En cas de viol, la victime « doit assumer les risques », selon Josée Morissette

Josée Morissette

Une femme va en procès pour se plaindre d’une « fraude sexuelle ». Pour résumer rapidement: 2 gars, une fille. En pleine action, le gars quitte la pièce et un autre vient le remplacer. La relation sexuelle se poursuit sans que la fille n’ait été avisée du changement de partenaire.

Jérôme Landry et Josée Morissette en parlent. Mais c’est Josée qui a les propos, de loin, les plus étonnants.

Ce qui n’est jamais dit dans cet épisode radio c’est qu’il s’agit d’un viol. Ce n’est peut-être pas la définition du dictionnaire, mais selon l’Institut national de santé publique et les féministes, la définition du viol est une « relation sexuelle sans consentement ».

La fille de l’histoire n’a jamais consenti à sa relation sexuelle: on ne lui a jamais demandé!

Pour Josée Morissette, c’est assez clair: C’est la faute de la fille. Elle devait être plus prudente. Point.

Toute l’histoire est ici.

Vous trouvez ça inacceptable? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

NRJ: les femmes violées sont responsables (00:14:19)

12 mai 2016, Landry dans le retour, avec Jérôme Landry et Josée Morissette

15h40 : Jérôme Landry soulève des questions sur la notion de consentement. Josée Morissette réplique: « Je suis pas d’accord (…) Une fille doit assumer ce qu’elle fait. Elle doit assumer les risques des situations ou des choses qu’elle fait, si elle s’en va avec deux gars. Comprends-tu? (…) Faut être clair (…)

JL- Est-ce que c’était sa responsabilité à elle de se rendre compte à la noirceur que c’est un nouveau partenaire qui était rendu derrière elle? (…)

JM- Sauf si une fille est agace, puis toute la soirée elle écrit  »ah ouais, moi deux, puis trois ». Tsé, il y en a des filles des agaces? (…) Mais les filles ne soyez pas agaces. Un moment donné, faut que tu te respectes, il faut que tu respectes les personnes avec qui que t’es, et il faut que tu te respectes comme femme (…) T’arrives là, et y a un gars habillé en robe de chambre, puis en boxer en-dessous. Puis, c’est pas avec lui que tu veux coucher, c’est l’ami. Tsé, ding ding là! Y a une petite lumière qui devrait allumer là (…)

JL- Les mœurs sont un peu plus légères depuis quelques années (…)

JM- Ayez donc des sexualités plates et dull. Vous en aurez pas des problèmes de même! »

12-05-2016-nrj-landry-josee-viol-consentement.mp3

Donc, selon eux, la fille n’a pas été assez claire. Elle aurait dû faire signer des formulaires de consentement en trois copies et revalider pendant la soirée.