Archives de l’auteur : sortonslespoubelles

Voici le bilan annuel des #TrèsLonguesVacances et pourquoi les Numéris c’est de la merde

Pour une deuxième année consécutive, la Coalition lance son grand bilan des vacances des animateurs de la radio-poubelle!

Selon nos observations, les animateurs travaillent très peu! Ironique compte tenu qu’ils répètent sans cesse que les Québécois ne travaillent pas assez et qu’ils sont paresseux.

L’exercice est intéressant, car il démontre la désuétude des sondages Numéris. Numéris calcule l’auditoire des radios en se basant sur des cahiers d’écoute. Sauf que les moments sondés (110 jours d’une année, soit 30%) sont surestimés. Démonstration.

Jours de vacances 2018-2019

Comme on l’a constaté l’an dernier, tout le monde travaille pendant les deux périodes de sondage Numéris.

Numéris est d’une importance capitale pour la radio. Cette mesure d’audience influence le prix de la pub, les salaires des animateurs et ainsi de suite.

S’il est primordial d’être présent en période de sondage, ça devient presque inutile hors-sondage. Les Numéris influencent donc aussi les vacances.

En période Numéris, la radio bénéficie d’une radio pimpée, bénéficiant de nombreux atouts qu’elle n’a pas le reste de l’année.

Ainsi, Numéris surestime le temps analysé et ignore le reste. Les chiffres d’audience des radios sont donc gonflés.

Maintenant regardons les vacances plus en détails.

Temps travaillé vs #TrèsLonguesVacances

Les animateurs ont en moyenne 90 jours de vacances. C’est plus de 3 fois la moyenne québécoise qui est de 4 semaines.

C’est bien plus que les enseignants qui n’ont que 2 mois de vacances (dont une bonne part est payée à même le salaire annuel des enseignants) alors que les animateurs ne cessent de les dénigrer… à cause de ces vacances.

Jetons un œil sur le temps en vacances. On remarque que, tous populistes confondus, entre 20 et 27% de l’année est passé en congé!

Autrement dit, en dehors des sondages Numéris, un animateur travaille entre 43 et 50% du temps, soit juste un peu plus d’un jour sur deux! #wow.

Remise du prix du Paresseux de l’année

Le grand gagnant du prix du Paresseux de l’année (prix remis à l’animateur ayant le moins travaillé) est donc remis à…

Sylvain Bouchard du FM93 Cogeco est le grand gagnant avec 99 jours de vacances! Bravo!

Ces jours de vacances sont une gracieuseté de Numéris. Si les agences de pub l’abandonnaient pour une mesure en continu de l’audience, on pourrait s’attendre à des résultats plus fiables et réalistes.

On pourrait donc, c’est plausible, s’attendre à une baisse des chiffres d’audience, les fameuses cotes d’écoute, une baisse du prix des publicités, du salaire et des vacances!

Nos chiffres sont récoltés au meilleur de nos connaissances, ils sont donc à prendre avec modération. Si vous voulez du travail de pro, soutenez le journalisme.

Ce qui les dérange c’est qu’il y a encore des opposants qui respirent

Revenons deux minutes sur la sortie de Gilles Lehouillier cette semaine sur le 3e lien.

Gilles Lehouillier est maire de Lévis. C’était jadis un homme calme et d’allure respectable en public. En privé, c’était un tyran qui lance des objets en criant dans son bureau mais ça, c’est une autre histoire.

En effet, en mai 2013, à Radio-Canada, Lehouillier termine l’entrevue en louangeant l’émission de Claude Bernatchez: « Pour moi, c’est l’émission la plus reposante le matin (…) on sent pas que c’est polluant ».

Aussitôt, les animateurs de radio-poubelle virent écarlates. Cette déclaration prouverait que Lehouillier « méprise les gens de Lévis »!

Nos brutes hypersensibles, intolérants à la critique, le prennent personnel.

« Prenez-le en note, Lehouillier vous regarde de haut. Si vous écoutez CHOI Radio X ce matin et que vous êtes à Lévis, vous avez le droit de vote! », dénonce Jérôme Landry, tout à coup en campagne pour faire échec à la réélection de Lehouillier . Une offensive qui s’étendra sur plusieurs jours.

Tout ça pour une courte déclaration d’amour à Radio-Canada saupoudrée d’une inoffensive critique de la radio privée locale.

Mais depuis 2013, les choses ont bien changé. Monsieur le maire s’est métamorphosé en marionnette de la radio-poubelle.

Disant ce que la radio-poubelle dit, faisant ce que la radio-poubelle dit de faire et parlant de la même façon que la radio-poubelle parle.

