Archives du mot-clé Pierre Mailloux

Le Doc Mailloux vous enseigne la culture du viol

Pierre Mailloux

Grande nouvelle! Mailloux a eu la décence de s’abstenir de commenter les agressions à l’Université Laval la semaine dernière. Le seul problème, c’est qu’il l’a fait hier. Et ce qu’il dit est dangereux.

La position de Mailloux est simple et traditionnelle: Les hommes sont des animaux violents qu’on ne peut pas changer et la femme doit s’y faire en apprenant à s’y adapter.

Mailloux fait on-ne-peut-plus-clairement l’enseignement de la culture du viol.

L’argumentaire de Mailloux ne tient pas. On peut dresser n’importe quel animal, même le cheval le plus sauvage. De la même façon, on peut éduquer l’homme à apprendre une règle simple: un non, c’est non!

Remarquez que dans la discussion avec Josey et quelques auditeurs, jamais le mot « viol » n’est utilisé, même si c’est de ça dont il est question.

Ce faisant, le duo banalise le viol et le rend explicable avec l’aide d’un vernis scientifique.

Vous trouvez ses propos inacceptables? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

FM93: les hommes, des animaux violents

25 octobre 2016Doc Mailloux et Josey, avec Josey Arsenault et Pierre Mailloux. Montage. (00:20:07)

9h32 : « PM- Ils pensaient contredire une vieille étude (…) Il y a 35 ans, il y a une étude du même genre et ils sont arrivés aux mêmes chiffres. Alors, mesdames, il n’y a rien de changé dans les comportements masculins lorsqu’un homme est bandé depuis 35 ans (…) ».

Les sujets étudiés: « C’est pas des espèces d’épais là, à l’aide sociale, c’est pas ça du tout (…) Mesdames qui rêvez d’éduquer les garçons afin de modifier leur comportement une fois qu’ils sont en érection, vous faites fausse route. Vous rêvez en couleur. Il y a des hommes qui ont de l’allure dans l’intimité, une fois bandés, il y en a qui sont exactement comme dans le règne animal. Et tous les éleveurs de chevaux savent qu’il y a des étalons qui sont fins lors des accouplements, et il y en a d’autres qui sont wilds, agressifs, ils fessent la jument, ils la mordent, ils la maganent (…)

« JA- J’aimerais ça dire à ma fille, pour la rassurer, « quand c’est non ça va être non ».

« PM- Eh boy, va jamais lui dire ça! (…) »

« PM- C’est ça qu’il faut que tu dises à ta fille, quand est-ce qu’il y a un danger, quoi faire et comment s’en prémunir (…) C’est bien beau de dire « On va éduquer les garçons ». À moins de les castrer, ça changera pas (…) Une femme doit tester la capacité du mâle de se retenir (…)

9h52: « PM- Il y a un pourcentage d’hommes, une fois qu’ils sont bandés, n’ont pas de jugement. Écoute c’est animal.

10h36: « PM- Bon ça (les chiffres) c’est dans notre culture. Est-ce que dans d’autres cultures les chiffres pourraient être plus importants? (…) Alors l’éducation des mâles ça passera pas par les niaiseries qui se sont dites depuis 35 ans. »

2016.10.25-09.39-933-Mailloux-enseigne-culture-du-viol-montage.mp3

Agressions sexuelles: « il y a des non qui sont des oui », selon Mailloux

Pierre Mailloux

L’histoire suivante concerne les agentes de la GRC compensées pour avoir été harcelées sexuellement et discriminées depuis 42 ans.

Le Doc Mailloux décide que l’objet de sa ligne ouverte sera le consentement sexuel. Et son point de vue va à l’encontre de tout ce qui se dit sur le sujet depuis au moins 20 ans, comme quoi simplement: « quand c’est non, c’est non ».

Pour Mailloux, un oui peut être un non et vice-versa. Bref, avec lui, on recule de 40 ans.

