Archives mensuelles : avril 2016

Les Haïtiens n’ont pas participé à construire le Québec, selon André Arthur

arthur

André Arthur fait lire la lettre de plainte du Consulat d’Haïti sur ses propos racistes du 7 avril. Évidemment, il ne s’excuse pas à ce sujet. Fidèle à la tradition poubelle, il en rajoute, affirmant que les Haïtiens n’ont pas « participé à la construction du Québec ».

CHOI: les Haïtiens n’ont jamais aidé le Québec (00:05:33)

15 avril 2016, Arthur le midi, avec André Arthur et Roby Moreault

12h05 :  « Que réparation soit faite? Ça veut dire quoi ça? Ils ont des tueurs à gages qui vont s’occuper de la radio? C’est toujours désolant de voir dans quels termes les gens de l’élite haïtienne s’expriment. C’est pompeux, et ça veut rien dire, mais c’est en même temps bizarre (…) En quoi la communauté haïtienne a participé à la construction du Québec? Champlain nous a rentré des Haïtiens icitte? Pas que je sache (…) La seule façon de sauver Haïti, c’est de la mettre sous tutelle (…) Ça arrivera jamais. Mais c’est la preuve que c’est le temps d’arrêter de se préoccuper d’Haïti et de les laisser s’arranger entre eux autres. »

Arthur-le-midi_2016-04-15-12h05-Haiti.ogg

Les Autochtones sont comme « des enfants mal élevés », selon André Arthur

André Arthur propose ses « solutions » s’il devenait ministre des Affaires autochtones: on les ignore, tout en leur réservant les commentaires les plus paternalistes possible.

CHOI: les Autochtones, c’est comme des enfants mal élevés (00:07:36)

13 avril 2016, Arthur le midi, avec André Arthur et Roby Moreault

11h40 : « On le sait dans le fond que vous êtes des bons sauvages (…) Ils prétendent que c’est pas de leur faute, c’est de la nôtre (…) Moi, ma théorie si je devenais ministre des Affaires indiennes, c’est: on peut-tu les ignorer pendant 10 ans? (…) Marche ou crève. Un peu, dans le tough love, ce qu’on devrait faire avec des enfants mal élevés à la maison (…)

2016-04-13-ch-11h40-arthur-sur-lhistoire-des-affaires-autochtones-au-canada.mp3

Le Conseil de presse blâme Radio X pour conflit d’intérêts, préjugés, discrimination et propos méprisants

Le Conseil de presse a rendu publiques deux décisions concernant Radio X.

L’une concerne une plainte déposée le 6 mai 2015. On y rapporte que Jean-Christophe Ouellet, le co-animateur de Dominic Maurais à Radio X, parle de vapotage à l’antenne tout en étant propriétaire d’une boutique de cigarettes électroniques. Ce qui le met en conflit d’intérêts.

La chose est tellement banalisée à Radio X que Maurais avait même fabriqué un thème musical spécial chaque fois que Ouellet parlait de vapotage: « les vapo news ».

« Pour le Conseil, le conflit d’intérêts de M. Ouellet est évident. Étant donné son statut de propriétaire d’une boutique de cigarettes électroniques, il aurait dû s’interdire d’aborder tout sujet touchant au vapotage. »

Un blâme est également porté à l’encontre de Dominic Maurais « pour avoir omis de veiller à ce que M. Ouellet ne se retrouve pas en situation de conflit d’intérêts. »

Cette décision va dans le sens de ce que la Coalition affirme depuis maintenant 4 ans: la radio-poubelle fait de l’anti-journalisme. Elle utilise le journalisme tout en en piétinant les principes déontologiques de base.

Ça fait plusieurs semaines qu’il n’y a pas eu de « vaponews » à Radio X, ce qui confirme une autre affaire: si la radio-poubelle n’est pas membre du CPQ et ne répond pas aux plaintes, elle garde une oreille attentive et peut modifier ses comportements dans le bon sens.

Lire toute la décision du Conseil de presse d2015-05-137.

L’autre décision concerne une grande séance de défoulement contre les plus démunis de la société: les gens vivant de l’aide sociale.

La plainte est déposée le 17 avril 2015 par le Regroupement des femmes sans emploi du Nord de Québec. Elle concerne Denis Gravel et Jérôme Landry à l’époque où ils faisaient croire qu’ils étaient les meilleurs amis du monde.

Le conseil atteste que Gravel et Landry ont fait preuve de mépris et de discrimination, et ont propagé des préjugés envers les gens vivant de l’aide sociale mais aussi contre ceux qui les défendent.

Les gens vivant de l’aide sociale y sont qualifiés de voleurs, sales et alcooliques.

Extraits:

« Les gens aptes au travail, met ton cadran, peigne-toi et va travailler […]. Lave-toi […]. »

« On tolère des gens, dix, onze ans sur le B.S, alors qu’ils sont aptes au travail […] ces gens-là sont des voleurs! […] qui tu voles? Ceux qui ont des limitations à l’emploi, ils enlèvent de l’argent à ceux qui en ont vraiment besoin […]. »

Le CPQ déplore aussi l’utilisation péjorative à répétition du mot « B.S ».

