Les animateurs sont des paresseux qui ne travaillent pas

S’il y a bien un point commun chez tous les animateurs de radio, c’est cette propension à dire que les Québécois ne travaillent pas assez et qu’on doit repousser l’âge de la retraite. Que les profs ont de trop longues vacances. Que les gens prestataires de l’aide sociale sont des paresseux qui ne veulent pas travailler, etc.

Pourtant, une observation attentive des congés des animateurs, entre août 2017 et août 2018, nous apprend qu’ils ne travaillent vraiment pas beaucoup eux-mêmes.

Vous êtes à même de faire les constats suivants:

  • En période de sondage Numéris, tout le monde travaille!
  • Hors période de Numéris, tout le monde est en vacances.

Si on prend seulement Jeff Fillion, on parle de 14 semaines de vacances (presque 4 mois!) sur 52. Fillion est en vacance 27% de l’année! Pour un gars qui a été engagé à Radio X en 2016, c’est quand même pas mal!

Tu parles d’un « maudit paresseux qui ne travaille pas ».

Cette démonstration ne fait que confirmer que Numéris est une façon désuète de faire des sondages et que les annonceurs se font royalement fourrer avec des chiffres gonflés. C’est parce que les semaines sont connues d’avance. Si l’audience était calculée en temps réel, toute l’année, les sondages seraient beaucoup plus fiables et honnêtes. Et bye bye les #TrèsLonguesVacances!

Ce sont des estimations basées sur une observation attentive de la radio.

Pour poursuivre votre réflexion, nous vous proposons notre article intitulé Radio-poubelle: Et si les chiffres d’audience étaient gonflés?

Des experts répliquent aux propos transphobes de Fillion

Des experts répliquent à Fillion affirmant que les enfants trans: c’est un « cas de DPJ ».

Donc au lieu d’accuser les personnes qui essaient tant bien que mal de favoriser une plus grande inclusion des enfants trans dans notre société, de contribuer à augmenter l’intimidation que subissent ces enfants, et de dire que «la gauche est folle. Sont dangereux. Ils veulent rentrer ça dans les écoles (…)», cessez donc de propager des faussetés pour faire augmenter votre cote de popularité et renseignez-vous sur les faits.

Enfants transgenres: en finir avec les faussetés, lesoleil.com, 16 septembre 2018.

Le FM93 manœuvre pour réhabiliter le harceleur sexuel Gilles Parent

Il était une fois une station qui cherchait à se maintenir au sommet des sondages. Mais ses patrons étaient bien embêtés. Ils avaient mis à pied leur animateur vedette, Gilles Parent, dans la foulée d’accusations à caractère sexuel.

Des collègues de travail avaient courageusement défié leurs patrons en disant: « C’est assez, le cochon doit s’en aller! » Elles profitaient d’un vent favorable puisque le mouvement #metoo battait alors son plein.

Les patrons ont été forcés d’obtempérer.

Onze mois plus tard, ceux-ci se grattaient le bout du menton: « Et si on essayait de réengager le cochon? »

Ils se tournèrent alors vers leur exécutant des basses œuvres, le mercenaire de l’opinion Éric Duhaime, qui venait juste d’être nommé au poste prestigieux d’animateur de l’émission du retour, poste qu’occupait précédemment Gilles Parent.

« Dis-moi, Éric », susurra le patron, « J’ai besoin que tu me rendes service. Nous préparons le retour de Parent et vous voulons que tu testes l’auditoire. Nous devons savoir s’ils sont prêts à pardonner Gilles Parent. Mais il ne faut surtout pas que ça ait l’air d’une opération de réhabilitation! Tu sais à quel point ils sont naïfs. Ça devrait être un jeu d’enfant pour toi. »

Et c’est ainsi que cette semaine, le mercredi 12 septembre, on a pu lire Gilles Parent sécher ses larmes avec son cash, dans une entrevue sollicitée par lui-même, avec Mylène Moisan dans le  Soleil. Suivi par une entrevue fort complaisante de Moisan avec le duo Ségal-Lavoie au FM93.

Puis, Éric Duhaime entre en jeu. Banalisant les gestes posés, les agressions sexuelles, le harcèlement, qu’il résume à un simple « flirt ». Duhaime, champion de la manipulation, fait son travail. L’extrait audio, sidérant, est joint ci dessous.

Une opération de réhabilitation de Gilles Parent en bonne et due forme.

Notons qu’Éric Duhaime, comme Mylène Moisan, n’ont pas dit un seul mot compatissant pour les femmes qui ont dénoncé Gilles Parent.

Il y en a six en tout mais seulement 2 sont connues. Catherine Bachand et Catherine Desbiens, d’anciennes collègues de Parent.

