Attentat à la mosquée: une invitation à agir

Il y a deux ans une tragédie frappait la paisible communauté musulmane de la ville de Québec.

Les médias, particulièrement les radios-poubelles, sont pointées du doigt. Un discours islamophobe décomplexé revient au galop quelques heures après l’attentat. La haine reprend sa place.

Nous n’avons pas à tolérer la victoire des haineux. Reprenons l’initiative et passons à l’action.

Voici une lettre qu’on vous invite à transmettre aux élus indiqués plus bas:

Bonjour,

Il y a deux ans, l’attentat à la mosquée de Québec allait bouleverser nos vies à jamais. Cette attaque raciste traumatisante nous a fait prendre conscience de la précarité de certaines valeurs fondamentales inscrites dans nos Chartes des droits, notamment le droit à la vie, à la sûreté et l’intégrité des personnes, et la liberté de religion.

Ces droits que nous chérissons sont mis à mal par la montée du populisme et de l’extrême-droite, dont le tueur de la mosquée n’est qu’une de ses nombreuses incarnations.

Réagissant à l’attentat, la population s’est mobilisée massivement, démontrant un rejet sans équivoque de cette haine et cette intolérance.

La présente est pour vous inviter à faire suite à cette volonté exprimée par la population, au lendemain de l’attentat, et de faire barrage à la haine d’extrême-droite. Plusieurs élus ont aussi pris des engagements auxquels nous vous prions de donner suite.

Par exemple, le député Joël Lightbound est allé jusqu’à demander pardon pour avoir observé sans dénoncer « l’ostracisation et la stigmatisation » de la communauté musulmane tout en concluant par cette promesse : « plus jamais ».

Aussi, le maire Régis Labeaume est cité ainsi dans la Presse, le 1 février 2017: « Il y aura un moment donné où il faudra interpeller les dirigeants, les propriétaires, les familles propriétaires et surtout les actionnaires des entreprises qui créent et vendent des produits haineux. (…) Espérons peut-être qu’une des conséquences, ce sera de rejeter ceux et celles qui s’enrichissent avec la haine. » Il avait aussi ajouté qu’il y a des choses qui ne pourront plus être dites”.

Les actes du tueur ne sont pas sortis de nulle part. D’ailleurs, plusieurs intervenants n’ont pas tardé à désigner des responsables qui, sans avoir appuyé sur la gâchette, ont contribué à pourrir le climat social. La Coalition sortons les radios-poubelles en a fait le long inventaire: une soixantaine de personnes ont désigné publiquement, entre autres, les radios de Québec pour une forme de responsabilité dans l’attentat.

Nous déplorons

  • La faiblesse des institutions censées défendre nos droits (CRTC, CCNR, CPQ, médias).
  • Le silence, voire la complicité, des élus face aux manifestations les plus déplorables de racisme.
  • Le travail bâclé de certains médias francophones mettant le l’huile sur le feu pour des gains personnels et leur traitement inadmissible des questions relatives au racisme.

Il faut agir

  • Donner des dents au CPQ: l’adhésion à ce tribunal devrait être obligatoire, l’adhésion à la déontologie journalistique aussi. Le Conseil de presse du Québec devrait pouvoir appliquer des sanctions, financières ou autres, aux entreprises de presse blâmées.
  • Redynamiser le CRTC: corriger le processus visant à noyer les plaintes dans la bureaucratie et nommer au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes des gens capables de faire respecter la loi sur la radiodiffusion.
  • Dénoncer le racisme: les personnes élues ne devraient pas tarder à dénoncer le racisme lorsqu’il se manifeste dans des médias. Elles devraient aussi refuser d’encourager les médias qui font leur fonds de commerce de l’intolérance, et inviter tout le monde à le faire.
  • Retirer la pub: tous les gouvernements contribuent au financement des radios de Québec via des campagnes de publicité. Cet appui devrait être conditionnel au strict respect des principes déontologiques de base du journalisme.
  • Mettre sur pied une commission sur le racisme systémique.

La bonne façon de respecter les victimes est d’agir avec force pour éviter qu’une autre tuerie ne se reproduise.

Soyons solidaires avec les victimes et leurs familles. Faisons en sorte que leur sacrifice n’ait pas été vain. Des actes pas des mots. Agissons.

#DeuxAnsEtToujoursRien

Élus à contacter

Sébastien Proulx <Sebastien.Proulx.JETA@assnat.qc.ca>,

Catherine Dorion <Catherine.Dorion.TASC@assnat.qc.ca>,

Sol Zanetti <Sol.Zanetti.JELE@assnat.qc.ca>,

Justin Trudeau <justin.trudeau@parl.gc.ca>,

Régis Labeaume <info@ville.quebec.qc.ca>,

François Paradis <Francois.Paradis.LEVI@assnat.qc.ca>,

Joël Lightbound <Joel.Lightbound@parl.gc.ca>,

Jean-Yves Duclos <Jean-Yves.Duclos.C1B@parl.gc.ca>,

Valérie Plante <valerie.plante@ville.montreal.qc.ca>,

Omar Alghabra <Omar.Alghabra@parl.gc.ca>,

Gérard Deltell <Gerard.Deltell@parl.gc.ca>,

Jean-François Gosselin <jean-francois.gosselin@ville.quebec.qc.ca>,

Jean Rousseau <jean.rousseau@ville.quebec.qc.ca>,

Iqra Khalid <Iqra.Khalid@parl.gc.ca>,

Ralph Goodale <ralph.goodale@parl.gc.ca>,