Le maire Lehouillier est devenu le singe en chef de Radio X.

C’est ainsi qu’il faut voir la sortie de cette semaine contre la « petite élite de Québec et de Montréal » qui veut nuire à son précieux 3e lien.

Tout le monde a déjà compris que le projet est hors de prix, farfelu, inutile, polluant et nuisible, mais il y a encore des gens qui s’y accrochent.

La plupart du temps il n’y a pas d’opposition à Québec pour ce genre de projet. À cause du régime de peur dénoncé par Dominique Payette. Si bien que la radio-poubelle se retrouve contrainte de toujours chialer, depuis plus de 20 ans, contre l’opinion des « gens de Montréal ».

Là, on a 3 personnes de Québec se retrouvant à penser différemment de la radio-poubelle: Alexandre Turgeon, du Conseil régional de l’environnement, Étienne Grandmont, d’Accès transports viables et Christian Simard, de Nature Québec.

La plupart d’entre vous lisent sans doute ces noms pour la première fois: « Alexandre qui? »

Pourtant ce sont bien là les membres de cette « élite maléfique » fantasmée par Lehouillier, tirant les ficelles d’un sombre et puissant complot destiné à saboter la construction du 3e lien.

Alors qu’en réalité, ces trois personnes ne font que faire leur travail pour représenter une opinion pro-environnementale largement répandue dans la population mais ayant peu de portée dans l’espace public.

Plusieurs événements anti-3e lien des derniers mois ont récolté des records d’affluence. L’an dernier, 2000 personnes ont marché dans une manifestation contre le 3e lien.

La radio-poubelle attise tellement la haine contre cette « élite », ces 3 boucs-émissaires, que c’est à se demander si le pire ne pourrait pas arriver. Il arrive par exemple de plus en plus souvent que la radio-poubelle se plaint des « gens se trouvant au Centre Frédéric Back ». Est-ce que des auditeurs un peu zélés ne pourraient pas y causer du trouble?

Cessons d’être naïfs. C’est arrivé à plein de monde. Karine Gagnon, Pierre Jobin, Sophie Chiasson, Julie Lemieux, etc. C’est arrivé au Centre multiethnique le mois dernier.

Et pourquoi toute cette haine? Simplement parce que des gens pensent différemment d’eux. Des gens ayant eu l’audace de disposer d’une autonomie de pensée.

Cette soi-disant « petite élite », qu’on entend nulle part, qu’on ne voit nulle part et dont personne ne connait les noms, même si elle n’a aucune influence, aucune présence, aucun média, aucune caméra, aucun micro et qu’on entend une fois par mois sur je ne sais quelle antenne ou sur un stupide mur Facebook, bien, dispose déjà de trop de visibilité pour des populistes s’étant pourtant autoproclamés « défenseurs de la liberté d’expression ».

L’hégémonie de la radio-poubelle est totale. Tous les animateurs, gagnant un salaire dans les 6 chiffres, appuient le 3e lien et plusieurs radios ont déjà fait campagne pour l’obtenir, forçant le gouvernement à investir des millions dans de futiles études. Des politiciens rampent à leur pied pour obtenir la faveur de 15 minutes à l’antenne. Ils rejoignent des centaines de milliers d’auditeurs chaque jour.

Face a eux, 3 boy-scouts en culottes courtes.

Le rapport de force est complètement disproportionné.

Et c’est déjà trop.

Tout le monde doit penser la même chose ou souffrir intimidation, harcèlement, moqueries.

Hors de la pensée unique déterminée par la radio-poubelle, point de salut.

Le problème n’est donc pas qu’il y ait une petite clique de Québec ou de Montréal opposée au projet. Le vrai problème c’est qu’ils osent s’exprimer.

Bon courage, les boy-scouts.

Urbania engage Duhaime

Texte sauvagement repiqué du mur Facebook de Mathieu Charlebois sans son autorisation.

« Faut vraiment qu’on se parle, pas juste entre ceux qui pensent pareil. Ça presse ! »

Ha, fuck off, URBANIA.

Je pourrais te parler longtemps des idées de marde d’Éric Duhaime. Je pourrais, par exemple, sortir la fois où il a dit ceci :

« Geste haineux, islamophobie. On se calme le pompon ! […] C’est écrit où dans le Code criminel que j’ai pas le droit de donner une tête de cochon ? C’est peut-être une joke niaiseuse […] C’est un peu ridicule […] En quoi c’est de la haine ? »
— Éric Duhaime, 20 juin 2016, Duhaime le midi, FM93, après la découverte d’une tête de porc ensanglantée laissée devant la mosquée de Sainte-Foy, où s’est déroulée la tuerie de 2017.

