

Encore un bel exemple d' »excusez-moi mais mangez de la marde » typique de la radio-poubelle.

Dernière chose: Ne jamais attendre ni hésiter pour faire une plainte au CCNR.

BLVD : Arthur se moque d’une plainte du CCIQ

15 novembre 2017, André Arthur (00:13:05)

12h: AA- « On est bien ici. C’est un message qu’on entend rarement de la communauté musulmane arabe (…) Je suis scandalisé de l’approche de la grande mosquée (…) il y a eu la en janvier une tragédie épouvantable et on a essayé de mettre le tort de cette affaire sur vous et moi et les autres on avait visiblement affaire à un désaxé qui n’écoutait même pas la radio (…) Je suis toujours scandalisé de voir une porte marqué « entrée des hommes » les femmes qui fréquentent la mosquée doivent passer par une autre porte et j’ai fait à quelques reprises une caricature en disant ok par en arrière c’est l’entrée des vidanges. Comme dans un restaurant (…)  »

Puis André Arthur lit la lettre en commentant et en dénigrant chaque phrase. Le CCIQ y soulève que les propos d’Arthur sont de la mésinformation et peuvent « mettre en danger l’intégrité physique des responsables du Centre culturel islamique de Québec ».

AA- « Wooh! Excusez-moi les boys, je la trouve un peu difficile celle la mais ils ont droit à leur opinion (…) Je vais vous avouer candidement que je ne l’avais pas vu celle la (…) C’est la première fois de ma vie que je reçois une demande de correction avec copie à la police. C’est la première fois que je me fais accuser par écrit d’avoir dit quelque chose qui pourrait provoquer une attaque physique… t’sais c’est les gens qui ont subi l’attaque du 26 janvier… C’est sérieux la… 29 janvier? Merci. Euh. Je suis un peu shaké. Et c’est la première fois aussi qu’on me dit si vous nous donnez pas satisfaction, nous allons faire une plainte au CRTC (…) »

AA- « C’est évident pour n’importe qui qui m’a écouté que quand je parlais de la porte d’en arrière à côté des vidanges je faisais une caricature (…) Ma caricature est triste parce qu’elle est incomprise (…) Jamais j’aurais cru qu’en parlant de ça avec un sourire je provoquerais des attaques physiques, des agressions criminelles, contre les responsables de la mosquée de Québec. Je sais pas combien les amis vous vous sentez victime, mais moi je vous voyais pas comme des victimes et je ne vous considère pas comme des victimes et je ne vous attaquait pas et je ne demandais à personne de vous attaquer. Je faisais une critique, comme c’est le droit de tout commentateurs (…)  »

15Novembre2017-Blvd-AndrArthurRepondALaPlainteDuCciq.mp3

Radio X en campagne municipale: voilà comment on manipule une population

La radio-poubelle intervient toujours en faveur d’un parti en période électorale. Elle tente chaque fois d’influencer ses auditeurs, intimider ses détracteurs et faire élire ses candidats chouchous.

Mais c’est peut-être la première fois que Radio X crée et contrôle un parti politique de A à Z. Et avec succès, puisque Québec 21 est maintenant l’opposition officielle à l’hôtel de Ville.

On voit ça dans des républiques de bananes, des pays que le Canada critique pour ses lacunes démocratiques.

Franco disposait de l’appui du journal conservateur, autoritaire et anti-communiste Acción Española. PInochet pouvait compter sur la revue libérale au plan économique, de droite et catholique Que pasa.

La ville de Québec a Radio X.

La machine est bien rodée. Déjà, nous avions senti la tendance en juin 2017. Labeaume, par son ambivalence face au 3e lien et par son intérêt à développer un système de transport en commun lourd, devenait l’homme à abattre. Pour ce faire, le chroniqueur de Radio X, Frédérick Têtu, lance Québec 21.

Le cirque pouvait commencer. Jeff Gosselin joue le rôle du lion et Jeff Fillion celui du maître de cérémonie. Si Gosselin fait tout ce que Fillion lui dit, il pourra bénéficier de l’appui inconditionnel de Radio X, la radio la plus populaire en ville.

Ainsi donc, à Radio X, Gosselin devint la plus belle invention depuis le pain tranché.

