Archives mensuelles : septembre 2019

L’urgence d’être lucide face au populisme haineux

Avant-hier, la journaliste Isabelle Hachey a rejoint le débat sur l’embauche de Duhaime au journal de gauche Urbania.

Elle se demande: Est-ce que toutes les idées, même les plus nauséabondes, méritent d’être entendues?

Est-ce qu’en feignant la main tendue, la tolérance, on ne se retrouverait pas à faire exactement l’inverse?

La question est bonne et le texte mérite d’être lu.

Le lendemain, Éric Duhaime répond. L’habile communicateur revient sur les propos qui lui sont reprochés par Hachey, dont la fameuse histoire de la tête de porc ensanglantée déposée à l’entrée d’une mosquée de Québec quelques jours avant l’attentat. « Une bonne blague » comparable à une fausse livraison de pizza, avait à l’époque commenté Duhaime.

On ne saurait tarir d’éloges pour les talents de persuasion de Duhaime. Posé et sans effusion, celui-ci semble répondre de façon mesurée à chacune des accusations.

Sauf que les observateurs attentifs constateront tout de même un hic. Duhaime est aussi le roi des sophistes.

Dans l’affaire de la tête de porc, Duhaime dit qu’il était contrarié par la façon dont les médias traitaient la nouvelle d’un attentat homophobe, la tuerie d’Orlando.

C’est très intéressant, mais ça n’a aucun rapport. Ce n’est pas parce qu’on juge que l’attentat d’Orlando a été mal couvert par les médias que ça rend un acte d’intimidation haineux sur une mosquée plus « drôle »!

Ça s’appelle un sophisme de faux dilemme.

Et, à travers ça, Éric Duhaime prend soin d’éviter de répondre à la question fondamentale posée par Mme Hachey. Est-ce que toutes les idées se valent? Est-ce que, derrière de nobles intentions de tendre des ponts, on n’érige pas, en réalité, de nouveaux barbelés?

Le racisme est-il aussi « bon » que l’antiracisme?

Il y a une chose sur laquelle on est d’accord avec Duhaime, cependant, c’est qu’il faut bien connaître la radio avant d’en parler avec justesse.

Heureusement, on est là pour ça.

Par ailleurs on n’a aucun doute que Mme Hachey a fait ses devoirs avec rigueur et professionnalisme. On parle d’une journaliste de l’émission Enquête récipiendaire de nombreux prix de journalisme.

Lors de son émission tout à l’heure, Duhaime a affirmé être content que l’artiste Stéphane Venne prenne sa défense, suite à sa réponse.

Les naïfs se font berner par le beau parleur qui écrit bien. On va le répéter pour que ce soit clair: Duhaime est peut-être le plus grand communicateur au Québec. Manipulateur, persuasif, convaincant, il en a toutes les qualités.

Avez sa verve, tout a été facile dans la vie pour ce millionaire. L’embauche par Urbania ne fait que le démontrer une fois de plus.

On va le dire et le répéter, le problème avec Duhaime, et la radio-poubelle, c’est le racisme, l’homophobie, le sexisme et l’anti-journalisme systématique.

Et ça, ça ne se corrige pas avec de séduisants sophismes. Un minimum d’esprit critique est de mise.

Le texte d’Isabelle Hachey

La réplique de Duhaime

L’audio de l’affaire de la tête de porc

Peut-être le pire audio qu’on a de Duhaime, c’est lorsqu’il défend un intimidateur violent qui veut bruler une itinérante au lance-flamme

Le paradoxe de la tolérance

Au sujet de Duhaime chez Urbania

Comment peut-on espérer construire des ponts en offrant une tribune à une personnalité qui carbure justement à la division depuis des années ?

La droite ne mérite-t-elle pas une voix moins stridente que celle d’Éric Duhaime pour se faire entendre ?

LaPresse.ca

Faut-il vraiment donner une tribune à toutes les « opinions »?

Opinion suite à l’embauche d’Éric Duhaime comme chroniqueur d’Urbania:

Parce que propager des idées préconçues et des préjugés, en quoi ça fait avancer les débats? En quoi ça entraîne des discussions qui vont vraiment faire évoluer les mentalités et comment ça pourrait permettre aux humains de se trouver des similitudes au travers des positions qui les divisent, les uns à gauche, les autres à droite?

TonPetitLook

Voici le bilan annuel des #TrèsLonguesVacances et pourquoi les Numéris c’est de la merde

Pour une deuxième année consécutive, la Coalition lance son grand bilan des vacances des animateurs de la radio-poubelle!

Selon nos observations, les animateurs travaillent très peu! Ironique compte tenu qu’ils répètent sans cesse que les Québécois ne travaillent pas assez et qu’ils sont paresseux.

L’exercice est intéressant, car il démontre la désuétude des sondages Numéris. Numéris calcule l’auditoire des radios en se basant sur des cahiers d’écoute. Sauf que les moments sondés (110 jours d’une année, soit 30%) sont surestimés. Démonstration.

Jours de vacances 2018-2019

Comme on l’a constaté l’an dernier, tout le monde travaille pendant les deux périodes de sondage Numéris.

Numéris est d’une importance capitale pour la radio. Cette mesure d’audience influence le prix de la pub, les salaires des animateurs et ainsi de suite.

S’il est primordial d’être présent en période de sondage, ça devient presque inutile hors-sondage. Les Numéris influencent donc aussi les vacances.

En période Numéris, la radio bénéficie d’une radio pimpée, bénéficiant de nombreux atouts qu’elle n’a pas le reste de l’année.

Ainsi, Numéris surestime le temps analysé et ignore le reste. Les chiffres d’audience des radios sont donc gonflés.

Maintenant regardons les vacances plus en détails.

Temps travaillé vs #TrèsLonguesVacances

Les animateurs ont en moyenne 90 jours de vacances. C’est plus de 3 fois la moyenne québécoise qui est de 4 semaines.

C’est bien plus que les enseignants qui n’ont que 2 mois de vacances (dont une bonne part est payée à même le salaire annuel des enseignants) alors que les animateurs ne cessent de les dénigrer… à cause de ces vacances.

Jetons un œil sur le temps en vacances. On remarque que, tous populistes confondus, entre 20 et 27% de l’année est passé en congé!

Autrement dit, en dehors des sondages Numéris, un animateur travaille entre 43 et 50% du temps, soit juste un peu plus d’un jour sur deux! #wow.

Remise du prix du Paresseux de l’année

Le grand gagnant du prix du Paresseux de l’année (prix remis à l’animateur ayant le moins travaillé) est donc remis à…

Sylvain Bouchard du FM93 Cogeco est le grand gagnant avec 99 jours de vacances! Bravo!

Ces jours de vacances sont une gracieuseté de Numéris. Si les agences de pub l’abandonnaient pour une mesure en continu de l’audience, on pourrait s’attendre à des résultats plus fiables et réalistes.

On pourrait donc, c’est plausible, s’attendre à une baisse des chiffres d’audience, les fameuses cotes d’écoute, une baisse du prix des publicités, du salaire et des vacances!

Nos chiffres sont récoltés au meilleur de nos connaissances, ils sont donc à prendre avec modération. Si vous voulez du travail de pro, soutenez le journalisme.