Une Journée nationale contre l’islamisme? Ça existe déjà!

Éric Duhaime est contre la proposition de faire une Journée nationale contre l’islamophobie. C’est sans surprise puisque nous avons souvent démontré que Duhaime est un islamophobe de haut vol.

Ainsi, Duhaime ne peut pas être plus heureux de pouvoir brandir l’appui d’une victime du terrorisme islamiste, Camille Carrier, dont des membres de la famille sont morts suite à un attentat à Ouagadougou.

Madame Carrier conclue en revendiquant plutôt une « journée pour commémorer l’ensemble des victimes de l’islamisme ».

Le hic c’est que ça existe déjà…

Le 20 octobre 2016, l’Assemblée nationale désignait officiellement le 15 janvier en tant que Journée nationale du vivre-ensemble afin notamment de commémorer les victimes d’attentats, comme ceux qui avaient eu lieu à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Ottawa, à Jakarta et à Ouagadougou, et de souligner l’importance de travailler ensemble à lutter contre la radicalisation menant à la violence. Cette journée vise donc à susciter la création de conditions propices à une plus grande acceptation de la différence et de la diversité, au Québec comme à l’étranger, dans un esprit d’ouverture à l’autre.

newswire.ca, 15 janvier 2017.

En résumé, il s’agit encore d’une fake news visant à attiser l’islamophobie ambiante. Duhaime instrumentalise plus ou moins habilement une vraie victime du terrorisme islamiste pour justifier son agenda islamophobe.

C’est encore plus odieux sachant que Duhaime sort cette histoire bidon lors d’une entrevue particulièrement hargneuse avec le porte-parole de la grande mosquée, Boufeldja Benabdallah.

Dans le contexte de la commémoration de l’attentat contre la communauté musulmane le 29 janvier, c’est encore plus dégueulasse.

Ce sont des propos erronnés, des fake news. Ne restons pas indifférent. Portons plainte au CCNR ou au CPQ, et écrivons une lettre aux annonceurs.