Archives du mot-clé grève

Des étudiants répondent à la radio-poubelle comme des chefs

La grève commence lundi et si vous êtes une association étudiante en grève, il est très possible que vous soyez sollicité par la radio-poubelle. Mais alors, comment réagir?

L’Association des étudiants et étudiantes en histoire de l’art (AEHA) a répondu à une demande d’entrevue du 93.3. Attention, il est possible que cette réponse vous inspire.

M. Veilleux,

Après enquête, nous avons constaté que votre émission radiophonique n’est peut-être pas une plateforme particulièrement adéquate pour informer qui que ce soit à propos de quoi que ce soit.

En tant qu’étudiant-e-s en histoire de l’art, les membres de notre comité exécutif étaient insultés, quoi que peu surpris, du manque de discernement montré par votre animateur au sujet d’une performance artistique ayant eu lieu dans la Gare du Palais le 26 février dernier. Le responsable des affaires externes de notre association était particulièrement horrifié de votre ignorance et de la désinformation qui s’en est suivie.

Le jour où vous vous montrerez plus apte à faire la différence entre une performance artistique et une prière musulmane, ou du moins le jour où vous daignerez effectuer un travail de recherche adéquat avant de diffuser quelqu’information qu’elle soit, nous reconsidérerons peut-être discuter avec vous d’enjeux réels et concrets, plutôt que de risquer de voir nos propos être aussi mal diffusés que les fabulations propagandistes mentionnées plus haut.

Par conséquent, l’AÉHA se voit dans l’obligation de refuser votre offre et de vous demander, avec autant de politesse que faire ce peut, de retourner à vos moutons habituels.

Merci,

Le comité exécutif de l’AÉHA

93.3 : l’AEHA répond comme une cheffe (00:03:43)
18 mars 2015, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard et M. Veilleux
7h45 : L’AEHA répond comme des chefs au « journaliste » du FM93.

 

2015.03.18-07.45-933-LesArtistesRpondentCommeDesChefs.mp3

L’association a tout simplement refusé de répondre. En expliquant pourquoi. Comme des chefs.

Militant, méfie toi de ces 2 personnes

La radio-poubelle à un lourd passif en terme de provocation et de mobilisation pro-austérité et anti-grève. Et puisqu’on s’enligne vers un Printemps chaud, le militant averti prendra soin de se méfier des sbires de la radio-poubelle. Dans les manifs, dans les AG, les militants risquent de les voir souvent dans les prochaines semaines. Voici les visages de deux d’entre eux.

Comment réagir? C’est à vous de voir. Mais si vous leur parlez, vous devez vous attendre à ce que vos propos soient rediffusés par une station de droite vers des auditeurs profondément hostiles à vos idées. Notre suggestion: refusez de leur répondre.

Une chose est certaine, ils ne sont pas là pour faire un compte-rendu honnête de la situation.

Laurent Gaulin

Collaborateur de l’émission d’avant-midi Maurais live, Laurent Gaulin participe à une chronique humoristique appelée « Larry’s world ». Ce sont des micro-trottoirs, où on diffuse de courts extraits de commentaires de quidams.

Laurent était, pas plus tard qu’hier, à l’assemblée générale de l’association de science politique à l’Université Laval. Le traitement qu’il a réservé aux témoignages était presque respectueux. C’est l’enrobage, le traitement en direct en studio, qui ne l’est pas.

Martin Busuttil

Le journaliste « de terrain » de Radio X. Il intervient dans n’importe quelle émission. Il assiste aux conférences de presse pour poser des questions et ramener des extraits. C’est peut-être le seul employé de Radio X qui ne fait pas d’opinion,

Il y a le 93.3 aussi qui peut envoyer des reporters.

Elle dénonce la démocratie étudiante: elle est une militante du Parti Conservateur du Québec!

Les associations étudiantes se mobilisent à l’Université Laval pour lancer un mouvement de grève contre l’austérité. En réponse, la droite tente de décrédibiliser la démocratie étudiante. Jusque-là, rien d’étonnant.

Vendredi, au 93.3, Nathalie Normandeau et Éric Duhaime invitent une étudiante pour en parler: « On accueille une jeune étudiante de l’Université Laval, son nom est Julie de Bellefeuille (…) Étudiante en Études internationales ». Elle est « engagée dans le mouvement étudiant contre la grève ». En l’écoutant, on comprend qu’elle milite surtout sur Facebook.

Le hic c’est que Mme de Bellefeuille est une ancienne candidate du Parti Conservateur du Québec.

Éric Duhaime est évidemment au courant. Mais il choisit de l’occulter. Parce que ça enlèverait de la crédibilité aux propos anti-grève de Julie peut-être? C’est vrai qu’être militante pour un tiers parti farfelu comme le PCQ, ça fait pas très sérieux.

C’est inhabituel. Normalement, les animateurs ne manquent pas de rappeler que tel invité a déjà été candidat pour un parti politique. C’est une information importante pour se faire un portrait juste des porte-paroles.

Après 10 minutes de discussion, Duhaime ouvre les lignes en disant souhaiter dialoguer avec des carrés rouges. Surprise! Il n’y a que des personnes âgées mâles, s’affirmant « fiers carrés verts » qui appellent, déversant un flot de préjugés anti-grève (les mêmes que ceux de la radio-poubelle, comme par hasard).