Les allégations sont récentes. Catherine Desbiens s’est fait tâter une fesse par Parent lors d’un party de sondage en 2016. Elle porte alors aussitôt plainte pour harcèlement. Elle sera plutôt poussée vers la porte. Elle mentionne aussi les « gestes et commentaires déplacés » qu’elle a subis en travaillant 4 ans avec Parent. Les nombreux textos dégueulasses, envoyés par Parent, même après avoir exposé la situation à son patron, relèvent d’un harcèlement continu.

«Si moi, je dis “non” à Gilles, je perds ma job. Tu ne veux pas déplaire. Tu finis par entrer dans la «game» et tu te perds là-dedans. J’avais tellement peur de perdre ma job»

Catherine Desbiens

Quant à Catherine Bachand, son témoignage remonte à 2005 alors qu’elle était enceinte. Elle affirme que Parent lui a palpé un sein en ondes, par surprise, alors qu’il feignait de vouloir toucher son ventre. Ça s’appelle une agression sexuelle.

« Je n’ai pas porté plainte. Pourquoi ? Parce que bien honnêtement, même très jeune, je voyais le sort que l’on réservait aux victimes. Il est faux de croire que le système de justice encourage à la dénonciation, et j’ai plusieurs exemples pour appuyer mes dires »

Catherine Bachand

Rendu là, nous partageons toute notre solidarité aux femmes ayant été victimes de Gilles Parent. Plusieurs d’entre elles doivent être terrorisées par la perspective d’un retour de Parent à la radio. #onvouscroit

Ce n’est pas normal. C’est l’agresseur qui devrait avoir peur.

Concluons par un message en deux teintes aux patrons, et particulièrement à Pierre Martineau, puisque c’est le seul qui est cité dans toute cette histoire.

C’est vous les responsables. Vous les peureux qui vont planquez derrière les animateurs. Vous qui avez protégé Parent pendant toutes ces années. Vous êtes d’indécrottables machos, un boy’s club. Vous méritez d’être sanctionnés.

Votre comportement devait être exemplaire, vous deviez protéger vos employées, vous avez bafoué leur confiance et failli à votre devoir. Vous n’avez aucun honneur ni dignité.

D’un autre côté on peut comprendre que vous souhaitiez le retour de la mine d’or Parent. Mais pensez-y un instant. Les temps changent. Bien sûr, il reste encore plein de gens d’affaires machos qui prendront Gilles Parent comme porte-parole avec plaisir. Imaginez, Jeff Fillion parvient encore à en trouver.

Mais il y a aussi, peut-être davantage, de gens qui sont dégoutés par les propos et les comportements sexistes des animateurs de radio. Ce sont des gens d’affaire, des auditrices et des auditeurs et des employés qui ne veulent rien savoir du retour de Gilles Parent.

Il est temps d’être à l’écoute de ces personnes qui sont à la page du temps présent.

Comme on l’a vu avec les députés libéraux Gerry Sklavounos et Pierre Paradis, il n’est pas nécessaire d’être condamné par un juge pour qu’un comportement soit considéré suffisamment offensant pour se faire montrer la porte. Le simple Gros Bon Sens, celui que vos animateurs réclament sans cesse, devrait suffire.

Vous trouvez ça inacceptable? Vous pouvez porter plainte au CCNR ou écrire une lettre aux annonceurs.

FM93: Duhaime réhabilite Gilles Parent en banalisant les agressions sexuelles

12 septembre 2018, Le retour d’Éric Duhaime, avec Éric Duhaime et Dan Pou

14h: ED- « C’est un des deux trois géants de la radio de Québec (…) Je veux pas défendre l’indéfendable aujourd’hui, mais je trouvais que le sort qu’il a subi est disproportionné par rapport à ce qu’on lui reprochait (…) C’est sûr que Gilles aurait aimé ça vous parler à vous les auditeurs (…), mais dans le contexte actuel, il a peur que ça envoie un mauvais signal (…) »

ED- « Ce qu’on lui reproche (…) sa conjointe parle d’infidélité, ou d’infidélité platonique, ou de flirt, mais je m’excuse, mais si c’est juste ça qu’on a reproché à Gilles Parent, bien ça concerne les gens dans leur relation intime (…) »

ED- « Si ce qu’on a à reprocher à Gilles Parent, c’est ce qui nous a été dit et ce qu’on a pu lire au cours des 11 derniers mois, je me demande comment ça se fait que ça a pris 11 mois avant qu’on le réentende, pis comment ça se fait que la page n’est pas encore tournée (…) À date, il n’y a aucune accusation formelle contre Gilles. Il n’y a absolument rien. Les seules affaires qu’on a, c’est des allégations, des textos, des flirts et des mots bizarres. Mais t’sais, des jokes mal placées, des flirts que l’autre personne entend pas la même chose que ce que notre intention est, si on condamne les gens là-dessus, on serait tous en prison (…) J’espère que c’est le début d’un retour (…) »