Au fil de la discussion, il est aussi question de Donald Trump, de Gomeshi et de Marcel Aubut.

C’est terrible, parce que Mailloux se sert de son aura d’autorité de psychiatre pour déverser d’obscènes préjugés sexistes. Il sape ainsi des décennies d’éducation sexuelle.

93.3: consentement sexuel, il y a des oui qui sont des non (00:11:15)

13 octobre 2016Doc Mailloux et Josey, avec Pierre Mailloux et Josey Arsenault

9h55 :  « DM- Il y a tellement d’avances féminines qui sont regrettées à posteriori, et là elle déclare qu’elle n’était pas consentante. Écoutez, on a eu trois cervelles d’oiseau qui ont témoigné à Gomeshi (…) De la menteuse chez les femmes il y en a rien qu’en masse (…) Regrettez ce que vous avez fait madame parce que vous avez trop bu, c’est votre problème (…)

Il y a des non qui sont des oui et y a des oui qui pourraient être des non. Il y a énormément d’ambiguïté dans les rapports hommes-femmes à l’heure actuelle (…) Les hommes ont le droit de s’essayer et les femmes de refuser (…)

Quand est-ce qu’un refus est un vrai refus? T’sais, un non avec un sourire complice et une œillade, est-ce que c’est un non? On éduque tellement mal nos fillettes en matière de séduction. Il y a toujours un paquet de cervelles d’oiseaux qui, avant même l’éducation à la séduction, crient à l’hypersexualisation. Vous nous aidez pas mesdames les cervelles d’oiseaux quand vous criez à l’hypersexualisation. »

Et Mailloux d’expliquer une histoire où il a foncé dans une ligne de piquetage avec sa voiture.

2016.10.13-09.30-933-mailloux-unNonCestUnOui.mp3

La femme, le pire danger du soldat canadien, selon un disciple du Doc Mailloux

Pierre Mailloux

L’extrait suivant est tiré d’une ligne ouverte de Pierre Mailloux. Celui-ci lance la question:  »Est-ce qu’il y a des métiers qui ne devraient pas être pratiqués par des femmes? »

La discussion tourne surtout autour du ministre de la défense Harjit Singh Sajjan, une obsession de Mailloux, qui l’appelle « le sikh à capine ». Ça parle aussi beaucoup des femmes dans l’armée.

Des militaires appellent. Ça dérape. Les femmes étant accusées d’être incompétentes au point de mettre en danger la vie de tout le monde.

Mais le plus macho et raciste de la gang, c’est Pierre Mailloux, qui finit même par swingner 728, affirmant qu’elle s’est comportée violemment parce qu’elle est une femme.

Cette affirmation entre en contradiction avec les 24 minutes précédentes alors que les femmes étaient plutôt accusées d’être trop faibles et de manquer de force. Mais aucune contradiction n’arrêtera jamais la radio-poubelle.

Vous trouvez ça inacceptable? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

93.3: les sikhs « inquiétants » et les femmes dans l’armée (00:27:40)

13 septembre 2016, Pierre Mailloux avec Josée Arsenault et des auditeurs anonymes. Montage.

10h18 : « PM- Je trouve ça épouvantable que le jovialiste en chef, Justin Trudeau, se soit permis de nommer un sikh à capine (…) Est-ce que le fait qu’il soit ouvertement pratiquant d’une religion que je ne connais pas pourrait entrer en conflit avec une décision d’intérêt national? (…) C’est quoi la sikhrie, c’est quoi le sikhisme? J’ai fouillé, j’ai rien trouvé. C’est pas un peu inquiétant ça? (…) On muselle les hommes dans l’armée au point de vouloir les expulser afin de favoriser l’introduction de femmes (…)

AA- Je suis militaire et notre pire crainte est de se trouver au front avec une femme (…)