Ou bien la fois où il a comparé la CSN à l’État Islamique. (Prise d’écran en commentaire.)

C’est quoi la position mitoyenne qu’on est supposé trouver ensemble ici ? Que la CSN, c’est plus comme les talibans que comme l’État Islamique ? Que tant que c’est pas le cochon au complet, c’est vrai que c’est peut-être pas un geste haineux ?

Fuck off, Urbania. Tu sais déjà c’est qui, Éric Duhaime. J’ai pas besoin de le cite. Pas besoin de te rappeler qu’il pense que les victimes de viol, c’est souvent un peu de leur faute. Après tout, Éric fait une blague là-dessus dans son propre texte, et quand on rit, y a plus rien d’important. 2019. Yo.

Et je n’ai pas besoin non plus qu’on m’explique à moi que tu fais ça pour les clics, et tant pis pour la santé du discours public.

Alors mettons que j’allais au-delà de ses positions idéologiques et que je te parlais de son manque total de rigueur? Parce que ça se mesure, un manque de rigueur. C’est factuellement vérifiable.

« Donnons-lui sa chance », dis-tu. Ben ça tombe bien, parce que ça fait des années qu’on lui donne, sa chance. Et maintes et maintes fois, il nous a montré qu’il ne méritait pas une tribune.

Les deux signes les plus sûrs que Noël approche sont les décorations qui arrivent au Dollorama, et la petite mousse sur le bord de la bouche d’Éric, alors qu’il passe des heures à la radio à parler du scandale de la « bûche des fêtes », preuve ultime que la civilisation occidentale est sous attaque.

En 2017, la pédale dans le plancher du complexe de persécution, il s’est indigné que les paniers de Noël ait prétendument été rebaptisés « Panier de l’espoir ». SCANDALE.

Sauf que les Paniers de l’espoir existent avec ce nom depuis 1982, et c’est le nom d’un organisme de Sherbrooke. Avisé de ce fait, Éric Duhaime s’est empressé de ne rien faire pantoute et la publication est encore là, toujours disponible pour qui veut se fâcher noir contre des trucs aussi imaginaires que le Père Noël.

Vous voulez un exemple moins léger ? En voilà un crissement moins léger.

9 septembre 2015, alors que le monde entier est ému par la photo du petit Aylan, cet enfant migrant mort noyé retrouvé sur le sable d’une plage, Éric Duhaime partage une fausse-nouvelle tirée d’un site douteux prétendant que tout ça n’est qu’une mise en scène. Quand on lui signale dans les commentaires que ce qu’il vient de partager est faux, il…

Il ne fait rien. C’est même encore sur sa page. Juste là.

Des exemples comme ça, il y en a un truck de déménagement plein. Duhaime a passé son année 2015 à taper sur les réfugiés à grands coups d’informations erronées, parce qu’avoir raison > la décence humaine. Pis c’est encore tout en ligne.

Je pourrais te sortir d’autres exemples, mais c’est ta job à toi, de t’assurer que tu ne publie pas des menteurs et des fabulateurs.

Ok, ok. Juste pour le kick, et parce que ça me fait encore rire 6 ans plus tard, je te mets quand même en commentaire la fois où Duhaime nous disait de bien surveiller le procès de la fille d’Amir Khadir, parce qu’on allait y apprendre « des choses » sur son père. (Savez, son père, le gars avec un agenda Islamique caché tellement bien caché qu’on ne l’a finalement jamais vu ?)

Éric Duhaime, c’est le François Bugingo de l’opinion.
Duhaime, c’est la personne à qui Lise Ravary se compare pour se sentir moins mal quand elle se fait blâmer par le Conseil de presse.

C’est quoi ton excuse pour publier quelqu’un avec aussi peu de rigueur ?

Parce que, rendu là, la prochaine fois, donne-toi pas la peine d’envoyer ce pauvre Hugo Meunier pour vrai au rassemblement de Maxime Bernier. Qu’il reste au bureau, qu’il fasse comme Éric et qu’il sorte les faits de son derrière, en se promenant sur des sites fiables comme SANTE-NUTRITION.ORG. Après tout, « Vaut mieux de la fausse information que pas d’information pantoute », comme a déjà dit un grand sage.

C’est quoi le middle ground que je suis supposé trouver avec quelqu’un qui répand de la fake news comme on répand du fumier dans un champ d’indignation? Apprendre à faire mon bout de chemin et croire à moitié ses mensonges?