Puis, Duhaime répond à des interventions d’auditeurs

ED- « Il y a quelqu’un qui revient sur le sein (Parent avait palpé le sein de Catherine Bachand par surprise). Pour que ce soit considéré comme une agression il y a aussi le fait qu’il faut que ce soit répétitif. S’il n’y a pas eu répétition, c’était peut-être un geste mal placé, mais le fait qu’il n’y a pas eu de répétition, ça rend l’acte moins répréhensible d’une certaine façon. »

(…)

ED (citant un auditeur)- « Le fait qu’il a pris le sein d’une collaboratrice c’est un viol, lui il pense que c’est carrément un viol, c’est sûr que c’est pas comme toutes celles de #moiaussi qu’en penses-tu? Bien je pense que non, c’est pas un viol. Je comprends que c’est une agression, mais ça peut pas être un viol. »

DP: « Tout le monde a sa perception aussi! »

fm93_eric_sur_gilles_12_sept.mp3

Sources

Allégations contre Gilles Parent: Témoignage émouvant de Catherine Bachand, journaldequebec.com, 20 octobre 2017.

Inconduites sexuelles: des textos de Gilles Parent après une rencontre disciplinaire, JournaldeQuebec.com, 20 octobre 2017

L’enquête sur Gilles Parent se poursuit, 23 octobre 2017, lesoleil.com.

Gilles Parent brise le silence, LeSoleil.com, 12 septembre 2018.

La sortie médiatique de Gilles Parent est la cible de critiques, Journaldequebec.com, 12 septembre 2018.

Apprenez-en plus sur le harcèlement sexuel en allant sur inspq.qc.ca.

Les enfants trans: Jeff Fillion en fait un « cas de DPJ »

Jeff Fillion

Le militant LGBT Jasmin Roy sort des vidéos pour enfants sur le thème de la réalité des personnes transsexuelles. Et la radio-poubelle fait sa crise du bacon.

Dans l’extrait audio suivant, Jeff Fillion laisse entendre que ces vidéos pourraient « fucker » les enfants.

C’est légitime de se poser des questions lorsqu’on est en présence d’enfants. Les parents ont une influence déterminante sur ceux-ci.

Mais de laisser entendre qu’un enfant est « fucké » parce qu’il se questionne sur son identité, que ses parents représentent un danger pour lui et, finalement, mêler la pédophilie à ça, c’est fort stigmatisant et discriminatoire.

Les propos de Fillion visent à intimider ceux qui sortent de la norme.

Vous trouvez ça inacceptable? Vous pouvez porter plainte au CCNR ou écrire une lettre aux annonceurs.

CHOI: des enfants trans? Un cas de DPJ

6 septembre 2018, Fillion, avec Jean-François Fillion et ses faire-valoir

13h20: JF- « Les adultes, ils font ce qu’ils veulent. Mais les enfants? Pour moi c’est un cas de DPJ (…) »

JF- « On est en train de mêler les enfants, on va amener ça dans les écoles (…) On est sur le bord de pardonner la pédophilie et d’expliquer que c’est quelque chose de normal? (…) Dans le cas des enfants, c’est les parents qui utilisent leurs enfants pour leurs bibittes (…)

La DPJ devrait enquêter les parents (…) »

JF – « Le pseudo-mélange là, quelqu’un qui sait pas ce qu’il est, r’garde. La DPJ s’occupe de bien des affaires. Avant de statuer, vous devez aller voir si c’est pas un parent qui l’a fucké. Et je suis certain, 10 sur 10, que l’enfant de 8 ans qui n’est pas bien d’être un garçon et qui veut devenir une fille, je suis certain qu’il a été influencé par soit maman, soit papa.

La gauche est folle. Sont dangereux. Ils veulent rentrer ça dans les écoles (…) »

fillion_2018-09-06-les-trans.mp3

Les pauvres vont vendre leur congélateur pour acheter de la dope

106,9 FM Mauricie : Les pauvres vont vendre leur congélateur pour acheter de la dope

5 septembre 2018, La commission Pilotte-Mailloux, avec Pierre Mailloux, Robert Pilotte et Catherine Gaudreault

PM: « Parce que les pauvres, je l’sais, ce qu’ils font, ils vont vendre le congélateur pour aller s’acheter de la bière et de la dope (…) »