Archives mensuelles : avril 2020

Injection de désinfectant: Éric Duhaime à la défense de Donald Trump

Avant-hier Donald Trump a suggéré qu’on puisse s’injecter du désinfectant pour tuer le coronavirus.

On était bien curieux de savoir si un de ses disciples à Québec allait prendre sa défense.

On en a trouvé un! Nul autre qu’Éric Duhaime.

FM93: S’injecter du désinfectant contre le coronavirus

24 avril 2020, Duhaime le midi avec Éric Duhaime

12h15: ED- « Il y a effectivement des recherches pour savoir comment ils peuvent injecter des matières désinfectantes pour aller tuer le virus sans que ça aille de l’impact sur notre santé.

fm93-duhaime-12h15-injection-desinfectant.mp3

Une personne âgée a moins de valeur, selon Duhaime

Éric Duhaime trouve que les personnes âgées ont moins de valeur que les personnes plus jeunes. Il a dit ça aujourd’hui, c’est dans l’extrait plus bas.

Curieuse déclaration compte tenu que l’égalité entre les individus est au cœur de notre société. C’est même une valeur fondamentale de la démocratie libérale.

Si on met ça conjointement avec sa déclaration sur les riches dont le vote devrait avoir plus de valeur que celui des pauvres, ça veut dire qu’Éric Duhaime rejette la démocratie libérale. Il embrasse plutôt une autre tradition politique, beaucoup plus louche et sombre.

Et puisque la mère de Duhaime est toujours vivante (il a dit, des sanglots dans la voix, qu’elle lui avait téléphoné quand Xavier Camus a écrit, avec justesse, qu’il était membre du groupe Facebook privé de la Meute), est-ce que ça veut dire qu’il trouve que sa mère vaut moins que lui?

Quel genre d’esprit immoral peut dire une chose pareille?

En réponse, vous pouvez porter plainte au CCNR ou au CPQ et écrire une lettre aux annonceurs.

FM93: Une personne âgée vaut moins

18 avril 2020, Duhaime le midi, avec Éric Duhaime

11h30 : « Le docteur Arruda (…) avait dit que la vie humaine, que la personne ait 80 ans ou qu’elle en ait cinq, c’était pareil, c’était la même chose, et il en était très fier, et que c’était même nos valeurs au Québec de sauver les personnes âgées (…) Mais moi, je suis de ceux qui pensent qu’un enfant de 5 ans qui meurt puis une personne de 79 ans qui est atteinte du cancer du poumon qui meurt 6 mois plus tôt que prévu, c’est pas la même chose. Ça n’a pas la même valeur. Moi je suis rendu à 51 ans depuis avant-hier, bien ma vie elle vaut moins, parce que j’en ai plus de vécu que ce qui me reste à vivre, vaut moins qu’un enfant de 3 ans.

Pour moi c’est une évidence mathématique. »

fm93-duhaime-18avril2020-personne-agee-vaut-moins.mp3

Quand René Lévesque qualifiait André Arthur de termite sociale

Succès souvenir de 1984. Après la fusillade à l’Assemblée Nationale par le caporal Denis Lortie, le premier ministre Lévesque va mener une charge a fond de train contre le polémiste André Arthur.

Voici quelques extraits

Le Soleil, juin 1984

« Le premier ministre René Lévesque souhaite que la population de Québec boycotte l’émission radiophonique de l’animateur André Arthur qu’il qualifie « d’appel constant à la bêtise et à l’esprit de la jungle »

« Ce genre d’influence-là, dans une société qui se respecte, a-t-il confié dernièrement dans une entrevue à la Presse canadienne, il me semble que ça devrait être boycotté. Simplement boycotté.

(…)

“Alors, sous forme de pétition ou de boycottage au besoin, précise-t-il, on pourrait faire pression sur les gens qui profitent de cette tribune de bêtise hurlante pour annoncer leurs produits. Il n’y a pas beaucoup de produits annoncés à la radio qui n’ont pas de substituts. »

« S’il y avait un certain nombre de gens, poursuit-il, simplement pour la dignité même de Québec et de sa région, qui commençaient à dire: si vous
continuez à annoncer dans cette emmanchure-là, on va en trouver d’autres et les pointer… C’est très démocratiquement légitime de boycotter quelque chose qui est malsain. »

Termite sociale

“Il y a eu le mccarthyisme aux Etats-Unis. A un moment donné, de dire le premier ministre, les Etats-Unis étaient littéralement balayés par une vague d’abêtissement collectif. Ça peut arriver régionalement ou localement, chez nous comme ailleurs.

“Et moi. je considère que c’est quelque chose de ce genre là que représente M. Arthur. Je ne lui enlève pas son talent. C’est ce que veut dire l’influence qu’il exerce et qu’il essaie systématiquement d’exercer, qui est une influence de termite sociale et politique. »

Le premier ministre ajoute “qu’en conscience” il croit que ce genre d’influence est “un poison vif pour une société. “Mois je dirais, a-t-il poursuivi, que c’est avilissant pour un public, en l’occurence celui de la région de Québec, de tolérer cet espèce d’appel constant à la bêtise et d’une certaine façon à l’esprit de la jungle.”

M. Lévesque a admis qu’il a lu plusieurs transcriptions des émissions de M. Arthur. A certains moments, il se demandait s’il ne devait pas intenter contre lui des poursuites en justice.

