De l’influence relative de la radio-poubelle

Concept of controlled businessman

On insiste souvent, à la Coalition, sur l’influence de la radio-poubelle sur leurs auditeurs. Un phénomène difficiler à mesurer précisément. Pour y parvenir, le plus simple consiste à observer la réaction des auditeurs aux commandements de leurs gourous. Prenons quelques exemples.

1. Pétition sur la voie réservée
Le 4 décembre 2013, une pétition rejetant une voie réservée pour autobus sur l’autoroute Henri IV est déposée à l’Assemblée Nationale. Elle est parrainée par Éric Caire, député de la CAQ chouchouté par la radio-poubelle.

Bien avant la pétition, la radio-poubelle dénonce les voies réservées qui, selon eux, enveniment la congestion routière. Le discours est souvent additionné de propos dénigrants envers le RTC et les cyclistes.

Le FM93 et Radio X prennent la pétition sous leur aile et en font une promotion vigoureuse. La première semaine, chaque émission de la grille en fait mention plusieurs fois. Selon les derniers sondages BBM, CHOI possède plus de 300,000 auditeurs chaque 15 minutes. 250,000 pour le 93,3.

À cette date, la pétition, toujours en ligne, semble stagner à presque 22,000 signatures.

On s’entend, signer une pétition, c’est à la portée d’un auditeur de la radio-poubelle « occupé dans le trafic entre deux voyages à la garderie et Cotsco et n’ayant pas le temps de manifester ».

2. Cols rouge
En mai 2012, l’animateur du matin du FM93, Sylvain Bouchard, tente de reprendre la tête des sondages BBM et lance le mouvement des « Cols rouge ».

L’initiative est lancée en plein battage médiatique causé par les élections et suite à une vigoureuse campagne de promotion du FM 93 incluant un « député académie ». Les auditeurs étant interpellés par le mouvement n’avaient qu’à entrer leur courriel sur un site web. Encore une fois, pas quelque chose de très difficile à faire. Bouchard obtient 26,000 adhésions.

3. Campagne « Écoeuré de payer »
En mars 2013, CHOI Saguenay (KYK) lance une campagne de promotion intitulée « Écoeuré de payer ». Elle vise à dénoncer les « groupuscules [qui] revendiquent, manifestent et réclament ». La campagne est appuyée par les médias de Quebecor (Journal de Montréal, de Québec et TVA).

À ce jour, la page Facebook compte 2300 adhérents. Elle n’a pas été mis à jour depuis mai dernier. En comparaison, la page Facebook satirique « Écoeuré de penser » compte 3696 fans.

La station imprime des autocollants qui sont distribués à travers la province. Rapidement, on ne sait trop pourquoi, la campagne est stoppée à Québec. Au Saguenay, la campagne bat son plein jusqu’en novembre 2013. KYK distribue des autocollants et achète de la pub sur les autobus.

D’autres événements ont mobilisés d’avantage de personnes. Mais ces trois exemples ont l’avantage de nous donner des chiffres précis.

A comparer, la consultation internet de Bernard Drainville sur la charte, un sujet provincial, avait mobilisé 26,000 personnes. Comme l’indique Infoman, la pétition contre les concours de mini-miss a récolté 50,000 signatures. La pétition pour la démission de Jean Charest en avait récolté 250,000.

Ces évènements donnent une idée de la puissance de la radio-poubelle sur la région de Québec. Ce n’est pas un raz-de-marée ni un pétard mouillé. C’est une influence importante. C’est un pouvoir qui compte.