On peut ainsi lire dans les titres des podcasts sur le site de Radio X:

« Québec 21 est entrain de virer la campagne de bord!  (…) il y a quelque chose de particulier dans l’air! -6 octobre, Fillion

« Les auditeurs sont unanimes: Ils veulent QUÉBEC 21 à la mairie! » -10 octobre, DH

« Jeff Gosselin : FINI LES GUERRES DE CLOCHERS DE RÉGIS! » -31 octobre, Maurais

Et Labeaume, le pire maire de tous les temps

« Régis Labeaume est VRAIMENT entrain de rire de vous autres! » -27 octobre, Fillion

« Régis…la VRAIE job l’intéresse ZÉRO! » -6 octobre, Maurais avec Fillion

« Comment Labeaume a fait sa fortune nébuleuse?? » -3 novembre, Marceau

« L’attitude du maire Labeaume est à VOMIR! » -1 novembre, DH

« Le maire sortant est complètement déconnecté de sa population… » -24 octobre, Fillion

« Labeaume…le ROI de L’INTIMIDATION! » -15 septembre, Maurais avec Fillion (lol)

« Régis « Le bum » , le nouveau surnom du maire! » -7 juin, Fillion

Nous avons d’ailleurs gardé et analysé tous les titres des fichiers audio disponibles sur le site de Radio X.  La surveillance a commencé le 5 septembre, deux mois avant les élections. La propagande pro-Jeff Gosselin avait commencé bien avant, mais le CRTC ignore tout ce qui se passe huit semaines avant l’élection.

Les autres radios ont aussi adopté des positions politiques mais Radio X s’est démarqué du lot par l’intensité de son engagement. Gosselin est la créature de Radio X.

Techniques de manipulation

Pendant la campagne municipale, Radio X utilise différentes techniques pour promouvoir Québec 21 et dénigrer Équipe Labeaume.

  1. Quelques jours avant l’élection, Radio X fait spinner une histoire comme quoi il y a une enquête du DGE sur du financement louche d’Équipe Labeaume. Radio X dit qu’il s’agit d’une histoire « exclusive » tout en tentant d’y ajouter une odeur de complot « Le DGE retient les résultats de l’enquête! ». Vérification faite, cette histoire a déjà été dévoilée en 2014.
  2. Le 25 octobre, Fillion rend public un sondage « Débile-Léger », qu’il a réalisé lui-même, dévoilant que, ô surprise, 79% de ses disciples voteraient pour Jeff Gosselin.
  3. Le maire de Lévis et celui de Saint-Anselme sont invités à venir attaquer Régis Labeaume en ondes.
  4. Fillion prodigue de (très) nombreux conseils et directives à Jeff Gosselin.
  5. Jeff Gosselin est invité très souvent dans les studios (8 fois) ainsi que son candidat « vedette » Mario Hudon (2 fois). De son côté, Labeaume n’aura aucune entrevue (0 fois) et Anne Guérette, cheffe de Démocratie Québec, en aura autant que Mario Hudon (2 fois).
  6. Labeaume est dénoncé comme étant démotivé, sans leadership et le roi de l’intimidation (c’est Jeff l’intimidateur-récidiviste Fillion qui le dit).
  7. La couverture des tiers partis, incluant Démocratie Québec, est presque inexistante. Dominic Maurais va jusqu’à dire qu’il « faut pas être sain d’esprit pour voter pour ça », en parlant de DQ.
  8. Radio X fait spinner l’histoire d’une candidate de Démocratie Québec ayant relié les radios à l’attentat à la mosquée de Québec.

Nous avons remarqué que le duo Martineau-Trudeau n’a pas vraiment rejoint cette campagne de manipulation. Trudeau s’est même montré critique de l’appui de Fillion au PCQ lors de la partielle provinciale dans Louis-Hébert, qui s’est déroulée peu avant la campagne municipale. Peut-être qu’en tant qu’ancien apparatchik libéral, Trudeau ne digère pas qu’un média appuie aussi ouvertement des candidats qu’il n’apprécie pas lui-même?

Même Denis Gravel s’est gardé une petite gêne. Faut dire que Régis lui avait téléphoné le jour de son anniversaire professionnel.

Analyse chiffré

Si on départage les partis politiques ayant fait l’objet d’une discussion à Radio X, ça donnerait ça:

La moitié des conversations sur la campagne abordaient Équipe Labeaume. Moins du tiers traitaient de leur chouchou QC21. On peut dire que Radio X est légèrement obsédé par Régis.

