Le SRB, avec ou sans Lévis

C’est la campagne orchestrée par les stations de radio qui aura fait pencher la balance, en bout de ligne. Le maire Lehouillier était accueilli en héros sur les ondes de CHOI Radio X, hier. C’est de bonne guerre, sauf quand l’animateur laisse entendre qu’on aurait caché aux citoyens le fait que les infrastructures existantes devaient être déplacées le long du tracé. Cette information est connue depuis le dévoilement de l’étude de faisabilité, en mars 2015.

Ça devient un problème quand on se sert de ce genre de désinformation pour créer une fausse image, pour miner sans raison la crédibilité du projet. S’il faut prendre des décisions quant à l’organisation du transport en commun, pour le bien de toute la région, qu’on le fasse au moins de manière informée. Pour l’instant, le débat se résume à trois choses : l’auto, le transport en commun, et les élections municipales.

Il y a une communauté d’intérêts naturelle entre l’automobile et la radio. Les automobilistes forment une large part de l’auditoire des radios, il ne faut donc pas s’étonner que celles-ci endossent la cause de ceux-là. On peut les comprendre. Après tout, l’automobile est à la radio ce que le papier est à ce journal.

Lapresse.ca