Se déclarer sexiste n’est pas sexiste, selon le CCNR

Encore une décision bizarre du CCNR

Le Conseil canadien des normes de radiotélévision (CCNR) c’est l’organisme autorisé par le CRTC à recueillir les plaintes concernant ce qu’on entend à la radio. Raynald Brière, propriétaire de Radio X, siège sur le comité régional du CCNR.

Ledit comité a analysé une discussion entre Stéphan « Les filles y’en pleut, tu bottes une poubelle y’en sort trois » Dupont et son collaborateur, Hugo Langlois. Elle a eu lieu le 16 janvier 2015 à NRJ.

On parle ici d’une fine analyse sociologique où les comparses arrivent à la conclusion que les femmes ont pris le contrôle sur les hommes depuis qu’elles sucent leurs pénis.

Quelqu’un fait une plainte, dénonçant le contenu sexiste. Le CCNR analyse la chose et arrive à la conclusion que ce n’est pas sexiste. C’est décidé le 6 août 2015.

Cette décision est bizarre lorsqu’on lit le verbatim. Extrait :

Langlois :     Je suis Charlie, là. Écoute. J’ai le droit d’être sexiste si je veux !

Dupont :      T’as le droit d’être sexiste si tu veux, oui. Mais en même temps.

Donc s’affirmer, littéralement, comme sexiste et fier de l’être n’est pas considéré sexiste selon le CCNR. Spécial, hein?

On reste perplexe à la lecture de la décision. On peut y lire:

Le contexte dans lequel ont été tenus les propos dont le plaignant s’est offensé n’était absolument pas sexiste.

Deux machos parlant des femmes dans une radio 100% parlée où il n’y a qu’une seule émission animée par une femme, ce n’est « absolument pas » sexiste?

Aussi, le code de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) sur la représentation équitable, cité dans la décision, interdit les stéréotypes et le contenu dégradant selon le genre.

Pourtant, laisser entendre que les femmes ont avancé dans la société parce qu’elles ont multiplié les faveurs sexuelles aux hommes, et non pas parce qu’elles ont exigé l’égalité des sexes, c’est pas pire comme objectivisation du corps de la femme. Comment le CCNR peut-il arriver à ne pas y voir de contenu dégradant, ni de stéréotypes?

Il y a quelque chose qui cloche au CCNR.