Gravel se réjouit d’avoir imposé le troisième lien à l’ordre du jour de la mairie

Denis Gravel

Quand on dit que la radio-poubelle a de l’influence sur les politiciens, personne ne nous croit. Mais quand la radio-poubelle l’avoue elle-même, c’est bien mieux.

Dans l’extrait suivant, Denis Gravel se réjouit d’avoir imposé le débat sur un troisième lien aux politiciens. En effet, imprimer 20,000 autocollants, lancer une pétition, harceler le maire sur les réseaux sociaux, c’est le genre de choses qui peuvent avoir du poids sur les politiciens.

On est juste content que Gravel soit candide à ce sujet.

Vous trouvez ces propos inacceptables? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

CHOI : les radios ont imposé le débat sur le troisième lien

30 novembre 2016, Gravel dans le retour avec Denis Gravel (00:12:51)

15h17 : «La radio c’est pas important, c’est futile (…) On est les seuls qui sommes condamnés à prendre la parole pour la majorité. On n’est pas des politiciens, mais on est obligés de faire de la politique par la bande. Une fois de temps en temps, on est capable de réorienter le débat à l’hôtel de Ville. Je pense que la réussite du troisième lien, de voir qu’on a forcé ça à l’ordre du jour, est une réussite.»

Et de poursuivre en prenant comme exemple les food-trucks, une autre campagne politique de nos radios-poubelles.

gravel-dans-le-retour_2016-11-30-15h11-reorienter-le-debat-3elien.mp3