Et si on raffine l’analyse et qu’on attribue 1 point par discussion positive et -1 point par discussion négative, ça donnerait

  • -35 points pour Équipe Labeaume
  • 24 points pour Jeff Gosselin
  • -2 points pour Anne Guérette
  • 2 points pour les autres candidats

Donc un traitement très largement défavorable à Équipe Labeaume et l’inverse pour Jeff Gosselin.

C’est illégal

On rappelle que cette façon d’agir est contraire à la loi.

L’article 6 du règlement de 1986 sur la radio stipule que

« Au cours d’une période électorale, le titulaire doit répartir équitablement entre les différents partis politiques accrédités et les candidats rivaux représentés à l’élection ou au référendum le temps consacré à la radiodiffusion d’émissions, d’annonces ou d’avis qui exposent la politique d’un parti ».

On attend toujours que le CRTC prenne ses responsabilités.

Karine Gagnon

Il est important de faire état du harcèlement de Jeff Fillion à l’endroit de la chroniqueuse aux affaires municipales Karine Gagnon du Journal de Québec.

Presque chaque jour, Fillion s’est acharné sur le dos de Mme Gagnon, celle-ci ayant un angle trop favorable à Labeaume aux yeux de Fillion.

Assez fascinant de voir le chroniqueur Jeff Fillion, dont la job est de donner son opinion politique, critiquer une chroniqueuse… parce qu’elle donne son opinion!

C’est correct si tu donnes ton opinion, mais seulement si tu penses comme moi, en somme.

Comme par hasard, le 30 octobre, un individu nommé Sacha Crépeault comparait au palais de justice pour avoir fait des menaces à Karine Gagnon.

C’est impossible de faire un lien direct de cause à effet entre l’acharnement de Fillion et les actions de Crépeault. Mais rappelons tout de même qu’il était arrivé exactement la même chose à Julie Lemieux (éditorialiste du Soleil) et à Pierre Jobin (présentateur de nouvelles à TVA).

Il y a quelques années, Pierre Jobin était victime du harcèlement de Jeff Fillion. Lorsque Jobin allait rendre visite à son père au Saguenay, de purs inconnus l’apostrophaient avec les mêmes insultes que Fillion. Le répondeur rempli de messages de menaces, Jobin craignait de se faire taper dessus chaque fois qu’il sortait de ses bureaux à TVA. Il a même développé des idées suicidaires.

Fillion poursuit son intimidation et son acharnement, en parfaite connaissance de la portée de ses propos. Malgré les procès et les pertes d’emploi, Fillion reste toujours un indécrottable intimidateur récidiviste violent.

Toute notre solidarité va à Karine Gagnon et à tous les journalistes qui font leur travail honnêtement dans cette ville infestée de vidanges radiophoniques.

Lire la suite

Radio-poubelle: Et si les chiffres d’audience étaient gonflés?

Duhaime, Maurais et Fillion sont partis en vacance le lundi suivant les élections. Comment est-ce possible? Tout simplement parce que c’est le 29 octobre qu’à terminé la période d’enquête Numéris. Sans les élections municipales, ces animateurs seraient partis avant.

On dit que la radio de Québec est très populaire. Pour nous permettre d’en juger, l’entreprise Numéris est celle qui mène les sondages d’audience.

Ces enquêtes déterminent la vie et la mort des animateurs. C’est avec elles que les vendeurs de la radio sollicitent des clients qui paieront la pub. Une radio avec de gros chiffres d’audience a un meilleur budget et peut se permettre de payer les salaires faramineux de ses vedettes radiophoniques.

Au printemps dernier, sur une population de 719,360 personnes, Numéris (Ex-BBM) attribue

  • 183,100 auditeurs au FM93,
  • 140,700 à Radio X,
  • 132 500 à Énergie et
  • 120,500 à BLVD.

Ce sont des chiffres impressionnant. Cependant, sont-ils fiables?

Pour être compté comme un auditeur, il suffit d’avoir écouté 15 minutes de radio une fois pendant la semaine. Entrer dans une boutique qui diffuse une de ces radios ou s’assoir à côté d’un chauffeur du RTC est suffisant pour être considéré comme auditeur de radio-poubelle.

