Archives du mot-clé Parti Conservateur du Québec

Elle dénonce la démocratie étudiante: elle est une militante du Parti Conservateur du Québec!

Les associations étudiantes se mobilisent à l’Université Laval pour lancer un mouvement de grève contre l’austérité. En réponse, la droite tente de décrédibiliser la démocratie étudiante. Jusque-là, rien d’étonnant.

Vendredi, au 93.3, Nathalie Normandeau et Éric Duhaime invitent une étudiante pour en parler: « On accueille une jeune étudiante de l’Université Laval, son nom est Julie de Bellefeuille (…) Étudiante en Études internationales ». Elle est « engagée dans le mouvement étudiant contre la grève ». En l’écoutant, on comprend qu’elle milite surtout sur Facebook.

Le hic c’est que Mme de Bellefeuille est une ancienne candidate du Parti Conservateur du Québec.

Éric Duhaime est évidemment au courant. Mais il choisit de l’occulter. Parce que ça enlèverait de la crédibilité aux propos anti-grève de Julie peut-être? C’est vrai qu’être militante pour un tiers parti farfelu comme le PCQ, ça fait pas très sérieux.

C’est inhabituel. Normalement, les animateurs ne manquent pas de rappeler que tel invité a déjà été candidat pour un parti politique. C’est une information importante pour se faire un portrait juste des porte-paroles.

Après 10 minutes de discussion, Duhaime ouvre les lignes en disant souhaiter dialoguer avec des carrés rouges. Surprise! Il n’y a que des personnes âgées mâles, s’affirmant « fiers carrés verts » qui appellent, déversant un flot de préjugés anti-grève (les mêmes que ceux de la radio-poubelle, comme par hasard).

« Ils sont totalitaires, ils sont contre la démocratie », dit le propagandiste Éric Duhaime. « Tu es étudiant, ta job c’est d’étudier. Si un jour tu veux contester les politiques du gouvernement, tu le feras quand tu seras sur le marché du travail », éructe Nathalie Normandeau. D’ici là, ferme ta gueule, autrement dit. « C’est des pantins, des organisations syndicales » renchérit Duhaime.

En s’attaquant aux assemblées étudiantes, nos deux agitateurs souhaitent supprimer les sains débats, les échanges et les questions nécessaires pour prendre une décision éclairée. Dans les vastes assemblées, les étudiants offrent un exemple de démocratie bien plus authentique que celle prônée par nos ex-politicards malhonnêtes et cachotiers que sont Duhaime et Normandeau.

En s’attaquant à la légitimité des assemblées générales, Nomandeau et Duhaime ne font que se décrédibiliser eux-mêmes. Ils se révèlent comme étant réellement ce qu’ils sont: des personnages grotesques, autoritaires et vindicatifs. Une leçon par une ancienne élue libérale citée à la Commission Charbonneau et par un islamophobe éduquant les Arabes sur la démocratie tout en étant financé par une branche de la CIA? Cette définition de la démocratie n’intéresse personne.

93.3: entrevue bidon avec une militante du PCQ (00:24:56)
13 mars 2015, Normandeau-Duhaime avec Julie de Bellefeuille, Nathalie Normandeau et Éric Duhaime
« On accueille une jeune étudiante de l’Université Laval, son nom est Julie de Bellefeuille ».

13-03-2015-933-13h20Greve-nationale.mp3

 

Pour tout dire, Julie a aussi participé à l’émission un Souper Presque Parfait. Quand la Coalition Sortons les Radios-Poubelles rencontre la Clique du Plateau.

Vous voulez réagir? Très simple, contactez les annonceurs. La liste a été mise à jour récemment.

Élections sous-influence à Lévis : notre analyse

Quelle est l’influence de la radio-poubelle dans les élections partielles d’hier à Lévis? Les résultats, publiés aujourd’hui, sont éclairants. Et les résultats tendent à démontrer la faible influence de la radio-poubelle.

Rappelons que lors des dernières élections provinciales, la radio-poubelle a appuyé le PLQ et la CAQ. L’appui au Parti Conservateur du Québec (PCQ), ne fut important qu’avant le début des élections.