« Ils sont totalitaires, ils sont contre la démocratie », dit le propagandiste Éric Duhaime. « Tu es étudiant, ta job c’est d’étudier. Si un jour tu veux contester les politiques du gouvernement, tu le feras quand tu seras sur le marché du travail », éructe Nathalie Normandeau. D’ici là, ferme ta gueule, autrement dit. « C’est des pantins, des organisations syndicales » renchérit Duhaime.

En s’attaquant aux assemblées étudiantes, nos deux agitateurs souhaitent supprimer les sains débats, les échanges et les questions nécessaires pour prendre une décision éclairée. Dans les vastes assemblées, les étudiants offrent un exemple de démocratie bien plus authentique que celle prônée par nos ex-politicards malhonnêtes et cachotiers que sont Duhaime et Normandeau.

En s’attaquant à la légitimité des assemblées générales, Nomandeau et Duhaime ne font que se décrédibiliser eux-mêmes. Ils se révèlent comme étant réellement ce qu’ils sont: des personnages grotesques, autoritaires et vindicatifs. Une leçon par une ancienne élue libérale citée à la Commission Charbonneau et par un islamophobe éduquant les Arabes sur la démocratie tout en étant financé par une branche de la CIA? Cette définition de la démocratie n’intéresse personne.

93.3: entrevue bidon avec une militante du PCQ (00:24:56)
13 mars 2015, Normandeau-Duhaime avec Julie de Bellefeuille, Nathalie Normandeau et Éric Duhaime
« On accueille une jeune étudiante de l’Université Laval, son nom est Julie de Bellefeuille ».

13-03-2015-933-13h20Greve-nationale.mp3

 

Pour tout dire, Julie a aussi participé à l’émission un Souper Presque Parfait. Quand la Coalition Sortons les Radios-Poubelles rencontre la Clique du Plateau.

Vous voulez réagir? Très simple, contactez les annonceurs. La liste a été mise à jour récemment.

Radio X recherche des scabs

C’est ce soir qu’à lieu une assemblée générale ou les cols bleus doivent décider s’ils feront la grève pendant un tournoi pee-wee.

Radio X à de la gros peine que l’arrêt de travail puisse nuire au tournoi.

Quoi de mieux que de prétendre défendre les enfants pour justifier une campagne anti-syndicale.

On sait bien que Radio X adore les enfants. Comme cette fois ou, le 4 février 2013, Maurais proposait de « serrer le bras » des cégépiens qui réclament la gratuité scolaire.

Travailleur, évite le terrain de l’ennemi

La radio-poubelle n’a pas tardé à prendre son parti dans le conflit de la construction. Dès le 11 juin, avant le commencement de la grève, CHOI tournait en dérision une publicité de l’Alliance syndicale (payée à leur antenne!), qualifiant les travailleurs de « bébés braillards qui se plaignent le ventre plein ».

Depuis, les qualificatifs se sont multipliés: « goons, gorilles, baveux, intimidateurs, bâtards » etc. Dominic Maurais va plus loin en invitant les gens à filmer les travailleurs et à faire de la délation.

Les tentatives d’intervention des travailleurs à l’antenne de CHOI se sont révélées désastreuses.

Nombreux sont les travailleurs syndiqués écoutant la radio-poubelle. Les ambulanciers et les chauffeurs du RTC sont les plus connus.

Tout ça malgré qu’elle s’attaque quotidiennement à leurs propres droits.

Soyons réalistes. La radio-poubelle est un ennemi de classe. Malgré son discours anti-élite, elle appuie systématiquement les commerçants, les patrons et les riches. Elle agit comme l’organe de propagande de la chambre de commerce.

En novembre 2012, Sylvain Bouchard était à l’avant-garde d’une fronde contre la CSN. Cette radio s’attaque à la solidarité entre les travailleurs avec son discours raciste et sexiste.

Il est temps que les syndicats agissent dans les milieux de travail pour lutter contre la radio-poubelle.

  1. Par une formation auprès des travailleurs. C’est en étant au courant de ses dangers qu’on réalise son caractère toxique.
  2. Par le boycott. Il faut refuser toutes les entrevues et chasser tous les pseudos journalistes.
  3. Par tous les autres moyens légaux et extra-légaux.

Le stratège Sun Tzu insiste sur la notion de terrain à la guerre: « Il faut affronter l’ennemi sur son propre terrain. Il faut éviter de se battre sur celui choisi par l’ennemi » dit-il, en somme.

Travailleur, si tu crois avoir un traitement juste et équitable à la radio-poubelle, tu te trompes. Tu n’es pas en terrain allié. Tu n’as pas le contrôle du volume, les animateurs sont des experts de l’art oratoire et il est difficile de répliquer à des arguments irrationnels. C’est comme partir à la chasse le pied dans ton propre piège!

Qui comptes-tu convaincre? Son auditoire est largement composé de droitistes frustrés ne souhaitant rien d’autre que de faire reculer les droits des travailleurs. Pourquoi tentes-tu d’attiser des cendres mortes?

Il n’y a rien à gagner à l’antenne de la radio-poubelle. Au mieux, ce sera match nul. Épargne donc ta salive.