Le tapis rouge pour les carrés verts

La radio-poubelle fourbit ses insultes, sa provocation, sa haine et ses provocations contre le printemps qui vient. Gros défoulement anti-grève.

93.3 : la police, la sécurité et l’armée contre les grévistes (00:20:52)

17 mars 2015, Normandeau-Duhaime avec Éric Duhaime, Nathalie Normandeau et Miguael Bergeron

12h05 : Ça chiale contre la grève étudiante. Miguael Bergeron, de la Fondation 1625, dit que GARDA et la police doivent intervenir. Puis, on ouvre les lignes. À 17 minutes: « Quand on regarde la société où elle est rendue, puis Ottawa, puis l’État Islamique, avec tous les étudiants, ce qu’ils ont fait, avec Pauline Marois qui se promène en Ferrari, avec les jeunes sur des casseroles, moi je pense où on est rendu, là le gouvernement du Québec demande l’application des mesures de guerre puis l’armée rentre au Québec (…) Oui on est rendu là, actuellement y a du danger partout, un moment donné ça va sauter quelque part parce qu’il n’y a plus de loi et d’ordre dans cette province-là ».

17-03-2015-93.3-12h05-Miguael-bergeron-la-fondation-1625Arme.mp3

CHOI : les féministes tournées en dérision (00:10:08)

16 mars 2015, Maurais live avec Dominic Maurais

10h08 : Ça me fait bien rire le camp de formation féministe de l’ASSÉ. (…) Un peu de victimite, de complot. (…) « Nos blondes sont féministes, c’est-à-dire fières d’être femmes, mères de famille (…) et de performer au travail. » La définition du féminisme détournée par Maurais. « LGBTQ, c’est quoi? Gai lesbienne trans… du Québec (…) Le féminisme lesbien! Il y a comme une obsession. N’y a-t-il pas un lesbianisme obsessionnel? »

Maurais_live_16_03_2015-10h08-CampFormationFeministeAsse.mp3

Johanne Marcotte propose l’intervention de la police dans la grève étudiante. La soi-disante « libertarienne » se range derrière le gouvernement et la police pour nuire à la grève.

CHOI : Marcotte se range derrière le gouvernement contre les étudiants (00:01:52)

16 mars 2015, Maurais live avec Dominic Maurais et Johanne Marcotte

11h45 : « Pour moi, le concept de grève étudiante n’est pas compatible avec l’accessibilité aux études. (…) Blais a besoin de se réunir avec les recteurs et dire là là, si vous avez besoin de la police, bien faites-le. Refaites-moi pas le scénario de 2012, ou vous avez baissé les bras en lâche. »

Maurais_live_16_03_2015-11h45-MarcotteProposeALaPoliceDintervenir.mp3