Aussi, pour connaître l’auditoire total, on ne peut pas additionner le nombre d’auditeurs de chaque radio, puisqu’une même personne écoutant plusieurs radios serait comptée plusieurs fois. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’il y a un minimum de 183,100 personnes qui écoutent une ou plusieurs radios, 15 minutes au cours d’une semaine. Remarquez, il y a 10 080 minutes dans une semaine.

La répartition de l’auditoire par émission est intéressante. La matinale de Radio-Canada est la plus populaire, avec 28 700 auditeurs aux 15 minutes. Radio-Canada a l’avantage de se démarquer de ses compétiteurs parce que bonne chance pour trouver une différence entre les idées de Dominic Maurais de Radio X et celles de Sylvain Bouchard du FM93.

Mais Radio-Canada fait pâle figure si on additionne tous ceux qui, sur une même plage horaire, toutes radios confondues, partagent les mêmes idées poubelles.

Numéris mène ses sondages avec des cahiers d’écoute envoyés par courrier 2 fois par années. Une fois au printemps et l’autre en automne. Ces périodes d’écoute durent 8 semaines. Puisqu’il y a 52 semaines par année, Numéris ne s’attarde donc qu’à 15% de la diffusion annuelle.

Les radios connaissent ces périodes d’avance. Elles préparent donc leur programmation en conséquence. Le résultat est double:

  • En période hors-sondage la programmation est soporifique.
  • En période de sondage, elle est comme boostée aux stéroïdes.

Pour devenir la radio-poubelle la plus populaire, vous n’avez qu’à concentrer vos forces sur les 8 fatidiques semaines de sondage. Le reste, on s’en fout pas, mais presque!

Pendant les 44 autres semaines, des juniors peuvent remplacer Jeff Fillion, Dominic Maurais et Sylvain Bouchard. Ces vedettes ont d’ailleurs de très longues vacances. Cet été, Jeff Fillion est partit en congé 6 semaines. Et c’est sans compter le temps des fêtes!

Tant que Numéris n’est pas à l’écoute, pourquoi pas!

En période de sondage alors la, c’est une autre histoire. Nombreuses sont les astuces pour attirer les auditeurs. En voici deux.

1. Lancement de campagnes politiques

Vous souvenez-vous de la campagne du FM93 des cols rouges avec sa fameuse manifestation de 15,000 « contribuables en colère » en 2010? Elle avait été planifié dans le cadre d’une période de sondage.

Lors de la récente enquête du 4 septembre au 29 octobre, coup de chance, c’était en même temps qu’une élection partielle dans Louis-Hébert et les élections municipales.

Cette fois pour la partielle, Radio X a fait tout son possible pour vendre le candidat du Parti Conservateur du Québec et marteler sa campagne pour un 3e lien. Remarquez que Fillion offre déjà une tribune au chef du PCQ, Adrien Pouliot, lors d’une chronique hebdomadaire.

Pour les municipales, Radio X a lancé son propre parti politique, Québec 21, dont le programme a été écrit par Jeff Fillion et ses amis.

Un nombre incalculable de campagnes politiques ont été lancées par la radio-poubelle en période de sondage. Sans que ses adhérents ne sachent le véritable objectif de cette opération de manipulation.

Voilà une bonne façon d’attirer l’attention et donc l’auditoire.

2. Les concours

Il y a des gens qui écoutent la radio pour participer à des concours. Les animateurs les appellent des « têteux de concours ». Alors en période de sondage, ils deviennent bien utiles. La radio lance toute une panoplie de tirages avec de beaux cadeaux à la clé. Dernièrement, Radio X fait une compétition de « jokes pas drôles » avec un beau 500$ cash offert par Qualinet.

En résumé, en période de sondage, la radio met de l’avant toutes sortes d’astuces pour influencer positivement l’auditoire. Les meilleurs animateurs sont en poste et les meilleurs invités sont convoités. Tout le contraire de ce qui se produit hors sondage.

Toute la programmation est adaptée pour favoriser les sondages Numéris. Pensez-y, pour faire un maximum de profits, le seul but de la radio privée est de performer 8 semaines par année.

Dès lors que les périodes de sondages sont connues d’avance, tout ça est compréhensible. Mais on doit convenir que les entourloupettes de la radio viennent fausser la fiabilité de l’enquête et amplifier les chiffres d’audience.