Mais, a-t-il dit, “ il y a un bon vieux proverbe qui dit que le roues de la justice sont lentes et incertaines. Ce qui veut dire que d’une certaine façon, plus il se fait poursuivre, je suppose, plus ça le monte en épingle pour son troupeau. Mais je trouve ça effrayant comme poison. »

Un « climat de vomissement complet »

Québec rock juin 1984
Le Soleil, 11 mai 1984
La Presse, 9 mai 1984

Maurais pense que la journaliste Mylène Moisan « mérite une balle »

Le confinement c’est dur sur le moral. Il y en a qui ont du mal à le supporter. Voilà que Dominic Maurais parle de fusiller une journaliste du Soleil, Mylène Moisan en l’occurrence. C’est dans l’extrait audio ci-bas.

Pourquoi? Parce que Mme Moisan s’est dite rassurée qu’en période de la Covid, le public se tourne en masse vers les médias comme le Soleil pour s’informer.

Compte tenu des rudes turbulences que subit le journal le Soleil depuis plusieurs mois, on peut la comprendre.

Mais c’est difficile pour un populiste comme Maurais, surtout qu’il est trop pressé d’inventer un prétexte pour piétiner une journaliste.

Et Maurais termine ses menaces en disant qu’écouter TVA c’est dur sur la santé mentale et que c’est un média carburant à l’émotion et au sensationnel… ça fait une belle mise en abyme.

Parlant de choses minables, Radio X qui maintient la ligne de Trump de la semaine passée avec des phrases comme « c’est juste une grippe » et « le remède est pire que la maladie », ça c’est minable pas mal pour vrai.

Les menaces envers des journalistes est une vieille tradition à Radio X. Il y a plus de 15 ans, Jeff Fillion dit qu’il souhaitait « entrer dans des salles de rédaction pour en abattre quelques-uns ». Ajoutons que Radio X intimide et insulte des journalistes sur une base hebdomadaire.

Ces propos sont inacceptables. Vous pouvez donc porter plainte au CCNR, au CPQ, et/ou écrire un courriel aux annonceurs.

Radio X: Une menace de mort pour Mylène Moisan

8 avril 2020, Maurais live, avec Dominic Maurais et Dany Gravel

MM- « Une des conséquence (de la Covid) c’est que l’audience des médias n’a jamais été aussi importante (…) et ça, c’est très très rassurant. »

DM- « Ça, c’est pas vrai là. Ça s’est pas dit ça (…) C’est pas vrai qu’une journaliste professionnelle se réjouit de la Covid (…) Aux États-Unis, aujourd’hui, c’est 12,000 morts. Bravo à la Covid parce qu’on a des cliques (…) C’est minable comme comportement. C’est minable (…) Mais jamais, jamais, jamais, dans le pire état d’ébriété que vous vous imaginez, j’aurais pensé ne serait-ce qu’une micro-seconde de dire bravo au Covid parce qu’on a de bons ratings à Radio X. J’aurais mérité de me faire tirer une balle de fusil dans les deux rotules »

* bruits de détonations *

DM- « (…) Au moins elle a le mérite de le dire (…) Jamais on va se réjouir de ça. Mais savez-vous quoi? La gauche est incapable de se retenir (…) »

rx-2020.04.08-Maurais-mylene-moisan-merite-une-balle.mp3

Fillion accuse le Journal de Québec d’être responsable de la mort d’Émile Loranger

Jeff Fillion

Le maire de l’Ancienne Lorette, Émile Loranger, est mort. Jeff Fillion accuse les médias et le politique d’en être responsable. Surtout le Journal de Québec. Il affirme qu’ils lui ont mis beaucoup « d’acharnement et de pression » parce qu’il se « tenait debout face à Régis Labeaume ».

À toute occasion, même lors des pires tragédies, l’amoral Jeff Fillion saisit l’occasion pour promouvoir son agenda politique.

Il n’y a aucun acharnement des médias envers Loranger. Encore moins de complot pour soutenir le maire de la ville voisine, Régis Labeaume. Juste le résultat d’un honnête travail d’information.

Émile Loranger est décédé hier à l’âge de 73 ans, suite à des complications cardiaques. Ses dernières années à la tête de la ville de l’Ancienne-Lorette ont été fort mouvementées. Pas à cause des médias, mais bien suite à ses propres décisions mal avisées.

CHOI: le Journal de Québec responsable de la mort de Loranger

2 avril 2020, Fillion, avec Jean-François Fillion et Dominic Dumas

Dôme Dumas annonce le décès d’Émile Loranger

JF: « Écoute, j’ai pas fait l’autopsie, mais c’est sûr que l’acharnement médiatique et l’acharnement politique alentour de monsieur Loranger … C’est sûr qu’une des raisons pourquoi les médias étaient contre Loranger c’est que c’est un gars qui se tenait debout contre Labeaume. Ça, ça l’a toujours déplu, entre autres au Journal de Québec. L’acharnement et la pression que le politique et les médias ont mis sur Émile Loranger au cours des dernières années…

DD: « Alors qu’il était déjà cardiaque… »

JF: « Alors qu’il était déjà cardiaque… je vais te dire de quoi: que ça ne l’a certainement pas aidé. J’ai trouvé qu’on a été fort, vraiment vraiment fort contre lui, ces derniers temps. On avait l’impression que c’était un dangereux (…) »

rx-2020.04.02-Fillion-12h-medias-ont-tues-loranger.mp3