Cette fois la radio-poubelle n’avait pas la crainte de voir arriver des souverainistes au pouvoir. Elle était donc libre d’appuyer le ou les candidats de son choix. Cette fois, c’est Adrien Pouliot, chef du PCQ, qui a bénéficié de l’appui soutenu de la radio-poubelle.

Janet Jones du PLQ

Lors des élections, Mme Jones obtient une seule entrevue à Radio X au Show du matin. Elle y démontre une méconnaissance d’un dossier important pour la radio-poubelle, celui du troisième lien autoroutier. Ayant passé un mauvais quart d’heure, elle refusera toutes les autres entrevues par la suite. Fidèle à son habitude, Maurais live n’a pas manqué de la ridiculiser en organisant un débat entre les candidats avec une pancarte de Mme Jones pour la remplacer. Cette photo a beaucoup circulé. On dit même que le Journal de Québec l’a utilisé.

Janet JonesRemarquez, c’est une forme d’intimidation: si tu refuse de venir à Radio X, on va te tourner au ridicule et on va nuire au max à ta campagne. Les autres candidats n’ont pas manqué de saisir le message.

Adrien Pouliot du PCQ

Adrien Pouliot était chroniqueur hebdomadaire à Maurais live avant l’élection. Il a annoncé sa candidature à l’antenne de Radio X. Le fil Facebook de Maurais était aussi intensément spammé par des adeptes du PCQ.

De son côté, Jeff FIllion à NRJ, se disant ouvertement libertarien comme Pouliot, a affirmé au début de la campagne que

« J’cacherai pas que je suis pro Adrien. Je ferai pas semblant comme d’autres médias que j’suis neutre la (…) vous allez donc entendre plus souvent Adrien que n’importe qui d’autre. »

La campagne d’autocollants #ASSEZ ne semble pas avoir beaucoup fonctionné. Nous n’avons vu aucune voiture l’arborant.

Adrien a reçu un traitement royal à Radio X, NRJ et au fm 93 avec de fréquentes entrevues. Un traitement largement débalancé. Le PCQ n’a pourtant aucun élu et n’a pas obtenu 3% d’appui aux dernières élections.

Le PQ et la CAQ

Ces deux la on eu un traitement qu’on pourrait qualifier de correct avec bien sûr une préférence marquée pour Paradis.

Le résultat

  1. François Paradis CAQ : 10 110
  2. Janet Jones PLQ : 7014
  3. Alexandre Bégin PQ : 1788
  4. Yv Bonnier Viger QS : 1654
  5. Adrien Pouliot PCQ : 503
  6. Alex Tyrrell PVQ : 238

Donc malgré un large appui de la radio-poubelle, le score du PCQ est très bas avec seulement 503 votes. Quoi qu’on peut dire qu’il s’agit du double du Parti Vert du Québec, un parti existant depuis beaucoup plus longtemps que le PCQ.

Dans tous les cas, 500 votes ne détermine pas l’issu d’une élection. Du moins, pas dans ce cas la.

À la lecture de ces résultats, on peut donc relativiser la capacité de la radio-poubelle de mobiliser leur auditoire pour se rendre aux urnes.

Soulevons toutefois que l’engagement de la radio-poubelle fut beaucoup moins intense que lors des élections provinciales.

Que faire?

Pour réagir vous pouvez déposer une plainte au CPQ ou au CRTC. Vous pouvez aussi aviser les annonceurs.

Pouliot, le poulain de la radiopou à Lévis

Lévis est en pleine campagne pour une élection partielle. Parmi les candidats, le libertarien Adrien Pouliot du Parti Conservateur du Québec. Et devinez qui le reçoit avec tous les honneurs.

Un traitement aussi biaisé en faveur d’un candidat, est-ce normal?

NRJ : Pro-Pouliot (00:15:22)
Entre le 22 et le 26 septembre 2014, Jean-Francois Fillion avec Adrien Pouliot chef du PCQ
« Si tu veux venir commenter chaque semaine (…) J’cacherai pas que je suis pro Adrien. Je ferai pas semblant comme d’autres médias que j’suis neutre la, j’suis pro Adrien je l’dis haut et fort, vous allez donc entendre plus souvent Adrien que n’importe qui d’autre ».

