André Arthur vivant

C’était il y a longtemps. Je venais de m’installer à Québec, avenue Myrand, au coin du chemin Sainte-Foy. J’occupais un logement d’étudiant situé en face de la station de radio où, derrière son micro, André Arthur éructait, jour après jour, ses imprécations les plus échevelées.

ledevoir.com