Archives pour la catégorie homophobie

Les personnes transgenres et les gais sont anormaux, selon Bombardier, Trudeau et Martineau

La nouvelle présidente de la Fédération des Femmes du Québec est une personne transgenre. C’est tout ce que ça prend pour faire choquer Denise Bombardier qui réagit avec une chronique pleine de fiel. Elle est aussitôt invitée par Martineau-Trudeau à Radio X pour être félicitée.

Et Bombardier déverse librement sa haine transphobe sous les hourras de Martineau et Trudeau qui ne peuvent s’empêcher de renchérir sur les gais vers la fin.

Bombardier parle comme si la présidente de la Fédération des Femmes du Québec (FFQ) était la première à parler du genre comme d’une création sociale. Pourtant, Simone de Beauvoir décrit le phénomène dans « Le Deuxième sexe » en 1949. C’est une position répandue dans le mouvement féministe depuis des décennies.

Bombardier fait comme si c’était la première fois qu’elle en entendait parler.

On peut aussi s’opposer à ce qu’une personne transsexuelle prenne la tête de la FFQ avec des arguments valides. Mais ce que dit Bombardier transpire le dégout et la transphobie.

Remarquez qu’en 2004, Bombardier a été blâmée pour propos homophobes.

Radio X : les personnes transgenres et les homosexuels sont anormaux

1 décembre 2017, Richard Martineau, Jonathan Trudeau et Denise Bombardier (00:21:00)

10h: DB- « Elle a été interviewée de façon complaisante [comme dans la présente entrevue] et elle disait qu’elle s’intéresserait aux extrêmes marginaux et que les acquis qu’elle gagnerait retomberaient sur toutes les femmes. Intellectuellement, c’est de la bêtise (…)

DB- « Il faut cesser d’évaluer les gens en regard de la loi. Il y a aussi la décence! (…) »

DB- « Depuis le début de l’humanité il y a des hommes, il y a des femmes, et une femme ce n’est pas un homme, et un homme ce n’est pas une femme, à côté de ça il y a… je ne sais pas comment on peut appeler ça, il y a des gens qui sont dans une situation psychologique et physique catastrophique (…) »

Puis Bombardier se vante d’être intelligente et bonne.

RM- « Est-ce que vous trouvez les transgenres anormaux? »

DB- « Les transgenres, c’est des gens envers qui on doit avoir de la compassion (…) »

DB- « Il y a un gars de 45 ans qui dit: moi je suis une fille de 6 ans. Alors il porte une petite capuche sur la tête et une robe à frisons (…) »

RM- « Non, mais on peut-tu le dire que c’est un malade? »

DB- « Non, on peut pas [#not], à une autre époque, ces gens-là on les protégeait [lire enfermait] et on les mettait en hôpitaux psychiatriques (…) »

DB- « On les laisse demander tout. Demain, ils demanderont d’être premier ministre! »

RM- « Bravo, merci de votre courage [de répéter ce que tous les homophobes disent depuis un siècle].(…) »

JT- « On devrait avoir le droit de dire qu’une relation normale, c’est homme-femme mais qu’il n’y a absolument rien de mal à avoir une relation homme-homme »

RM- « Mais c’est pas la norme! (…) Comment ça se fait que c’est la marge qui dit c’est quoi la norme? La démocratie, c’est quoi que la majorité l’emporte. Là, c’est la minorité qui l’emporte (…) C’est ça quelqu’un qui est normal, normal c’est la norme, c’est la force du nombre. Le plus grand nombre de gens agissent comme ça, c’est normal. C’est la marge qui nous dit comment faire. »

RM- « Anormal, les gens pensent qu’on dit malade mental. Non, ça veut dire « pas la norme » (…) Tu ne fais pas partie de la majorité. Les transgenres sont anormaux. Les gais sont anormaux. Ils ne font pas partie de la norme. Ils sont une exception (…) C’est pas la marge qui devrait leader, diriger un groupe. C’est fou, complètement débile (…)  »

transgenre-presidente-de-la-federation-des-femmes-du-qc-de-la-betise-intellectuelle_2017-12-01.mp3

Fillion n’a aucun problème avec les guérisseurs d’homosexualité

Jeff Fillion

Un homme prétend pouvoir guérir l’homosexualité. Comme de bien entendu, Radio X l’invite pour une belle entrevue. Soit disant « Pour montrer que ça existe et pour le dénoncer », selon le duo Martineau-Trudeau.