 

CHOI : Prosélytisme PCQ (00:06:23)
25 sept 2014, Maurais live avec Dominic Maurais et Adrien Pouliot, chef du PCQ
10h08: Adrien Pouliot annonce sa candidature à l’élection partielle de Lévis à Maurais live. Et annonce qu’il appuierait le financement d’un lien Québec-Lévis avec l’argent du gouvernement.

 

CHOI : Pouliot, un maudit bon candidat (00:02:06)
26 septembre 2014, le Show du matin avec Jérôme Landry et Éric Duhaime
8h00, « Pouliot ça serait un maudit bon candidat (…) Si j’étais Adrien Pouliot je viserais à finir devant le PQ ».

 

CHOI: Pouliot en entrevue (00:07:20)
10 octobre 2014, Moreault en jase avec Adrien Pouliot et Moreault
Adrien Pouliot interrompt son porte-à-porte pour une entrevue.

L’influence

C’est une chose de dire que la radio-poubelle influence la population et les décideurs. C’est autre chose quand la radio-poubelle l’avoue candidement.

93.3: Responsable des discussions sur le 3e lien Québec-Lévis (00:01:06)
24 septembre 2014, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard
8h44: « La bonne nouvelle c’est que tout le monde en parle (…) je ne veux pas me vanter mais, moi v’la ça fait 3-4 ans je parle de ça, tout seul tout seul tout seul. Personne d’autre (…) Chambre de commerce de Lévis, maire de Lévis, campagne électorale à Lévis tous les candidats en parlent. Les médias commencent à en parler. Le Soleil, Journal de Québec en parlent. On a avancé.

 

CHOI : Je connais votre pouvoir d’influence (00:01:05)
29 septembre 2014, Maurais live avec Johanne Marcotte et Jérôme Landry
11h10: « J’ai un respect pour vous et je connais votre pouvoir d’influence. La radio peut mobiliser du monde pour contester pour quelque chose, vous pouvez vous ramasser des milliers de personnes sur les plaines avec des gilets de Nordiques. Le pouvoir d’influence et le pouvoir de clearer les conservateurs puis le lendemain de demander à Gérard Deltell d’être un Conservateur. On a complètement balayé la région des Conservateurs à la dernière élection. Pourquoi? A cause des Nordiques. »

 

Selon la loi, les médias, tout genres confondus, doivent offrir un traitement équitable à chaque parti.

Le CRTC stipule que « Le radiodiffuseur a pour obligation de voir à ce que le public soit convenablement informé des questions entourant une élection et de la position des partis et des candidats en cause […] de sorte que ses connaissances soient suffisantes pour lui permettre de faire un choix éclairé »

Aussi, le code déontologique de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR), auquel CHOI et le 93,3 ont adhéré, mentionne que leur « tâche première et fondamentale […] est de présenter des nouvelles, des points de vue, des commentaires ou des textes éditoriaux d’une manière complète, juste et appropriée ».

Vous en avez assez que la radio-poubelle puisse influencer les élections sans contrepartie à Québec? Faites le savoir aux annonceurs.

Dossier: la radio-poubelle et la campagne électorale provinciale 2014

La radio-poubelle a-t-elle une influence sur le vote? Cette question taraude beaucoup de monde. Les chercheurs, journalistes et militants s’intéressent à la question depuis des années.

Pour tenter de répondre à cette question, la Coalition sortons les radios-poubelles fait une veille exhaustive du traitement des partis par la radio-poubelle. Nous avons compilé les résultats et tenté d’y voir plus clair. Voici notre analyse.

La surveillance couvre le Show du matin et Maurais live à CHOI, Bouchard en parle au 93.3 et l’émission de Jeff Fillion à NRJ. Elle commence à partir du premier jour de la campagne, le 7 mars, et s’étend jusqu’au lundi 7 avril 2014.

En bref

  • Pauline Marois du PQ à eu 0 entrevues. Du jamais vu.
  • La radio-poubelle a autant parlé de la CAQ que du PLQ.
  • Le nombre d’entrevue avec Adrien Pouliot du Parti Conservateur du Québec, un parti sans élus, est impressionnant.
  • Alors que les animateurs affirment que leur discours reflète le résultat de « leurs discussions avec le monde », on voit que la place laissée à chaque parti ne correspond pas aux sondages.

