Le Pen et Trump « ont soulevé de bons problèmes » selon Duhaime

duhaime

L’extrême-droite cartonne ces jours-ci dans les médias. Jamais le discours anti-musulman n’a été autant diffusé.

D’un côté, il y a Donald Trump, candidat à l’investiture républicaine aux États-Unis, souhaitant interdire l’entrée des musulmans. De l’autre, Marine Le Pen, cheffe du parti d’extrême-droite Front National, obtenant de bons résultats dans les élections régionales françaises.

Dans la région, on a nos animateurs de radios populaires dont le discours islamophobe est largement répandu.

Ce discours, résumons-le comme suit: Nous ne sommes pas racistes. Il y a des bons et des mauvais arabes. Il y a trop d’immigration. Les arabes sont plus dangereux que les latinos. L’Islam est une religion totalitaire et violente. Il n’y a pas de musulmans modérés. Nous sommes trop accueillants.

Vous aurez compris que nos animateurs de radio applaudissent Trump et Le Pen, même s’ils ne vont pas aussi loin. Une espèce de position mi-assise de racisme-oui-mais-pas-trop. Voilà, en audio, la position d’Éric Duhaime sur la question.

La même position que celle de Richard Martineau, hormis un extra-sauce. Martineau a aussi dit, en octobre 2013, que les Roms sont un vrai problème en Europe.

93,3 : Trump et Le Pen grattent le bon bobo (00:04:20)

8 décembre 2015, Bouchard en parle, avec Sylvain Bouchard et Éric Duhaime

8h24 : Donald Trump veut empêcher les musulmans d’entrer aux États-Unis « j’veux pas le défendre mais je veux dire quelque chose aujourd’hui, là. (…) Si Donald Trump est rendu là. Si Marine Le Pen est rendue là. Je ne dis pas qu’ils ont la bonne solution, mais ils ont gratté le bon bobo. Ils ont soulevé de bons problèmes. Les élites sont déconnectées. Il y a un malaise. Actuellement, il y a un problème. On parle de la guerre aux islamistes. On parle des réfugiés. On parle de toutes ces questions qui chicotent les gens et on a des politiciens qui jouent à l’autruche (…) Si Donald Trump offre des solutions extrémistes, c’est peut-être que les autres politiciens n’en ont pas de solution (…) La sécurité, c’est la base de la société. Si tu n’en as pas, c’est l’anarchie qui règne. Il y a un sentiment d’insécurité présentement, et au lieu d’en prendre acte, on a des élites politiques qui regardent ailleurs (…) Si Justin Trudeau continue d’être aussi déconnecté qu’il l’est sur ces questions-là, il va y en avoir aussi ici, la montée politique de gens comme Donald Trump et Marine Le Pen.

2015.12.08-08-24-933-donald-trump.mp3