Cher Bell, pensez-y à deux fois avant d’échanger Fillion pour Jérôme Landry

jerome

Cher Bell,

La décision que vous venez de prendre concernant le congédiement de Jeff Fillion est compréhensible. Nous savons que la réputation de votre entreprise est une valeur importante à vos yeux et que vous souhaitez la préserver.

Par contre, nous comprenons moins votre désir de remplacer Jeff Fillion par Jérôme Landry.

Nous espérons que cette histoire de tweet sur Alexandre Taillefer n’était que la goutte qui a fait déborder le vase. Car s’il est douteux d’être congédié pour un simple tweet, aussi insultant soit-il, il en est autrement si on met dans la balance tout ce que Fillion a dit d’homophobe et de raciste depuis son retour à la radio.

On se souvient bien du tonitruant Badawigate, mais plusieurs déclarations de Fillion n’ont pas fait les manchettes. Celles contre les transsexuels, les gais, l’avortement, des anti-racistes, les itinérants, les musulmans, les Gaspésiens, les Mexicains etc. Ces déclarations auraient toutes mérité au moins une sanction.

On se demande aussi pourquoi vous avez engagé Fillion, en premier lieu, parce que c’était loin d’être mieux sur Radio-pirate.

Néanmoins, nous vous félicitons, car l’intimidation n’est pas acceptable sur des ondes publiques. Alexandre Taillefer a en effet admis, lors d’une entrevue avec Paul Arcand, avoir été ciblé par des trolls de Jeff Fillion les deux mois précédents le tweet fatal.

Compte tenu de tout ça, nous comprenons votre décision de mettre fin au contrat de Jeff Fillion. Selon notre interprétation, quoiqu’en disent les journalistes, ce n’est pas juste l’histoire d’un tweet.

Vous auriez du examiner plus attentivement les antécédents de Fillion avant de l’engager. Et vous vous apprêtez peut-être à faire la même erreur avec Jérôme Landry. Laissez-nous vous éclairer à ce sujet. Tout ce que nous affirmons est appuyé par des extraits audio disponibles dans nos archives.

Saviez-vous que Landry a déjà été condamné, en février 2016, avec Denis Gravel, par le Conseil de Presse pour « pour mépris, discrimination et préjugés » à l’endroit de gens sur l’aide sociale? Selon le duo, ces personnes démunies seraient sales, voleurs et alcooliques.

Landry a aussi été condamné par le CCNR en 2015 quand, toujours accompagné par Gravel, il a proféré des grossièretés contre des cyclistes. Dans ce long discours, le duo est allé jusqu’à menacer les cyclistes:

Gros colon ! Gros cave ! Reste chez-vous. Tu mérites qu’un char te passe dessus.

Au sujet de l’égalité homme-femme, valeur de base de la société québécoise selon un consensus assez bien répandu, Jérôme Landry affirme que « les enfants en n’ont rien à foutre de ces questions-là », le 1 juin 2015 à Radio X.

Le mois précédent, le 5 mai 2015, Jérôme affirme sur les ondes que c’est une « belle perte de temps à l’école de parler d’homosexualité à des 3e année ».

Le 9 avril 2015, Landry qualifie des étudiants de « bums », et il rajoute : « Vous êtes des crottés, des ratés, des crétins, des loosers (…) vous êtes des vidanges. C’est difficile d’être plus raté que ça. ».

Au sujet de toilettes pour transgenres aménagées au Collège Dawson, Landry qualifie, le 26 février 2015, cette idée de « dictature des minorités », ajoutant : « On est rendu malade dans tête ».

Saviez-vous que la conjointe de M. Landry est Josée Morissette, celle qui a comparé deux gais qui s’embrassent à deux chiens? Le Conseil de presse avait jugé ces propos injurieux et remplis de préjugés.

Le 12 décembre 2014, Jérôme Landry appuie les techniques de torture de la CIA, les simulations de noyade, privation de sommeil, plonger la tête dans un bassin d’eau glacé, etc.

Nous avons plusieurs autres extraits de M. Landry dans la section conçue à cet effet.

Tout ça pour dire que si vous tenez à votre réputation au point de briser votre contrat avec Jeff Fillion, vous pourriez y penser à deux fois avant d’engager Jérôme Landry.

En souhaitant que vous preniez la bonne décision.

Agréez, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.