Dans le détail

Le nombre de discussions

Nombre de discussions

En observant le nombre de discussion sur chaque parti, on voit que la radio-poubelle a plus souvent parlé du PQ que des autres. Plus de la moitié de toutes les discussions portait sur ce parti! La CAQ et le PLQ obtiennent presque le même nombre de discussions avec 21% et 19%. QS et le PCQ aussi, avec 4% et 3%.

Voyons ce que ça donne découpé en semaines.

Nombre de discussions dans le temps

Le 5 avril, le chroniqueur du Soleil Francois Bourque commence son texte de cette façon

Il était une fois des partisans de la CAQ qui se sont réfugiés au Parti libéral lorsqu’ils ont craint l’élection majoritaire du PQ. Ils sont revenus à la CAQ lorsqu’ils ont cessé de craindre.
Le pouls de Québec à la veille du vote sur lapresse.ca.

A regarder la courbe, on voit clairement une baisse de l’intérêt pour la CAQ entre le 7 et le 20 mars parallèlement à une hause du PLQ. Puis, on voit un regain de l’intérêt pour la CAQ suivi d’une baisse du PLQ jusqu’au jour des élections. L’analyse de François Bourque était juste.

Superposons les différents sondages Léger.

Intentions de vote

Source: Léger marketing

On voit que les courbes précédentes ne suivent pas du tout la tendance des sondages de Léger. On peut donc remettre en doute les affirmations des animateurs affirmant qu’ils « suivent la vague » imposée par les auditeurs. Il est plus probable qu’ils suivent leurs propres opinions personnelles.

Le pointage

Le pointage est une mesure arbitraire numérique située entre 0 et 4 estimant l’appréciation du parti. 0 étant un traitement très défavorable (insultes, échanges colériques) et 4 étant un traitement très favorable (entrevue avec le chef en studio). Le pointage est ramené sur 100%.

Pointage par parti

Selon le graphique, on constate que le PQ a recu le traitement le plus mauvais de tous les partis, suivi de près par QS. Toutes proportions gardées, le PQ est 2 fois plus défavorisé que le PLQ, la CAQ ou le PCQ. Ces 3 derniers partis ont bénéficié d’un traitement très positif avec un score de plus de 73%.

Bien que le PCQ soit le parti le moins souvent mentionné en onde, il bénéficie d’un traitement extrêmement favorable.

Les chefs

Entrevues des chefs

Philippe Couillard est le chef qui a été le plus souvent entendu à la radio-poubelle avec 7 entrevues. Il est suivi de près par Francois Legault puis par Adrien Pouliot.

Fait exceptionnel, la chef du PQ, Pauline Marois, a refusée toutes les demandes d’entrevues pendant la campagne électorale.

Autres points saillants

  1. Entrevue avec une chaise: Sylvain Bouchard et Dominic Maurais ont tout deux fait de fausses entrevues avec des candidats absents. Bouchard avec Pauline Marois du PQ et Dominic Maurais avec Agnès Maltais du PQ. Ils ont ainsi contrôlé les réponses et les questions.
  2. Le pancarte-gate: La CAQ a utilisé sa carte chouchou pour quelques entrevues gratuites à Radio X. Se présentant en victime, Éric Caire a dénoncé le Ministère des transports pour avoir enlevé des pancartes de la CAQ.
  3. La radio en campagne: Chaque radio était très impliquée dans la campagne, mettant de l’avant leurs propres enjeux. Sylvain Bouchard avec son idée de tunnel (il est le seul à en parler depuis des mois) et lors de la distribution de 1300 drapeaux du Canada. Maurais a de son côté imprimé un t-shirt intitulé « République de nananes », illustrant un patriote avec une canne de bonbon. Il souhaite ainsi dénoncer les mêmes « vieux partis » qui, dit-il, sont coupables de « diriger la province en distribuant des cadeaux ».
  4. Bien que le PQ soit le parti le plus dénigré, les insultes les plus dures ont été dirigées vers Amir Khadir de QS. Il a été qualifié de « clown » de « dangereux » et de « pyromane ».

