Archives mensuelles : avril 2021

La politique, pour les pauvres ou pour tous?

Une vieille citation d’Éric Duhaime affirmant que seuls les riches devraient avoir le droit de vote est revenu le hanter lors de son passage de dimanche soir dernier à Tout le monde en parle. Cette idée a rendu tout le Québec mal à l’aise, et à juste titre. Aucune société démocratique ne peut être exposée à cet élitisme crasse sans s’en révolter.

journaldequebec.com

Quand liberté d’expression devient une oppression

Une lettre d’opinion de Stéphane Gendron qui revient sur sa période de « commentateux »

Plusieurs voudraient que cette liberté d’expression qu’on exerce derrière un micro, un clavier ou une caméra soit absolue. « Le citoyen pourra lui-même construire sa propre opinion », nous dit-on. Mais qu’est-ce qu’une opinion sans connaissances ni explications ? Que vaut l’opinion pure quand celle-ci réside dans la haine, le mépris et les raisonnements faciles ? Pourquoi se donner la peine d’exprimer une opinion derrière un micro si les prémisses du débat sont biaisées ? Combien de « détenteurs d’opinions » pourraient passer le test de connaissance du sujet qu’ils démolissent avec désinvolture ? Il n’existe malheureusement que peu de remparts contre cette médiocrité ambiante. Dieu merci, le réseau public existe au Canada et aux États-Unis.

ledevoir.com

Rejoignons Liberté d’oppression!

Le collectif Liberté d’oppression est lancé! Il dénonce la désinformation, les propos haineux, injurieux, diffamatoires et/ou discriminatoires dans certains médias québécois. Il vise à mettre fin à l’impunité dont dispose certains chroniqueurs qui véhiculent des propos haineux sans conséquences.

Pour lire et signer la déclaration, c’est ici

Lien Facebook et Instagram

​Méga Fitness Gym: le brusque réveil des invincibles

Ceux qui formaient autrefois une « équipe » avec Daniel Marino préfèrent la discrétion. L’avocat Guy Bertrand, l’ex-animatrice Josée Turmel et l’adepte des théories complotistes Stéphane Blais avaient assuré à Daniel Marino « qu’ils étaient derrière [lui] », avait dit ce dernier sur les ondes de Radio X le 16 juin. Désormais, ils évitent les entrevues. « Non, je n’ai aucun commentaire sur le sujet », a fait savoir Mme Turmel au Devoir. Mon « attention » et mon « énergie » sont ailleurs, a aussi déclaré Me Bertrand. « Je n’ai jamais rencontré cette personne et n’entends pas la rencontrer non plus », a-t-il écrit dans une réponse au Devoir. Stéphane Blais n’a quant à lui pas répondu à nos demandes d’entrevue.

ledevoir.com