Lettre intime à Éric Duhaime

Tu ne te souviens pas? Attends… C’était il y a quelques semaines. Tu parlais de cette affaire concernant une succursale de la SAQ. Cette dame qui faisait la manche pour quelques sous. Tu avais pris la défense de ce pauvre fou qui avait écrit une lettre la menaçant de mort en souhaitant de tous ses vœux l’extermination de ces moins biens nantis qui n’ont d’autre choix que de nous demander du change alors qu’on s’achète des bouteilles à 20$. Tu te souviens de ses mots : «ramasser tous ces microbes ambulants au camion-benne à vidanges et les brûler à l’incinérateur Des Carrières»… Pas mal comme haine, non?

Mieux encore, au lieu de dénoncer ce type, tu t’étais plutôt mis en colère contre la SAQ qui vend son vin trop cher. Une recette que tu connais bien… Être en maudit après l’État alors que tu veux acheter une bouteille à 20$ en paix sans toute cette racaille à la porte. Une raison de plus pour être en beau torvisse selon toi. Le type déjanté, lui c’était une victime. Tu ne te souviens pas? Allez, écoute-toi un peu.
Lettre intime à Éric Duhaime sur voir.ca

Lire également Duhaime critique la victime d’une lettre haineuse.