Archives pour la catégorie cpq et ccnr

Le CPQ blâme Richard Martineau, Sylvain Bouchard et Éric Duhaime

Le Conseil de presse du Québec vient de publier plusieurs nouvelles décisions et trois d’entre elles blâment des animateurs de radio-poubelle.

Martineau est blâmé pour « avoir encore manipulé une citation »

Le grief fait référence à une chronique d’avril 2016.

La chronique porte principalement sur une sentence, qu’il qualifie de « bonbon », prononcée à l’encontre d’un homme autochtone qui a infligé des brûlures à sa fillette. La clémence de la peine tiendrait compte, écrit le chroniqueur, des problèmes socioéconomiques de la communauté de l’accusé.

Avec une petite sauce islamophobe:

Il établit ensuite un parallèle avec une autre décision, rendue en 1994 par la juge Raymonde Verreault, qui avait alors tenu compte, dans l’établissement de la peine d’un homme de confession musulmane reconnu coupable d’avoir sodomisé une enfant, du fait qu’il avait «préservé sa virginité», en accord avec sa religion.

Martineau est blâmé pour « Référence (inutile) aux origines de l’accusé », « Relation filiale (erronée) entre l’accusé et sa victime » et « Citation inventée ».

Décision D2016-04-129.

Éric Duhaime est blâmé pour propos erroné sur l’immigration du Maghreb

En mars 2016, Éric Duhaime affirme que la majorité de l’immigration québécoise provient du Maghreb, ce qui est faux. L’objectif est bien entendu d’alimenter la rumeur inventée d’invasion musulmane et de servir son agenda islamophobe.

Nous avions d’ailleurs dénoncé cette citation.

Décision D2016-03-120.

Sylvain Bouchard et le FM93 sont blâmés pour « informations inexactes et sensationnalistes »

Il s’agit d’une histoire où Bouchard monte en épingle un courriel expédié au Centre multiethnique de Québec à propos de nourriture offerte aux réfugiés syriens.

Bouchard déforme les propos du courriel pour lui faire dire que les réfugiés se plaindraient de la nourriture offerte. Comme ça, des réfugiés feraient des caprices sur la nourriture qu’on leur donne par charité?

Bref, Bouchard instrumentalise la détresse des réfugiés syriens pour alimenter la haine de ses auditeurs à leur endroit.

De plus, l’auteure du courriel est présentée comme étant directrice de l’Association algérienne… ce qu’elle n’est pas du tout.

Plus inquiétant, la plainte contient ce paragraphe laissant planer un aura de menaces et d’intimidation autour de cette affaire:

La plaignante soumet que cette émission a mis la sécurité des réfugiés du Centre multiethnique de Québec en danger. Inquiets, les responsables du Centre ont demandé une surveillance accrue des forces policières. Mme Said souligne que bien qu’il ne soit arrivé aucun événement fâcheux, elle estime qu’une radio responsable et rigoureuse devrait pouvoir prévoir ce genre d’événements.

Décision D2016-03-106.

Remarquez que les trois blâmes concernent des propos à saveur islamophobe. Il est rassurant de voir que le CPQ prend enfin la situation au sérieux et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Dominic Maurais blâmé pour propos racistes

Le Conseil de presse a rendu publique en décembre 2016 une décision au sujet d’une émission du 7 décembre… 2015.

Dans l’émission, l’animateur Dominic Maurais s’entretient avec Jacques Brassard sur la fusillade de San Bernardino, en Californie.

Au cours de la conversation, Jacques Brassard, ex-ministre péquiste et islamophobe virulent, lance la chose suivante:

« Jacques Brassard : Je redis constamment que si tous les musulmans ne sont pas terroristes, à l’heure actuelle tous les terroristes sont musulmans. Est-ce que c’est vrai ça?

Dominic Maurais : Oui. »

Le CPQ retient la plainte pour propos racistes. Un membre a exprimé sa dissidence.

Radio X n’a pas répondu, mais ce matin Maurais a lancé, sur un autre sujet, que « Ceux qui me traitent de raciste, vous êtes des charognards! ». Voilà donc une forme de réponse.

Trouvez-vous que prendre un an pour arriver à une décision aussi simple est acceptable?

Autre question: pourquoi réserver le blâme à Dominic Maurais, et pas à Jacques Brassard?

La décision d2015-12-076 sur conseildepresse.qc.ca

Le CCNR blame Radio X pour « informations incomplètes et obtenues clandestinement »

Dans ses diffusions d’Arthur le midi les 19 et 23 février 2016, CHOI-FM, en se fondant sur des informations incomplètes et obtenues clandestinement, a accusé, à tort, l’Église anglicane de Québec de maltraitance envers ses animaux, à savoir un âne et une chèvre et, bien qu’informé des erreurs et inexactitudes diffusées en ondes le 19 février, a diffusé ces mêmes allégations à nouveau le 23 février.

