Archives pour la catégorie cpq et ccnr

Une publicité déguisée de Radio X dénoncée par le Conseil de presse

Une décision publiée en juin mais qu’on avait pas vu passé met dans l’embarras un annonceur de longue date de la radio-poubelle: Jose Adam.

Le plaignant estime que l’entrevue de José Adam avec l’animateur Denis Gravel a été présentée de façon trompeuse comme une entrevue journalistique, alors que selon lui, il s’agissait d’une publicité déguisée.

Le plaignant ajoute que M. Adam est en ondes chaque semaine pour parler de produits électroniques, tout en étant le propriétaire d’un commerce spécialisé dans la vente de ces produits.

(…)

M. José Adam, de l’entreprise Maison Adam, participe aux émissions de radio du FM 93 et de CHOI 98,1 FM depuis 2004, afin de donner des « conseils » aux consommateurs pour les guider dans leurs achats de produits.

(…)

Au vu de tout ce qui précède, le Conseil de presse du Québec retient la plainte de M. Robert Gingras et blâme sévèrement l’animateur Denis Gravel, le collaborateur José Adam et la station CHOI 98,1 FM pour le grief de publicité déguisée.

Décision D2016-09-031 du Conseil de presse

Au sujet du procédé trompeur des chroniques publicitaires déguisées et autres techniques frauduleuses de la radio-poubelle, nous avons déjà publié une longue analyse sur les annonceurs de la radio-poubelle ici: Annonceurs et radio-poubelle, une histoire d’amour consanguine, ou pourquoi les subventions au Festival d’été de Québec ne sont jamais dénoncées

Affirmer que les femmes sont inaptes pour la politique n’est pas discriminatoire selon le Conseil de presse

Le Conseil de presse juge que considérer les femmes comme étant inaptes à faire de la politique parce qu’elles n’aimeraient pas les horaires surchargés et qu’elles sont trop faibles pour supporter la pression n’est pas discriminatoire, selon une décision d’un comité du Conseil de presse constitué à majorité d’hommes (4/6).

Le 6 mars 2017, Jeff Fillion exprime les propos suivants:

« La politique, on va se le dire, les femmes aiment pas ça. Premièrement, les femmes sont pas politisées, elles aiment pas ça. »

« C’est un mode avec des horaires de fou. Les femmes aiment pas ça. Parlez-en au monde en médecine, et on voit la différence entre les hommes et les femmes. »

« La moitié de ses amis médecins sont sur les antidépresseurs. Beaucoup de femmes médecins sont sur les antidépresseurs. L’horaire, le stress, etc. »

Après une savante analyse (et peu détaillée malheureusement), le CPQ juge que ces propos ne sont pas disctiminatoires, ne suscitent pas le mépris ni n’entretient des préjugés. Bref, tout est correct!

Un des membres a toutefois exprimé sa dissidence.

d2017-03-035

Libre de dire n’importe quoi ?

Cet article décrit le fonctionnement des chiens de garde édentés du journalisme radio.

Radio X a été réprimandée dans cette affaire, mais les stations de radio du Québec se font de moins en moins souvent taper sur les doigts. L’actualité a épluché les rapports annuels du Conseil canadien des normes de la radiotélévision depuis 1994 : alors que le nombre de plaintes a explosé depuis cinq ans — poussée attribuable, selon l’organisme, aux médias sociaux —, le nombre de blâmes est en chute libre. Sur les 1 295 dossiers étudiés par le CCNR ces cinq dernières années — qui concernent en grande partie les radios de la ville de Québec —, seulement 5 ont abouti à des blâmes. C’est trois fois plus de plaintes qu’au début des années 2000, avec trois fois moins de blâmes.

Lactualite.com

Jeff Fillion de nouveau blâmé sévèrement par le Conseil de presse

Nous étions quatre, dont Michel Seymour, professeur de philosophie à l’Université de Montréal, à porter plainte auprès du Conseil de presse de Québec contre l’animateur radio Jeff Fillion à la suite de ses propos sexistes, racistes, haineux et dégradants envers les femmes autochtones qu’il a tenus en ondes sur CHOI 98,1 FM Radio X le 15 novembre 2016. Nous venons de recevoir la décision du Conseil.

Hufington Post

Fillion blamé pour propos racistes, sexistes, dégradants, haineux, préjugés et atteinte à la dignité

Fillion est blamé pour « propos racistes, sexistes, dégradants et haineux entretenant les préjugés et portant atteinte à la dignité des personnes » par le Conseil de presse du Québec. La décision fait suite à des propos éructés en novembre 2016. Fillion y affirmait que Les flics de Val d’Or ne peuvent pas avoir violé les Autochtones, elles sont laides et ils sont beaux.

Fillion ajoutait que les femmes autochtones auraient «des problèmes d’hépatite» et des «dents pourries», seraient «déboitées» et «vraiment maganées».

Les propos d’un des plaignants: Facebook.com

Revue de presse

Radio-Canada

La Presse