Archives mensuelles : novembre 2018

Le Cégep de Sainte-Foy peut faire mieux contre l’islamophobie

Nous publions ce texte sous forme de lettre que nous vous invitons à faire suivre au service des communications du Cégep info@cegep-ste-foy.qc.ca; danielle.beaudet@cegep-ste-foy.qc.ca

Monsieur, Madame,

Votre administration a pris la décision de suspendre quatre étudiantes ayant réalisé une vidéo qui a suscité de vives réactions. Moins de deux ans après l’attentat à la mosquée de Sainte-Foy, aborder l’islamophobie de façon légère ou maladroite, c’est quelque chose qu’on ne peut plus accepter. Nous savons tous que le racisme tue.

Mais je constate que votre institution fait preuve de beaucoup moins de détermination quand c’est le temps de suspendre la publicité qu’elle achète à une certaine radio de la capitale, qu’on appelle radio-poubelle. Il s’agit pourtant d’un média exprimant des propos islamophobes et racistes avec une puissance, une vigueur et une fréquence qui surpassent de beaucoup la petite vidéo des quatre étudiantes suspendues.

Par exemple, en juin 2018, Jean-François (Jeff) Fillion a été condamné par le Conseil de presse du Québec pour les propos islamophobes suivants: « Leur technique [aux musulmans] est de s’intégrer pis de vivre comme nous pis de se rapprocher de nous, pis à un moment opportun de frapper ». Le CPQ juge que ces propos sont « discriminatoires sur la base de la religion et tendent à entretenir des préjugés envers les musulmans ».

La radio-poubelle a aussi été pointée du doigt pour son rôle dans l’attentat à la mosquée par des dizaines de personnes dans la communauté musulmane, des journalistes, des politiciens, des communicateurs, des artistes et des intellectuels.

Comment votre institution peut, à la fois, punir quatre étudiantes pour une vidéo malavisée, alors qu’elle contribue à payer le salaire d’animateurs islamophobes?

Votre institution vient de démontrer son admirable intransigeance dans la lutte contre le racisme. Elle se voudrait certes un modèle pour toutes les autres. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin?

En souhaitant que vous soyez cohérente et que vous preniez la décision qui s’impose. Une institution d’enseignement se doit, après tout, de donner l’exemple à la jeune génération; l’enjeu de l’opposition au racisme nous concerne tous et toutes.

Tic tac, tic tac

Josée Blanchette a été victime d’une campagne d’intimidation et de salissage pendant 3 jours à la radio-poubelle parce qu’elle avait osé parler d’environnement. Sa réponse:

De jeunes GINKS (Green Inclination No Kids) ont décidé de ne plus ajouter d’enfants à cette planète et d’adopter des réfugiés climatiques au besoin. Ils seront nombreux, par centaines de millions.

J’ai eu l’outrecuidance d’en glisser un mot à l’émission d’Alain Gravel la semaine dernière. Le sujet a vite dérapé dans la manosphère grâce aux radios-poubelles de Québec. La violence était digne d’un épisode de La servante écarlate et le discours, de la même tenue.

LeDevoir.com

La plus grande menace à notre sécurité collective et individuelle

L’ex-agent du SCRS Michel Juneau-Kasuya en remet sur la radio-poubelle

Alors oui, on peut associer le langage des radios poubelles à un risque à notre sécurité collective et individuelle.

À cet effet, les politiciens ont des responsabilités. Et bien que plusieurs s’en lavent les mains de peur de devenir les victimes du bullying, ou du harcèlement dont ils pourraient être victimes, il en demeure que c’est une dénonciation constante et continue qui peut arriver à bout de ces promoteurs de la peur et de la haine.

-LeSoleil.com