CHOI-FM re Arthur le midi

Badawigate: Jeff Fillion blamé pour propos méprisants et haineux par le CPQ

Vous vous souvenez comment Jeff Fillion avait traité le blogueur saoudien Raif Badawi?:  « Awoueille, des coups de fouet, we don’t care« , avait-il affirmé les 9 et 11 juin 2015, à NRJ. Raif était condamné à 1000 coups de fouets pour avoir critiqué la monarchie saoudienne.

Toujours est-il que Jeff-libarté-d’expression-Fillion trouvait que Raif méritait ses coups de fouets. Et le Conseil de presse vient de prendre sa décision: Les propos de Fillion étaient haineux et méprisants.

Vous pouvez lire la décision ici: http://conseildepresse.qc.ca/decisions/D2015-06-149/

Après avoir été éjecté d’NRJ, Fillion a rejoint sa web radio où il sévit toujours.

Le Conseil de presse blâme Radio X pour conflit d’intérêts, préjugés, discrimination et propos méprisants

Le Conseil de presse a rendu publiques deux décisions concernant Radio X.

L’une concerne une plainte déposée le 6 mai 2015. On y rapporte que Jean-Christophe Ouellet, le co-animateur de Dominic Maurais à Radio X, parle de vapotage à l’antenne tout en étant propriétaire d’une boutique de cigarettes électroniques. Ce qui le met en conflit d’intérêts.

La chose est tellement banalisée à Radio X que Maurais avait même fabriqué un thème musical spécial chaque fois que Ouellet parlait de vapotage: « les vapo news ».

« Pour le Conseil, le conflit d’intérêts de M. Ouellet est évident. Étant donné son statut de propriétaire d’une boutique de cigarettes électroniques, il aurait dû s’interdire d’aborder tout sujet touchant au vapotage. »

Un blâme est également porté à l’encontre de Dominic Maurais « pour avoir omis de veiller à ce que M. Ouellet ne se retrouve pas en situation de conflit d’intérêts. »

Cette décision va dans le sens de ce que la Coalition affirme depuis maintenant 4 ans: la radio-poubelle fait de l’anti-journalisme. Elle utilise le journalisme tout en en piétinant les principes déontologiques de base.

Ça fait plusieurs semaines qu’il n’y a pas eu de « vaponews » à Radio X, ce qui confirme une autre affaire: si la radio-poubelle n’est pas membre du CPQ et ne répond pas aux plaintes, elle garde une oreille attentive et peut modifier ses comportements dans le bon sens.

Lire toute la décision du Conseil de presse d2015-05-137.

L’autre décision concerne une grande séance de défoulement contre les plus démunis de la société: les gens vivant de l’aide sociale.

La plainte est déposée le 17 avril 2015 par le Regroupement des femmes sans emploi du Nord de Québec. Elle concerne Denis Gravel et Jérôme Landry à l’époque où ils faisaient croire qu’ils étaient les meilleurs amis du monde.

Le conseil atteste que Gravel et Landry ont fait preuve de mépris et de discrimination, et ont propagé des préjugés envers les gens vivant de l’aide sociale mais aussi contre ceux qui les défendent.

Les gens vivant de l’aide sociale y sont qualifiés de voleurs, sales et alcooliques.

Extraits:

« Les gens aptes au travail, met ton cadran, peigne-toi et va travailler […]. Lave-toi […]. »

« On tolère des gens, dix, onze ans sur le B.S, alors qu’ils sont aptes au travail […] ces gens-là sont des voleurs! […] qui tu voles? Ceux qui ont des limitations à l’emploi, ils enlèvent de l’argent à ceux qui en ont vraiment besoin […]. »

Le CPQ déplore aussi l’utilisation péjorative à répétition du mot « B.S ».

En répétant continuellement le terme “B.S.”, l’animateur contribue à renforcer une image négative à l’égard des personnes assistées sociales.

La Coalition sortons les radios-poubelles déplore l’acharnement des animateurs à s’attaquer aux plus faibles et à en faire des boucs-émissaires. En plus de s’attaquer aux pauvres, la radio-poubelle s’attaque aussi aux musulmans, aux femmes, aux gays, etc.

Nous déplorons l’impunité dont jouit la radio-poubelle. Une organisation avec des dents doit être en mesure de faire appliquer des sanctions contre ceux qui piétinent la déontologie journalistique et qui répandent la haine.

Lire la plainte d2015-05-140.