En conclusion

La radio-poubelle n’a pas de scrupule à utiliser des ondes publiques pour faire la promotion de leurs partis préférés ou de leurs idées personnelles. Elle ne semble pas se préoccuper d’offrir un traitement équitable à chaque parti.

Si on compare les résultats électoraux de la région de Québec avec le travail de la radio-poubelle, on constate des points de convergence. Les candidats de la CAQ les plus présents à la radio-poubelle (Éric Caire, Gérard Deltell, Christian Dubé) ont conservé leur siège. Pour le reste, le parti Libéral domine dans la région. Pauline Marois du PQ a même perdu sa circonscription.

Cependant, le chef du PCQ, Adrien Pouliot, a eu un résultat très médiocre. Difficile alors d’observer concrètement, sans ambiguité, un impact très significatif de la radio-poubelle sur les résultats électoraux dans la région de Québec.

Éparpillé entre 3 partis (CAQ, PLQ, PCQ), le poids de la radio-poubelle dans le résultat des élections est difficile à mesurer. La situation est différente de l’élection précédente ou la CAQ avait été nettement favorisée.

On rappelle que selon la loi, les radios doivent offrir un traitement équitable à chaque parti.

Nous vous invitons à porter plainte aux institutions responsables. Le CRTC est l’organisme qui gère la loi sur la radiodiffusion. Le Conseil de presse et le CCNR gèrent les plaintes concernant le code de déontologie des journalistes.

Bilan de 2 semaines de campagnes

Nous avons analysé le traitement de chaque parti politique depuis le début officiel de la campagne, le 6 mars, jusqu’au 21 mars 2014. Ce sont les 2 premières semaines de la campagne.

Traitement des partis provinciaux à la radio-poubelle entre le 6 et le 21 mars 2014

Parti Nombre de discussion Pourcentage Pointage
CAQ 26 18,31% 22
PQ 77 54,23% -22
PLQ 28 19,72% 29
QS 11 7,75% -3
Total 142

Source: écoute active et site web des radio-poubelles. Coalition sortons les radios-poubelles.

On constate que le PQ est le parti le plus souvent mentionné en onde. Il compte pour plus de la moitié de toutes les discussions. C’est aussi celui avec le plus mauvais pointage. De leur côté, le PLQ et la CAQ se partagent a peu près également le nombre de discussion, avec une légère avance au PLQ. Comme nous l’avions prévu, le PLQ récolte le meilleur pointage. Le PLQ est donc le parti favori des radios-poubelles.

Comptabilisation des entrevues avec les chefs

Chefs Nombre d’entrevues
Philippe Couillard 4
Pauline Marois 0
Francois Legault 2
Adrien Pouliot 2
Amir Khadir 2
Sol Zanetti 0

Source: écoute active et site web des radio-poubelles. Coalition sortons les radios-poubelles.

On constate que le chef du Parti Libéral, Philippe Couillard du PLQ a obtenu 4 entrevues alors que Pauline Marois du PQ, aucune. Les animateurs prétendent souvent que la porte est grande ouverte pour Pauline Marois. Peut-être qu’elle ne souhaite pas participer en regard au mauvais traitement quotidien envers son parti? Dans ce cas, la radio-poubelle n’aurait personne d’autre à blamer qu’eux-mêmes.

En parallèle on constate qu’Adrien Pouliot, chef du Parti conservateur, bénéficie d’un traitement VIP, alors qu’il se mérite autant d’entrevue que Francois Legault.

On remarque aussi que la tendance est similaire à celle observée dans les récents sondages réalisés dans la région de Québec. L’influence de la radio-poubelle sur ses auditeurs lors des élections a déjà été étudié et confirmé. Il serait toutefois intéressant de voir l’effet du matraquage de la radio-poubelle sur plusieurs années.

Offrir un traitement inéquitable aux partis politique contrevient au code de déontologie du CPQ, aux normes du CCNR et à la loi sur la radiodiffusion gérée par le CRTC. Pour porter plainte, c’est par ici.

Lire la suite