PM- C’est pas vrai qu’on va museler les hommes en prétextant l’évolution féminine (…) Tant que j’aurai un souffle je vais me battre contre ça (…)

PM- Depuis Jian Gomeshi, des femmes peuvent mentir et se parjurer effrontément (…)

André (employé du RTC pendant 30 ans)- « Dorénavant, à compétences égales, on privilégie l’embauche des femmes plutôt que les hommes (…) M’a vous dire, les syndicats sont impliqués là-dedans aussi (…) La CSN, c’est des wabos, des communistes (…) C’est de la discrimination masculine, contre les hommes (…)

PM- Oui, à l’occasion il va y avoir une Matricule 728 qui, d’ailleurs, si elle avait été un homme, elle n’aurait pas réagi comme ça. Une grande partie de sa réaction a été mue par son genre. »

2016.09.13-10.15-933-singh-et-femmes.mp3

Les hommes, pas équipés « naturellement » pour s’occuper des enfants, selon le Doc Mailloux

Pierre Mailloux

L’extrait suivant est au sujet de la triste affaire de l’enfant oublié dans une voiture à Saint-Jérôme. Mailloux et Josey font une ligne ouverte ayant pour thème: le père doit-il aller en prison? Mailloux commence par une déclaration fracassante: les pères sont naturellement moins bons que les femmes pour s’occuper des enfants.

Les femmes passent plus de temps que les hommes aux tâches domestiques, dont le soin aux enfants, c’est un fait.

Mais là où Mailloux dépasse les bornes et devient sexiste, c’est lorsqu’il affirme que les femmes seraient maternelles « par essence ». Doc Mailloux utilise les mots « intrinsèque », « naturel » et « instinct ». Les femmes, selon lui, seraient nées avec des talents que les hommes n’ont pas.

Nous savons que ce qui détermine le genre, les femmes et les hommes, est pour une grande part  une construction sociale. Les gens sont ainsi, car ils ont été socialisés comme ça. C’est ainsi que la société patriarcale est faite.

Affirmer que les femmes sont nées avec des talents naturels pour les enfants est une astuce des masculinistes. Ce n’est qu’un prétexte qui leur sert à justifier la différence sociale et l’inégalité entre les hommes et les femmes. En claironnant que les femmes sont naturellement maternelles, Doc Mailloux et ses pareils font l’éloge de la docilité, de la patience et de la soumission des femmes. Et, parallèlement, de la domination masculine.

93.3 : hommes naturellement pas de bons pères (00:13:51)

22 aout 2016, Doc Mailloux et Josey, avec Josey Arsenaut et Pierre Mailloux

9h15 : DM– « Les mères sont beaucoup plus aptes et sécuritaires avec les bébés qu’avec les pères (…) on appelle ça l’instinct (…) Il y a très peu de pères qui peuvent se permettre de prendre soin d’un bébé, parce que la nature ne les a pas équipés intrinsèquement pour faire ces tâches-là. »

Extraits de la ligne ouverte (exclusivement masculine):

AA1– « Mon garçon, ce n’est pas de moi qu’il a besoin, c’est de sa mère »

DM– « Comprendre les signaux émis par le bébé dans le règne animal, c’est généralement la femelle qui l’a mis bas qui comprend ça. Alors, la nature a voulu ça. »

AA2– « On a voulu égaliser les sexes (…) Par exemple, les hommes conduisent mieux les voitures que les femmes. »

2016.08.22-09.30-933-Mailloux-sexisme.ogg

Tant qu’à boycotter Normandeau, pourquoi pas Fillion, Mailloux ou Arthur?

Le retour d’André Arthur, de Jeff Fillion, de Nathalie Normandeau et du Doc Mailloux ne devrait pas surprendre. C’est dans la logique des choses.

Dans un contexte très compétitif, où de plus en plus de radios se mettent à faire du talk, il est normal que chacune tente de se démarquer. Et on n’y arrive pas en engageant des novices, mais en recrutant des valeurs sûres.