Sauf qu’à la même antenne il y a Jean-François Fillion.

Alors Fillion répond en disant qu’il n’a aucun problème avec les « guérisseurs d’homosexualité ». Parce que c’est un produit que des adultes consentants peuvent s’offrir. Comme une diseuse de bonne aventure par exemple.

Le problème c’est qu’un guérisseur d’homosexualité, puisqu’on prétend guérir, est plus proche d’un médecin, d’un psychologue ou même d’un conseiller d’orientation. Toutes des professions gérées par un ordre professionnel et dont les charlatans sont sévèrement punis. Normal, puisqu’un mauvais diagnostic peut avoir des conséquences graves, à long terme, sur la santé des individus.

Mais surtout, affirmer qu’on peut guérir l’homosexualité, c’est implicitement déclarer qu’il s’agit d’une maladie. Ce qui est homophobe, bien entendu.

Que Fillion ne sache pas reconnaitre l’homophobie quand il en voit n’a rien de surprenant puisqu’il est lui-même homophobe. En août 2013, Fillion est dégouté que des enfants puissent voir des hommes qui s’embrassent. En mai 2013, il qualifie les couples homosexuels « d’anormaux ». En mars 2013 il laisse entendre que voir deux hommes s’embrasser peut « fucker nos enfants ». Il y a quelques jours, Fillion assurait qu’il n’y a aucun agriculteur gai.

Vivement une sorte d’ordre professionnel des journalistes qui pénaliserait les charlatans, les menteurs, les agitateurs politiques et les homophobes.

Ces propos sont homophobes. Vous pouvez donc porter plainte au CCNR ou au CPQ, et écrire une lettre aux annonceurs.

Radio X: pas de problème avec les guérisseurs d’homosexualité

7 septembre 2017, Fillion avec Jean-François Fillion, Laurence Gagnon, Gerry (00:10:24)

11h52: JF-« Michel Lizotte, guérisseur d’homosexualité (…) Si vous avez des gens qui sont homosexuels et qui ne sont pas bien dans la situation et il arrive quelqu’un qui dit moi je peux te guérir. Il est ou le mal? (…) »

JF- « [Lizotte] c’est un super human being (…) »

JF- « Dans la dernière marche gaie à Montréal, dans la diversité il y a des gens qui marchent à genoux avec une muselière et l’autre le tient avec une chaine (…) »

G- « C’est juste platte de savoir qu’il y a des enfants qui sont la avec leurs parents et voir passer des gars à quatre pattes. Ça c’est platte (…) »

JF- « Je pense qu’on cohabite bien ensemble tout le monde [les hétéros et les gais] c’est sûr qu’il y a des organisations subventionnées qui ont intérêt à nous dire que ça va vraiment mal. Je comprend si demain matin tout va bien eux autres ils ont plus de job. Donc ils ont tout intérêt que ça aille mal (…) »

LG- « Il y a personne qui a été forcé pour aller voir ce guérisseur la (…)  »

fillion_2017-09-07-11h52-guerisseur-gai.mp3

Un agriculteur gai, ça n’existe pas, selon Fillion

Dans l’audio suivant, Jeff Fillion dit que les agriculteurs gais, ça n’existe pas.

La photo ci-haut provient du site de Fierté Agricole dont la mission est de « Regrouper les personnes LGBT+ partageant un intérêt commun pour l’agriculture et la vie rurale. »

Pour dire n’importe quoi, Fillion, peut-être le dernier homophobe de la radio de Québec, est un vrai champion.

