Les personnes transgenres et les gais sont anormaux, selon Bombardier, Trudeau et Martineau

La nouvelle présidente de la Fédération des Femmes du Québec est une personne transgenre. C’est tout ce que ça prend pour faire choquer Denise Bombardier qui réagit avec une chronique pleine de fiel. Elle est aussitôt invitée par Martineau-Trudeau à Radio X pour être félicitée.

Et Bombardier déverse librement sa haine transphobe sous les hourras de Martineau et Trudeau qui ne peuvent s’empêcher de renchérir sur les gais vers la fin.

Bombardier parle comme si la présidente de la Fédération des Femmes du Québec (FFQ) était la première à parler du genre comme d’une création sociale. Pourtant, Simone de Beauvoir décrit le phénomène dans « Le Deuxième sexe » en 1949. C’est une position répandue dans le mouvement féministe depuis des décennies.

Bombardier fait comme si c’était la première fois qu’elle en entendait parler.

On peut aussi s’opposer à ce qu’une personne transsexuelle prenne la tête de la FFQ avec des arguments valides. Mais ce que dit Bombardier transpire le dégout et la transphobie.

Remarquez qu’en 2004, Bombardier a été blâmée pour propos homophobes.

Radio X : les personnes transgenres et les homosexuels sont anormaux

1 décembre 2017, Richard Martineau, Jonathan Trudeau et Denise Bombardier (00:21:00)

10h: DB- « Elle a été interviewée de façon complaisante [comme dans la présente entrevue] et elle disait qu’elle s’intéresserait aux extrêmes marginaux et que les acquis qu’elle gagnerait retomberaient sur toutes les femmes. Intellectuellement, c’est de la bêtise (…)

DB- « Il faut cesser d’évaluer les gens en regard de la loi. Il y a aussi la décence! (…) »

DB- « Depuis le début de l’humanité il y a des hommes, il y a des femmes, et une femme ce n’est pas un homme, et un homme ce n’est pas une femme, à côté de ça il y a… je ne sais pas comment on peut appeler ça, il y a des gens qui sont dans une situation psychologique et physique catastrophique (…) »

Puis Bombardier se vante d’être intelligente et bonne.

RM- « Est-ce que vous trouvez les transgenres anormaux? »

DB- « Les transgenres, c’est des gens envers qui on doit avoir de la compassion (…) »

DB- « Il y a un gars de 45 ans qui dit: moi je suis une fille de 6 ans. Alors il porte une petite capuche sur la tête et une robe à frisons (…) »

RM- « Non, mais on peut-tu le dire que c’est un malade? »

DB- « Non, on peut pas [#not], à une autre époque, ces gens-là on les protégeait [lire enfermait] et on les mettait en hôpitaux psychiatriques (…) »

DB- « On les laisse demander tout. Demain, ils demanderont d’être premier ministre! »

RM- « Bravo, merci de votre courage [de répéter ce que tous les homophobes disent depuis un siècle].(…) »

JT- « On devrait avoir le droit de dire qu’une relation normale, c’est homme-femme mais qu’il n’y a absolument rien de mal à avoir une relation homme-homme »

RM- « Mais c’est pas la norme! (…) Comment ça se fait que c’est la marge qui dit c’est quoi la norme? La démocratie, c’est quoi que la majorité l’emporte. Là, c’est la minorité qui l’emporte (…) C’est ça quelqu’un qui est normal, normal c’est la norme, c’est la force du nombre. Le plus grand nombre de gens agissent comme ça, c’est normal. C’est la marge qui nous dit comment faire. »

RM- « Anormal, les gens pensent qu’on dit malade mental. Non, ça veut dire « pas la norme » (…) Tu ne fais pas partie de la majorité. Les transgenres sont anormaux. Les gais sont anormaux. Ils ne font pas partie de la norme. Ils sont une exception (…) C’est pas la marge qui devrait leader, diriger un groupe. C’est fou, complètement débile (…)  »

transgenre-presidente-de-la-federation-des-femmes-du-qc-de-la-betise-intellectuelle_2017-12-01.mp3