Tous mis à pied dans la controverse (propos racistes pour Arthur et Mailloux, intimidation pour Fillion, accusations de fraude pour Normandeau), les membres de cette clique avaient néanmoins rapidement démontré leur popularité.

Le segment d’André Arthur était le plus écouté/téléchargé chaque jour à Radio X. Le duo Duhaime-Normandeau avait, très rapidement, propulsé le 93.3 au haut des sondages. Et si Jeff Fillion avait passé quelques mois de plus à NRJ, il aurait probablement dépassé son rival, Gilles Parent.

En perdant leur emploi, ils n’ont pas été radiés de leur métier.

Un ordre professionnel peut empêcher un de ses membres d’exercer son travail s’il a fait une faute professionnelle.

Le racisme et l’intimidation sont proscrits par le code de déontologie des journalistes. Arthur, Mailloux, Fillion et Normandeau n’ont pas été radiés parce qu’il n’y a pas d’Ordre professionnel des journalistes.

Au Québec il existe un Ordre professionnel pour les acupuncteurs, les agronomes, les chiropraticiens, les diététistes et les sexologues.

On doit donc déduire qu’on considère l’information publique comme un secteur de moindre importance que les troubles érectiles.

La seule surprise est que BLVD, après avoir fait une campagne publicitaire controversée autour de la radio-poubelle de Québec, se met désormais aussi à en faire. BLVD rejoint le club sélect des radios-poubelles de Québec.

La radio-poubelle s’étend et ce n’est pas en laissant faire le marché qu’on risque de voir la situation s’améliorer. Mais bien en faisant connaitre son indignation.

Les élus refusent toute entrevue avec Normandeau

Autre rebondissement, les élus provinciaux, tous partis confondus, refuseront les entrevues avec Nathalie Normandeau.

Une attachée de presse de la CAQ, Émilie Toussaint, a évoqué la raison suivante:

« Nous croyons à la présomption d’innocence, mais nous jugeons qu’actuellement Mme Normandeau n’a pas la crédibilité pour parler de politique avec les élus de notre parti »,

C’est très bien, mais pourquoi ne pas faire la même chose avec toute la radio-poubelle? Les autres animateurs n’ont pas été accusés de fraude, mais ils ont fréquemment démontré qu’ils n’avaient aucune crédibilité.

Ils refusent le titre de journaliste. Ils en piétinent la déontologie. Ils utilisent les privilèges du journalisme sans en respecter les devoirs. Il suffit de lire les nombreuses plaintes au CCNR et au CPQ pour s’en convaincre.

À la radio-poubelle, bafouer les principes de base du journalisme n’est pas un accident. C’est systématique. C’est la façon de faire. C’est banal.

Mailloux a déjà affirmé que les Arabes forment « un peuple taré ». Fillion a déjà applaudi les coups de fouet donnés au héros de la liberté d’expression, Raïf Badawi. André Arthur affirme qu’Isabelle Gaston est aussi coupable que Guy Turcotte pour le meurtre de ses enfants.

Et ce n’est qu’un infime florilège de ces provocateurs nés.

Alors j’ai une question pour les élus. Pourquoi accepter une entrevue avec Fillion alors qu’on en refuse une avec Normandeau?

Et, plus largement, pourquoi est-ce que les porte-paroles de groupes défendant les droits des journalistes acceptent-ils de donner dles entrevues à la radio-poubelle? Pensons aux syndicalistes et aux journalistes, par exemple.

En acceptant l’entrevue, ne sont-ils pas en train de donner de la crédibilité à des gens qui sapent les fondements même du métier qu’ils prétendent défendre?

Pour être cohérent, ceux qui valorisent le métier de journaliste devraient s’abstenir de donner des entrevues à des gens qui piétinent le journalisme.

Une entrevue ça se passe avec un journaliste. Pas avec un vendeur de hamburgers.