Radio X : agriculteurs gais

31 août 2017, Jean-François Fillion, Dominic Dumas et Laurence Gagnon (00:01:45)

13h48 : « Pourquoi on en ferait pas une « L’amour est dans le pré » version gaie (…) Dans les fermiers, il n’y en a pas. C’est des gens avec des traditions très conservatrices (…) Il y en a! Il y a des familles qui ont eu huit enfants et dans gang il y a deux homosexuels. Mais les deux homosexuels, ils sont plus dans la ferme. Sont allés vivre dans une communauté ailleurs. Sont allés vivre en ville. »

fillion_2017-08-31-13h48-pas-dagriculteurs-gais.mp3

22 personnes transgenres voudraient imposer leur réalité à la terre entière, selon Alex Leblond

On pourrait résumer l’extrait suivant par « Moi, les transgenres, ça me dérange pas, sauf que… »

Le club-école de Radio X a bien appris la leçon sur les personnes transgenres. Pour résumer quinze  minutes de radotage inepte: les personnes transgenres, c’est une minorité qui veut imposer son respect au monde entier et puisqu’elles ne sont pas nombreuses il faut juste les ignorer et continuer de les dénigrer.

Alex est le fils de Stéphane Leblond, du syndic LeBlond et Associés, celui qui achète plein de pubs à Radio X et qui répond des insultes à ceux qui dénoncent l’homophobie de la radio-poubelle.

En passant, Alex, si on étendait la même chose aux personnes handicapées, il faudrait retirer toutes les rampes d’accès, les ascenseurs et tous les aménagements installés pour les accommoder. Puisqu’elles sont une minorité. Et on pourrait étendre cette idée à toutes les minorités, les enfants autistes, les immigrants et les gais, entre autres, tant qu’à ça.

C’est de la discrimination pure et simple en raison du genre et vous pouvez donc porter plainte au CCNR ou au CPQ et écrire une lettre aux annonceurs.

Radio X: les transgenres veulent imposer leur mode de vie au monde entier

14 mai 2017, Le show du weekend, Alexandre Leblond, Raphaëlle Beaupré, un auditeur
(00:15:39)

Entre 6h30 et 9h : AL- « Là où j’ai un problème, c’est quand ces gens-là qui représentent une infime minorité veulent que leur réalité s’adapte à la majorité (…) Y en a qui vont être contre le fait que ces gens-là aient des enfants. on s’entend que l’enfant aura pas l’ambiance la plus normale comparativement à ses camarades de classe (…) Quand tu représentes une minorité… tu fais ce que tu veux, mais… tu restes une minorité. C’est pas à la majorité à s’adapter à toi. C’est à toi de t’adapter un minimum à la majorité (…) »

AL- « C’est pas vrai que les médecins, qui ont fait des années d’études, doivent tout renier ça pour s’adapter à ta situation à toi (…) C’est un pattern qui semble se dessiner chez ces gens-là. On dirait qu’ils ont tellement une vision unilatérale de la société dans laquelle ils vivent. Parce que, quand une réalité s’applique à eux, elle devrait s’appliquer à tout le monde. (…)

AL- « Est-ce qu’on va changer de A à Z les pratiques médicales des 100 dernières années à cause de 22 personnes? Qui… je comprend qu’ils se sentent persécutés, mais c’est pas 22 personnes qui devraient déterminer le vocabulaire de 8 milliards de personnes et la manière dont 8 milliards de personnes vivent la maternité (…)

AL- « C’est complètement débile. On dirait qu’ils font pas la distinction. On dirait que, quand quelqu’un veut pas s’adapter à la réalité, il voit tout de suite ça comme de la persécution, alors que tout le monde t’accepte. Tout le monde s’en sacre carrément. Tout le monde se sacre de toi (…) Personne t’impose leur réalité à eux autres, pourquoi t’imposerais ta réalité aux autres (…) Aussitôt que tu fais une joke sur un transgenre tu es considéré comme transphobe (…) Je sais pas dans quelle réalité ces gens-là vivent, la grande majorité sont bien corrects, c’est toujours la minorité qui fait passer la majorité pour des cristies de débiles, c’est la minorité qui se retrouvent dans les journaux, c’est la minorité qui est assez imbécile pour appeler un journaliste, parce que normalement la majorité ont d’autres choses à faire. Autre chose à faire que des études sur 22 personnes à travers le monde, sur des hommes qui accouchent. »

A: « Peut-être qu’il y a un trouble d’évaluation psychiatrique de ces gens-là (…)  »

2017-05-14-981-des-hommes-enceinte-reclament-justice-on-derape-sur-la-liste-des-120-genres.mp3

Toilettes transgenres: Drainville et Duhaime font les boss des bécosses

Le duo Duhaime-Drainville embarque dans un débat dont ils ignorent tout: les toilettes transgenres.

