Archives mensuelles : novembre 2018

Tic tac, tic tac

Josée Blanchette a été victime d’une campagne d’intimidation et de salissage pendant 3 jours à la radio-poubelle parce qu’elle avait osé parler d’environnement. Sa réponse:

De jeunes GINKS (Green Inclination No Kids) ont décidé de ne plus ajouter d’enfants à cette planète et d’adopter des réfugiés climatiques au besoin. Ils seront nombreux, par centaines de millions.

J’ai eu l’outrecuidance d’en glisser un mot à l’émission d’Alain Gravel la semaine dernière. Le sujet a vite dérapé dans la manosphère grâce aux radios-poubelles de Québec. La violence était digne d’un épisode de La servante écarlate et le discours, de la même tenue.

LeDevoir.com

La plus grande menace à notre sécurité collective et individuelle

L’ex-agent du SCRS Michel Juneau-Kasuya en remet sur la radio-poubelle

Alors oui, on peut associer le langage des radios poubelles à un risque à notre sécurité collective et individuelle.

À cet effet, les politiciens ont des responsabilités. Et bien que plusieurs s’en lavent les mains de peur de devenir les victimes du bullying, ou du harcèlement dont ils pourraient être victimes, il en demeure que c’est une dénonciation constante et continue qui peut arriver à bout de ces promoteurs de la peur et de la haine.

-LeSoleil.com