CHOI blamé pour propos haineux et incitation à la violence

Réjean Breton

Le 11 juin 2012, en plein Printemps Érable, le « prof » Breton exprime le fond de sa pensée: « Si la prochaine fois que ti-cul Dubois débarque à Québec, y peut pas passer, pis que si y’essaie de passer, il prend une claque sur s’a yeule, ça, ça serait vraiment… »

Gabriel Nadeau-Dubois est aussi qualifié de « rat », de « petit être méprisable », de « bouffon », de « petit morveux », de « minable » et de « petite pute sans aucun intérêt ».

Dans la même chronique, Amir Khadir, du parti Québec Solidaire, est appelé le « mollah Khadir ».

Quelques jours plus tard, une plainte est déposée au Conseil de presse du Québec.

Le 18 janvier 2013 l’organisme prend sa décision: CHOI est blamé pour propos haineux, incitation à la violence et refus de collaboration.

Les principes de déontologie en la matière sont clairs : « Les médias […] doivent impérativement éviter d’utiliser, à l’endroit des personnes ou des groupes, des représentations ou des termes qui tendent à soulever la haine et le mépris, à encourager la violence ou encore à heurter la dignité d’une catégorie de personnes en raison d’un motif discriminatoire. » (DERP, p. 41)
Conseil de presse du Québec.

Ce n’est pas la première fois que nous rapportons des cas d’incitations à la haine. Le 25 novembre 2012, Denis Gravel proposait d’être « ferme » et « agressif » avec les « carrés rouge », qu’il qualifia de « colons ».

Porter plainte au Conseil de presse, c’est loin d’être compliqué! Suivez le guide.