Les femmes battues par Gomeshi se plaignent parce qu’elles ont été « dumpées », selon André Arthur

arthur

André Arthur, dont le « discours a changé », selon son boss Philippe Lefebvre, aborde le procès Gomeshi comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Arthur avance que les femmes battues par Gomeshi se sont plaintes de lui, non pas parce qu’elles ont été battues, mais parce que Gomeshi les a quittées.

Avec une grosse sauce anti-féministe brune on the side.

En tant que masculiniste notoire, André Arthur avance qu’il est bien évident que si des femmes sont battues, c’est à cause d’elles-mêmes.  »Les victimes sont coupables. Et le féminisme vient mettre le bordel parce que les femmes devraient se taire plutôt que de dénoncer leur victime ». Logique, non? Un sacré message pour les femmes battues qui feraient partie de son auditoire!

Vous trouvez ça inacceptable? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

CHOI : procès Gomeshi, la faute au féminisme (00:09:27)

9 février 2016, Moreault en jase, avec André Arthur

11h35 : « Féministe oblige, dans une société de plus en plus femellisée, au lieu de simplement appliquer le code criminel (…) Y a eu une cohorte de femelles fâchées qui ont décidé de lui régler son compte (…) Les filles ont pas aimé se faire foutre des baffes, mais elles sont revenues pour en avoir d’autres. Et sont allées se plaindre au Toronto Star, quand il les a dumpées. Pas quand il les as battues (…) qu’est-ce que ça nous apprend sur l’éternel féminin? Je laisse à tous les hommes qui sont à l’écoute le soin de tirer leurs propres conclusions. Ça permet aussi de dire, un mouvement de masse féministe, est-ce qu’on peut avoir confiance à ça? Quand ils se mettent à s’encourager et à porter des plaintes pour sauver les femmes (…) est-ce que c’est plutôt pour dire: mon maudit chien sale tu m’as abandonnée après m’avoir sautée? (…) une gang de femelles abandonnées par un séducteur ont décidé de revenir en arrière sur leurs claques sur la gueule qu’elles ont mangées (…) parce que lui les a ensuite dumpées (…) Si c’est le cas, il n’y a plus un seul procès de violence conjugale qui sera vu du même œil (…) La pression féministe est tellement forte sur les femmes qu’elles sont prêtes à déformer la réalité pour se conformer à l’impression qu’elles ont des hommes. Les hommes, c’est tous des sauvages. C’est tous des écœurants. »

Andre_arthur_09_02_2016_11h30-Gomeshi.mp3