Le CPQ blâme Richard Martineau, Sylvain Bouchard et Éric Duhaime

Le Conseil de presse du Québec vient de publier plusieurs nouvelles décisions et trois d’entre elles blâment des animateurs de radio-poubelle.

Martineau est blâmé pour « avoir encore manipulé une citation »

Le grief fait référence à une chronique d’avril 2016.

La chronique porte principalement sur une sentence, qu’il qualifie de « bonbon », prononcée à l’encontre d’un homme autochtone qui a infligé des brûlures à sa fillette. La clémence de la peine tiendrait compte, écrit le chroniqueur, des problèmes socioéconomiques de la communauté de l’accusé.

Avec une petite sauce islamophobe:

Il établit ensuite un parallèle avec une autre décision, rendue en 1994 par la juge Raymonde Verreault, qui avait alors tenu compte, dans l’établissement de la peine d’un homme de confession musulmane reconnu coupable d’avoir sodomisé une enfant, du fait qu’il avait «préservé sa virginité», en accord avec sa religion.

Martineau est blâmé pour « Référence (inutile) aux origines de l’accusé », « Relation filiale (erronée) entre l’accusé et sa victime » et « Citation inventée ».

Décision D2016-04-129.

Éric Duhaime est blâmé pour propos erroné sur l’immigration du Maghreb

En mars 2016, Éric Duhaime affirme que la majorité de l’immigration québécoise provient du Maghreb, ce qui est faux. L’objectif est bien entendu d’alimenter la rumeur inventée d’invasion musulmane et de servir son agenda islamophobe.

Nous avions d’ailleurs dénoncé cette citation.

Décision D2016-03-120.

Sylvain Bouchard et le FM93 sont blâmés pour « informations inexactes et sensationnalistes »

Il s’agit d’une histoire où Bouchard monte en épingle un courriel expédié au Centre multiethnique de Québec à propos de nourriture offerte aux réfugiés syriens.

Bouchard déforme les propos du courriel pour lui faire dire que les réfugiés se plaindraient de la nourriture offerte. Comme ça, des réfugiés feraient des caprices sur la nourriture qu’on leur donne par charité?

Bref, Bouchard instrumentalise la détresse des réfugiés syriens pour alimenter la haine de ses auditeurs à leur endroit.

De plus, l’auteure du courriel est présentée comme étant directrice de l’Association algérienne… ce qu’elle n’est pas du tout.

Plus inquiétant, la plainte contient ce paragraphe laissant planer un aura de menaces et d’intimidation autour de cette affaire:

La plaignante soumet que cette émission a mis la sécurité des réfugiés du Centre multiethnique de Québec en danger. Inquiets, les responsables du Centre ont demandé une surveillance accrue des forces policières. Mme Said souligne que bien qu’il ne soit arrivé aucun événement fâcheux, elle estime qu’une radio responsable et rigoureuse devrait pouvoir prévoir ce genre d’événements.

Décision D2016-03-106.

Remarquez que les trois blâmes concernent des propos à saveur islamophobe. Il est rassurant de voir que le CPQ prend enfin la situation au sérieux et nous ne pouvons que nous en réjouir.