Toilettes transgenres: Drainville et Duhaime font les boss des bécosses

Le duo Duhaime-Drainville embarque dans un débat dont ils ignorent tout: les toilettes transgenres.

Cette discussion vaseuse est propice à augmenter la stigmatisation des personnes transgenres.

Vaseuse, parce qu’elle brandit des préjugés comme des arguments. Parce qu’elle est tenue par deux blancs privilégiés machos qui n’ont aucune empathie. Et parce que les arguments des gens  concernés, les personnes transgenres, sont ignorés, celles-ci étant absentes.

Vous trouvez ces propos inacceptables? Vous pouvez porter plainte au CCNR, ou écrire une lettre aux annonceurs. Vous pouvez aussi signer la déclaration pour des ondes saines.

FM93: débat excité sur les personnes transgenres

23 février 2017, Drainville-Duhaime, avec Bernard Drainville et Éric Duhaime (00:17:03)

11h25 : BD- « Trump a relancé la guerre des toilettes (…)

ED- Il y a plusieurs débats. Il y en a qui disent qu’on devrait avoir une troisième toilette

BD- Ça, ça me fait capoter (…)

ED- Dans une couple d’années, on ne pourra plus demander sur un formulaire si tu es un homme ou une femme, ça va être de la discrimination (…)

BD- Hey, l’Ontario! L’Ontario ont voté une motion en 2015 pour retirer les termes  »mère » et  »père » de 10,000 formulaires différents dans la province. D’ailleurs, c’est un cout débile, tout réimprimer ça c’est bien évident mais là tu pourras plus t’appeler père et mère? Tu vas t’appeler quoi, parent? Un parent, une parente? Éric, dis-moi que je rêve?  C’est quoi, on est dans le Twighlight zone, et on va se réveiller? (…) Tu peux te déclarer transgenre (…) Même si tu as pas changé de sexe!

[Imprimer 10,000 formulaires en noir et blanc, en 2017, c’est épouvantable en effet. Ceci dit, il y a un spécial à 18 sous la feuille chez Bureau en gros]

ED- Donc, tu es un homme pas de pénis ou une femme avec un pénis. Ça marche pas! Pour moi, une femme ça n’a pas de pénis. (…)

BD- Moi je te le dis, Éric, si ces batailles là ne sont pas menées correctement, puis s’ils ne sont pas menées en tenant compte d’une certaine majorité qui est ouverte, mais qui, un moment donné, est un peu tannée là de se faire imposer des accommodements de toutes sortes, un moment donné, ça va leur péter dans la face, à ces groupes là.

ED- Il va y avoir un backlash [définition de backlash: voir CrucifixGate], c’est sûr qu’il y a un effet boomerang (…) Là, on est rendu qu’on prend la marge de la marge et on voudrait que l’ensemble des citoyens paient pour ça. Y en a combien au Québec (…) Y a bien des écoles, y en a zéro (…)

BD- Justin nous écrit: il faut être ouvert à ce qui est marginal, mais la gauche diversitaire là, qui veut une société sans genres, et qui veut redéfinir la norme pour tout le monde, elle risque de subir un backlash si elle continue de pousser trop loin, assez c’est assez (…)

[Bernard aime bien lire un auditeur faisant juste répéter ce qu’il vient de dire]

ED- Là, quand y a des batailles comme celle-là, ça fait monter la transphobie. C’est tellement rendu ridicule comme débat, je décroche (…)

ED- Tu peux pas te dire femme si tu as un pénis (…)

BD- Ça prend-tu une troisième toilette pour les transgenres? On dit non, joualvert, non! (…) Les transgenres c’est rendu la cause « in » (…)

BD- Est-ce que le droit des minorités d’imposer l’allure et la direction du débat public est infini ?

ED- On va-tu changer les lois pour une personne?

BD- La tyrannie de la minorité! (…) Si tu oses poser cette question-là, tu es dans le trouble, là (…)

[Bernard se posant préventivement en victime à la fin. Courageux.]

2017.02.23-11.15.00-933-hysterie-transgenre.mp3