Cette discussion vaseuse est propice à augmenter la stigmatisation des personnes transgenres.

Vaseuse, parce qu’elle brandit des préjugés comme des arguments. Parce qu’elle est tenue par deux blancs privilégiés machos qui n’ont aucune empathie. Et parce que les arguments des gens  concernés, les personnes transgenres, sont ignorés, celles-ci étant absentes.

Vous trouvez ces propos inacceptables? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

FM93: débat excité sur les personnes transgenres

23 février 2017, Drainville-Duhaime, avec Bernard Drainville et Éric Duhaime (00:17:03)

11h25 : BD- « Trump a relancé la guerre des toilettes (…)

ED- Il y a plusieurs débats. Il y en a qui disent qu’on devrait avoir une troisième toilette

BD- Ça, ça me fait capoter (…)

ED- Dans une couple d’années, on ne pourra plus demander sur un formulaire si tu es un homme ou une femme, ça va être de la discrimination (…)

BD- Hey, l’Ontario! L’Ontario ont voté une motion en 2015 pour retirer les termes  »mère » et  »père » de 10,000 formulaires différents dans la province. D’ailleurs, c’est un cout débile, tout réimprimer ça c’est bien évident mais là tu pourras plus t’appeler père et mère? Tu vas t’appeler quoi, parent? Un parent, une parente? Éric, dis-moi que je rêve?  C’est quoi, on est dans le Twighlight zone, et on va se réveiller? (…) Tu peux te déclarer transgenre (…) Même si tu as pas changé de sexe!

[Imprimer 10,000 formulaires en noir et blanc, en 2017, c’est épouvantable en effet. Ceci dit, il y a un spécial à 18 sous la feuille chez Bureau en gros]

ED- Donc, tu es un homme pas de pénis ou une femme avec un pénis. Ça marche pas! Pour moi, une femme ça n’a pas de pénis. (…)

BD- Moi je te le dis, Éric, si ces batailles là ne sont pas menées correctement, puis s’ils ne sont pas menées en tenant compte d’une certaine majorité qui est ouverte, mais qui, un moment donné, est un peu tannée là de se faire imposer des accommodements de toutes sortes, un moment donné, ça va leur péter dans la face, à ces groupes là.

ED- Il va y avoir un backlash [définition de backlash: voir CrucifixGate], c’est sûr qu’il y a un effet boomerang (…) Là, on est rendu qu’on prend la marge de la marge et on voudrait que l’ensemble des citoyens paient pour ça. Y en a combien au Québec (…) Y a bien des écoles, y en a zéro (…)

BD- Justin nous écrit: il faut être ouvert à ce qui est marginal, mais la gauche diversitaire là, qui veut une société sans genres, et qui veut redéfinir la norme pour tout le monde, elle risque de subir un backlash si elle continue de pousser trop loin, assez c’est assez (…)

[Bernard aime bien lire un auditeur faisant juste répéter ce qu’il vient de dire]

ED- Là, quand y a des batailles comme celle-là, ça fait monter la transphobie. C’est tellement rendu ridicule comme débat, je décroche (…)

ED- Tu peux pas te dire femme si tu as un pénis (…)

BD- Ça prend-tu une troisième toilette pour les transgenres? On dit non, joualvert, non! (…) Les transgenres c’est rendu la cause « in » (…)

BD- Est-ce que le droit des minorités d’imposer l’allure et la direction du débat public est infini ?

ED- On va-tu changer les lois pour une personne?

BD- La tyrannie de la minorité! (…) Si tu oses poser cette question-là, tu es dans le trouble, là (…)

[Bernard se posant préventivement en victime à la fin. Courageux.]

2017.02.23-11.15.00-933-hysterie-transgenre.mp3