Archives pour la catégorie cpq et ccnr

Affirmer que les femmes sont inaptes pour la politique n’est pas discriminatoire selon le Conseil de presse

Le Conseil de presse juge que considérer les femmes comme étant inaptes à faire de la politique parce qu’elles n’aimeraient pas les horaires surchargés et qu’elles sont trop faibles pour supporter la pression n’est pas discriminatoire, selon une décision d’un comité du Conseil de presse constitué à majorité d’hommes (4/6).

Le 6 mars 2017, Jeff Fillion exprime les propos suivants:

« La politique, on va se le dire, les femmes aiment pas ça. Premièrement, les femmes sont pas politisées, elles aiment pas ça. »

« C’est un mode avec des horaires de fou. Les femmes aiment pas ça. Parlez-en au monde en médecine, et on voit la différence entre les hommes et les femmes. »

« La moitié de ses amis médecins sont sur les antidépresseurs. Beaucoup de femmes médecins sont sur les antidépresseurs. L’horaire, le stress, etc. »

Après une savante analyse (et peu détaillée malheureusement), le CPQ juge que ces propos ne sont pas disctiminatoires, ne suscitent pas le mépris ni n’entretient des préjugés. Bref, tout est correct!

Un des membres a toutefois exprimé sa dissidence.

d2017-03-035

Libre de dire n’importe quoi ?

Cet article décrit le fonctionnement des chiens de garde édentés du journalisme radio.

Radio X a été réprimandée dans cette affaire, mais les stations de radio du Québec se font de moins en moins souvent taper sur les doigts. L’actualité a épluché les rapports annuels du Conseil canadien des normes de la radiotélévision depuis 1994 : alors que le nombre de plaintes a explosé depuis cinq ans — poussée attribuable, selon l’organisme, aux médias sociaux —, le nombre de blâmes est en chute libre. Sur les 1 295 dossiers étudiés par le CCNR ces cinq dernières années — qui concernent en grande partie les radios de la ville de Québec —, seulement 5 ont abouti à des blâmes. C’est trois fois plus de plaintes qu’au début des années 2000, avec trois fois moins de blâmes.

Lactualite.com

Jeff Fillion de nouveau blâmé sévèrement par le Conseil de presse

Nous étions quatre, dont Michel Seymour, professeur de philosophie à l’Université de Montréal, à porter plainte auprès du Conseil de presse de Québec contre l’animateur radio Jeff Fillion à la suite de ses propos sexistes, racistes, haineux et dégradants envers les femmes autochtones qu’il a tenus en ondes sur CHOI 98,1 FM Radio X le 15 novembre 2016. Nous venons de recevoir la décision du Conseil.

Hufington Post

Fillion blamé pour propos racistes, sexistes, dégradants, haineux, préjugés et atteinte à la dignité

Fillion est blamé pour « propos racistes, sexistes, dégradants et haineux entretenant les préjugés et portant atteinte à la dignité des personnes » par le Conseil de presse du Québec. La décision fait suite à des propos éructés en novembre 2016. Fillion y affirmait que Les flics de Val d’Or ne peuvent pas avoir violé les Autochtones, elles sont laides et ils sont beaux.

Fillion ajoutait que les femmes autochtones auraient «des problèmes d’hépatite» et des «dents pourries», seraient «déboitées» et «vraiment maganées».

Les propos d’un des plaignants: Facebook.com

Revue de presse

Radio-Canada

La Presse

Des remèdes contre les radios-poubelles

Le président sortant du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) Jean-Pierre Blais « s’inquiète » du contenu « de plus en plus extrême » sur les ondes des radios privées de la région de Québec.

S’il ne veut pas « décider ce qui est acceptable ou non » en ondes, le président sortant du CRTC propose toutefois une solution aux « fameux provocateurs de la ville de Québec […] qui accroissent les divisions sociales » : le rôle crucial de Radio-Canada comme « antidote à la caisse de résonance » des radios privées, et la fin des quotas de musique francophone à la radio.

lapresse.ca