La langue de l’extrême-droite dans la bouche de l’égout

Après Dominic Maurais, c’est au tour de Sylvain Bouchard d’embarquer sur un thème apprécié par l’extrême-droite: le racisme anti-blanc.

L’animateur Sylvain Bouchard

93,3: on en entend parler parce que c’est des noirs (00:01:36)
26 octobre 2012, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard
Bouchard suggère que l’histoire de l’exclusion de noirs à Gatineau n’est pas une question de racisme mais une question de gang de rues. Il ajoute qu' »il y a plein de bar dans le monde ou les blancs sont interdits de rentrer. Mais on en parle jamais (…) Les victimes sont les blancs (…) Dans certains pays d’Afrique et au Moyen-Orient, les chrétiens sont actuellement persécutés comme jamais. Mais ça fera pas le tour du web. » Notons l’amalgame entre « blanc » et « chrétien ».
2012.10.26-09.00.00-racismeAnti-blanc.mp3

Sans remettre en cause l’existence de ce racisme, des associations et personnalités politiques discutent l’utilisation de l’expression « racisme antiblanc », celle-ci ayant d’abord été introduite par le FN et favorisant, selon eux, un antagonisme communautaire en faisant des distinctions entre les types de racismes.
(…)
Selon plusieurs chercheurs et journalistes, l’expression racisme anti-blancs provient à l’origine du lexique politique de l’extrême-droite française. Le quotidien de droite Le Figaro note à ce propos: « L’idée d’un «racisme inversé» a été théorisée depuis plus de vingt ans par le Front national, en opposition aux mouvements antiracistes ».
(…)
Selon le Dictionnaire de l’extrême droite du psychosociologue Dr Erwan Lecoeur, la notion de « racisme antiblanc » aurait été également introduite par l’association d’extrême-droite, l’AGRIF au côté de termes comme « racisme antifrançais » et « racisme antichrétien ». Cette affirmation est également soutenue et appuyée par le journal Le Figaro. D’après le dictionnaire de Lecoeur, l’emploi de ces notions s’inscrit dans une stratégie de « retournement victimaire » contre l’antiracisme pour « sortir du piège de l’accusation récurrente de racisme » et « la retourner par tous les moyens possibles ». La notion a été largement propagée et instrumentalisée par l’extrême droite. (notamment dans le sillage de la nouvelle droite), en réponse à l’émergence du thème de l’antiracisme.
Le Racisme antiblanc sur Wikipedia

Selon ces sources, la radio-poubelle utilise le vocabulaire de l’extrême-droite.

Puisque Bouchard indique que « je reçois des infos, j’ai des auditeurs qui sont allumés, ils m’en envoient », nous soulevons l’hypothèse que des sympathisants d’extrême-droite se trouvent parmi son auditoire. Ils trouvent en Bouchard une oreille attentive à leurs idées.

Cette proximité entre des sources d’extrême-droite et la radio-poubelle rappelle les liens qu’entretient le militant d’extrême-droite Martin Venne avec l’animateur Simon Tremblay de KYK Radio X, au Saguenay. Cela avait conduit à des dérapages majeurs en terme de qualité d’information, conduisant le Conseil de presse à se prononcer. Des militants de gauche et une journaliste avaient également été intimidé par des individus « prônant la pureté de la race blanche ». Dominic Maurais avait également collaboré avec Martin Venne pour le Journal de Québec.