En répétant continuellement le terme “B.S.”, l’animateur contribue à renforcer une image négative à l’égard des personnes assistées sociales.

La Coalition sortons les radios-poubelles déplore l’acharnement des animateurs à s’attaquer aux plus faibles et à en faire des boucs-émissaires. En plus de s’attaquer aux pauvres, la radio-poubelle s’attaque aussi aux musulmans, aux femmes, aux gays, etc.

Nous déplorons l’impunité dont jouit la radio-poubelle. Une organisation avec des dents doit être en mesure de faire appliquer des sanctions contre ceux qui piétinent la déontologie journalistique et qui répandent la haine.

Lire la plainte d2015-05-140.

Le service militaire pour les BS

bouchard

Josey Arsenault propose un service militaire pour les décrocheurs et les gens sur l’aide sociale.

Pour une fois ce n’est pas Bouchard qui l’échappe le plus.

93.3 : L’armée pour les gens sur l’aide sociale (00:10:54)

7 avril 2016, Bouchard en parle, avec Josey Arsenault, Sylvain Bouchard, Élisabeth Crête, Jean-Simon Bui

9h10 : « MS– Pourquoi ne pas remettre sur pied un service militaire adapté à tous les décrocheurs ? (…) Juste au Québec, 25000 jeunes qui pourraient être sur le marché du travail qui reçoivent de l’aide sociale (…) Nous en tant que société on serait peut-être gagnant là-dedans, on paierait à les éduquer au lieu de les laisser chez eux à rien faire, je fais référence à ceux qui sont sur l’aide sociale. Et là, je vais aller plus loin que ça encore. On est dans un monde où les gens sont de plus en plus insécures face à la menace islamiste, ça pourrait pas être une façon de rendre notre société, je sais pas… avoir l’impression qu’on serait plus en sécurité avec des jeunes qui ont été formés (…)?

JSB– Moi je leur ferais faire du bénévolat obligatoire (…)

EC – Il faut qu’il y ait un incitatif à ne pas aller sur le BS (…) Un jeune qui n’a pas envie de travailler, c’est le rêve pour lui aller sur le BS (…) Tu as une paie à ne rien faire (…)  »

2016.04.07-09.00-933-service-militaire.mp3

Il y a trop d’avortements, selon Jeff Fillion

Jeff Fillion

Jeff Fillion est furieux qu’on traite mal le candidat à la présidence des États-Unis, Donald Trump, dans les médias d’ici. Alors, il fait comme d’habitude en partant à la défense des puissants.

Mais c’est lorsqu’il se met à parler d’avortement que ça devient louche. D’abord, il y en a trop, selon lui. Il y a des gens qui abusent.

Et les chiffres avancés par Fillion sur l’avortement sont faux. Selon les statistiques du gouvernement, c’est entre 25000 et 30000 avortements par année. Pas 40000.

Tous les masculinistes font ça: « Je ne suis pas contre l’avortement, mais il y en a trop ». Schéma classique.

Dans cet extrait audio, Fillion rote encore le baloney du badawigate en prenant la confortable position de victime. Et ça se termine en grand avec l’amalgame mis de l’avant par Trump : Mexicain = dealer de drogue.

NRJ : long discours anti-avortement (00:17:30)

5 avril 2016, Jeff Fillion et ses faire-valoir

15h40: « JF– Trump n’est pas de droite (…) #badawigate « Ils ont voulu me faire passer pour un monstre (…) Y a personne qui se préoccupe du sort de Badawi dans une pétition sur le web (…) Faire-valoir – On s’est servi de la cause pour te faire mal paraitre (…)

JF– Mais comment se fait-il qu’on a la moitié du nombre d’avortements vs le nombre de naissances, Donc, si on a 80-85000 naissances au Québec par année, on a 40-42000 avortements par année. Ça fait peur, hein? (…)

Faire-valoir – Il y en a qui prennent ça comme un moyen de contraception. »

Puis, Fillion raconte sa visite dans une clinique d’avortement:  « Quand je suis arrivé là, le personnel m’a dit, dans la salle, c’est des régulières. Ça, c’est weird ça. C’est bizarre dans une province où la population va décroitre à cause du vieillissement, qui est obligée d’augmenter son nombre d’immigration pour survivre (…) Pourquoi l’État paie pour moi? » L’avortement « Ça peut pas devenir un moyen de contraception »

Doum – Souvent on considère que l’avortement c’est rien. Alors qu’on met fin à une vie, là (…) »

JF– Après ça, il va y avoir un sondage, les Québécois n’aiment pas Trump. C’est normal! Ceux qui en parlent à la télé sont remplis d’idioties. Sont remplis de mensonge. Il a pas dit qu’il voulait mettre les Mexicains dehors! Avez-vous vu, encore cette semaine, il y en a qui sont rentrés? Tous des vendeurs de dopes. Toute la gang (…)  »

nrj-fillion-5avril2016-avortement.mp3