La pièce de théâtre

Numéris est composé de radiodiffuseurs, d’annonceurs et d’agences de publicité. Les intérêts contradictoires de ces groupes sont censés assurer la crédibilité des sondages. Les radios veulent des gros chiffres. Les agences de pub veulent des chiffres fiables pour acheter des espaces publicitaires au juste prix. Et les annonceurs veulent payer le moins cher possible.

Et si, dans le fond, Numéris était une sorte de théâtre dans lequel tout le monde se met d’accord pour plumer le client?

On fait tout pour s’assurer une image de crédibilité mais au fond, on sait que les chiffres sont gonflés et on a aucune intention de corriger la situation parce que tout le monde y trouve son compte.

C’était un peu ça la commission Gomery. On y a découvert, entre autre, que des entreprises concurrentes de génie-conseil et de construction se sont concertés pour faire gonfler le prix des contrats.

Des gens qui, en théorie, s’opposent, on trouvé un terrain d’entente.

La solution pourrait alors être ce que les radios-poubelles aiment beaucoup : un peu de compétition.

Une entreprise de Québec, StatsRadio, prétend pouvoir fournir des statistiques d’écoute en temps réel aux radiodiffuseurs et aux annonceurs.

Si ça fonctionne vraiment, on pourrait avoir de grosses surprises. Au diable les 8 semaines de sondage, l’année entière serait étudiée. Cette méthode promet de bouleverser le paysage de la radio. Ça pourrait avoir l’effet d’une petite révolution.

Bye bye les longues vacances.

Et si les annonceurs et les agences de publicité sont honnêtes et veulent avoir les vrais chiffres, ils devraient adopter StatsRadio rapidement, non?

Journal de Québec

Jeff Gosselin, pantin de Jeff Fillion

L’élection municipale plonge l’électeur dans un drôle de dilemme. Voter pour l’ancien poulain de la radio-poubelle ou bien pour son opposant, l’actuel candidat choisi par la radio-poubelle.

En effet, les gens ont le choix entre Régis Labeaume et Jeff Gosselin.

Maurais de Radio X a déjà dit que Régis Labeaume était « une création des radios de Québec », et une étude de l’Université Laval en 2009 démontre clairement l’appui de la radio lors de sa première élection.

Pour ce qui est de Jeff Gosselin, les médias en ont parlé au début de l’élection, mais il est plus que nécessaire de rappeler qui il est. Gosselin a vécu sa naissance politique grâce à Jeff Fillion, de son propre aveu. On doit la création de son parti, Québec 21, à Frédérick Têtu, chroniqueur aviné de Maurais live. Jeff Fillion s’est déjà lui-même déjà présenté à une élection municipale, en 2009, terminant deuxième avec  8,5 % des voix.

Pour l’élection actuelle, Fillion a décidé de ne pas se présenter pour des motifs financiers. En tant qu’animateur, Fillion serait forcé de comptabiliser ses prises de parole comme des dépenses électorales.

Fillion avait besoin d’un prête-nom.

Disons les choses telles qu’elles sont: Jeff Gosselin est le pantin de Jeff Fillon.

C’est tellement vrai, que presque toutes les idées de Québec 21 ont été fournies par Fillion.

  • Le 3e lien à l’est: même si l’idée est portée par toute la radio-poubelle depuis des années, c’est Jeff Fillion qui insiste souvent en ce moment pour que Gosselin matraque ce thème.
  • Un transport en commun lourd, un SRB et des voies réservées, c’est pas bon. Mais l’autobus c’est bon. Oui, c’est bizarre mais c’est quand même la ligne de Fillion depuis le début des élections.
  • Pro-business: Le 8 septembre, vers midi, à Radio X, Fillion s’indigne que Labeaume rejette l’entreprise Amazon. Puis, 15 minutes avant la fin de l’émission, Fillion rejoint Gosselin par téléphone. Ses premiers mots sont: « Le maire de Québec vient de te donner des munitions comme c’est pas possible ». Le lendemain, Gosselin fait une vidéo pour inviter Amazon à Québec.
  • Climato-sceptique: Gosselin comparant les études scientifiques à « des opinions ».
  • L’opposition à la culture, notamment le projet le Diamant. Déjà en 2016, la sœur de Robert Lepage déplorait l’opposition systématique de la radio-poubelle.

Lynda Beaulieu ne reste pas insensible aux propos «parfois choquants» de certains animateurs radiophoniques, selon lesquels le dramaturge, «on sait ben, s’est fait faire un théâtre» avec des subventions, et qu’il serait plus approprié, «s’il est riche, de mettre son propre argent là-dedans». Des paroles qui ont valu à son frère de se faire parfois «crier des noms» sur la rue.

Lesoleil.com

Le 28 septembre vers midi, Fillion déplore en ondes que Gosselin ne parle pas assez de 3e lien. Surprise, quelques heures plus tard, Gosselin vante le 3e lien!

Une seule idée de Québec 21 a eu l’heur de déplaire à Jeff Fillion: celle des navettes à 1$. « Il doit continuer à marteler le 3e lien! », a répliqué Fillion, ce que Gosselin n’a pas tardé à faire.

Donc, on est face à une situation exceptionnelle. On est devant un parti qui non seulement bénéficie d’un appui sans nuance d’un média local puissant… mais dont ce média en contrôle carrément le message.

C’est illégal

Sans surprise, Radio X a une couverture outrageusement biaisée en faveur de Québec 21.

Et c’est illégal.

L’article 6 du règlement de 1986 sur la radio stipule que

« Au cours d’une période électorale, le titulaire doit répartir équitablement entre les différents partis politiques accrédités et les candidats rivaux représentés à l’élection ou au référendum le temps consacré à la radiodiffusion d’émissions, d’annonces ou d’avis qui exposent la politique d’un parti ».

Le CRTC a les pouvoirs pour faire respecter la loi. Il ne lui manque que la volonté.

Dans cette élection, on ne peut que déplorer le rôle des médias. Alors qu’ils devraient souligner les évidentes similitudes entre Jeff Gosselin et Jeff Fillion, ceux-ci restent cois. On constate que les médias ont un intérêt fluctuant envers la radio-poubelle. La méprisant à l’occasion mais l’ignorant la plupart du temps.

Oui, certains chroniqueurs ont soulevé le rôle de Radio X dans Québec 21, mais superficiellement.

Alors que la radio-poubelle est une force qui compte. Commence à être temps d’allumer. Parce que Jeff Fillion-Gosselin risque de se retrouver chef de l’opposition pour les 4 prochaines années… ou maire.

Mise à jour des annonceurs: Voici d’où vient l’argent du salaire des animateurs

La super liste des annonceurs ainsi que la liste de sensibilisation viennent d’être mises à jour.

La Super liste contient un index des annonceurs qui ont acheté de la pub à Radio X depuis l’existence de la Coalition, en 2012. Alors que la liste de sensibilisation est utilisée pour la campagne dédiée aux annonceurs actifs depuis janvier 2016.

Pour l’occasion nous avons fait une petite expérience. Chaque annonceur est classé dans une catégorie. Nous pouvons donc estimer laquelle est la plus impliquée dans le financement de la radio-poubelle.

Il s’agit de calculs effectués sur le nombre d’annonceurs depuis 2012. L’importance d’un annonceur par rapport à un autre n’est pas pris en compte. Il s’agit d’observations sans prétentions scientifiques basés sur la Super liste.

Tout d’abord il est étonnant de constater que l’industrie automobile n’est pas la première source de financement. C’est néanmoins une source importante (3e position). La source primaire est l’industrie du divertissement et du tourisme, une industrie ultra-subventionnée.

Ça nous fait prendre conscience que si la radio-poubelle critique beaucoup les quelques sous de subventions à des petites organisations culturelles et envers certains artistes, elle ne critique jamais les millions de subventions aux grands festivals comme le Festival d’été de Québec. Les restaurateurs de la Grande-Allée sont de très gros clients de la radio-poubelle.

La deuxième source de financement principale vient de tout ce qui touche le petit propriétaire et son bungalow. Et puisque toutes les publicités ciblent les gens de la banlieue, ça reste un milieu très proche de l’industrie automobile. Ajoutons qu’il existe plein de programmes de subventions pour les rénos.

Vous serez rassurés de savoir que les institutions scolaires ne comptent pas pour beaucoup dans la part de financement de la radio-poubelle.

Et vous sourirez en constatant qu’environ 6% du salaire de Jeff Fillion provient de gouvernements et de syndicats.