Mais tsé, pourquoi je te dis tout ça, Urbania ? Tu le sais déjà. À un point de la chronique de Duhaime, tu as même ajouté « (NDLR : OÙ ÇA ÉRIC? TA SOURCE CRIFFE?) »

Lol ! C’est drôle parce que tu le sais que tu publies de la marde, mais que puisque tu fais une blagounette, c’est comme si ce n’était plus important. Lolilol ! On est en 2019, y a pu rien qui compte, pis « This is fine » dans une maison en feu.

Fuck off, Urbania.

« On se caricature mutuellement, et au final, on ne prend pas le temps d’essayer de se comprendre. C’est cliché, mais c’est vrai. » So true, Urbania. So true. J’en verse presque une larme.

Si les bulles idéologiques sont aussi étanches, c’est aussi parce que des gens (dans ce cas-ci : toué) peuplent les bulles avec des gens comme Éric Duhaime. Il fait quoi, Duhaime pour inciter ses auditeurs à s’intéresser aux enverdeurs communistes anti-libertés du camp d’en face ?

Duhaime, c’est une décennie de commentaires désobligeants pour dénigrer ceux qui ne pensent pas comme lui. Fuck off, Urbania, avec ton histoire de « diversité des voix ».

Urbania, c’est supposé être la place d’où émergent de nouvelles voix, justement. En lieu et place, tu nous propose aujourd’hui une voix stridente qu’on entend déjà depuis un crisse de boutte.

Une voix qui n’est en rien le pendant « pas du Plateau » des autres plumes que tu publies. C’est même une insulte pour tous ces gens de talent qui ont déjà écrit et qui écrivent encore dans tes pages que de dire qu’eux pis Éric Duhaime, c’est pareil.

La droite mérite mieux qu’Éric Duhaime. Elle mérite des voix fraîches, qui n’inventent pas des faits, qui pensent et qui réfléchissent, qui ont envie de trouver le terrain commun que vous prétendez vouloir explorer.

Tu avais la chance de trouver la nouvelle voix de la droite au Québec. tu as plutôt décidé de lancer la serviette.

Toi, tu ramasses les clics, pis Éric peut ajouter Urbania dans son CV, à côté de The Rebel (tsé, le site qui prétend que l’attentat de la mosquée de Québec est un false flag et qu’on nous cache la vérité ?).

Prout.

Tant pis pour toi. Tant pis pour nous.

Félicitations pour tes beaux clics.

Bye.
Mathieu


TL;PL (Trop long; pas lu) : URBANIA embauche Éric Duhaime. Je leur demande comment ils dealent avec le fait que Duhaime répand de la fausse information.


Tueur de la mosquée: Un racisme tombé du ciel

Le Journal de Québec consacre aujourd’hui un long dossier sur le tueur de la mosquée de Sainte-Foy. Le journaliste contourne toutefois soigneusement les éléphants dans la pièce.

Deux questions restent en suspens:

– Puisque les psychologues conviennent que le tueur était raciste, la question suivante est: d’où vient ce racisme? Qui est à l’origine des idées racistes du tueur?

Bizarrement, tout ce qu’on sait, ce sont les médias qu’il consommait sur internet. Rien sur les médias bien de chez nous.

Sa famille n’avait-elle pas la télé et la radio? Peut-être écoutaient-ils TVA ou Radio X?

C’est comme si les journalistes s’étaient arrangés, intentionnellement ou non, pour épargner un des leurs.
Le racisme du tueur semble donc venir de nulle part, il est comme « tombé du ciel ».

Le tueur s’intéressait à Ben Shapiro, Paul Joseph Watson et Alex Jones sur Twitter. Qu’est-ce qui les distingue de Jeff Fillion? Ne sont-ils pas d’ailleurs eux-mêmes des inspirations de Fillion?

Sources Twitter du tueur de la mosquée

– Les parents du tueur sont toujours présentés comme des victimes. Un seul média est sorti du lot, le Montreal Gazette. Comme quoi la diversité médiatique est quelque chose d’important, de vital même.

Dans un article d’avril 2018, le quotidien anglophone mentionne que le père du tueur non seulement s’entrainait au tir avec lui, mais partageait des « idées » sur l’islam avec lui par courriel.

Montrealgazette.com

Et ça, c’est juste parce qu’on a retrouvé les courriels sur un ordinateur. Allez savoir ce qu’ils se disaient de vive voix.

Ce n’est pas une idée nouvelle, un enfant partage souvent les idées de ses parents.

Est-ce que ça serait vraiment trop demandé qu’il y ait un journaliste qui aille poser des questions pas trop complaisantes aux parents de Bissonnette, sur l’islam et leur consommation médiatique?

À ce moment-là, vous pourrez rédiger un dossier sur l’attentat qu’il vaudra la peine de lire.

Leblond sort des statistiques bidon sur la criminalité des immigrants aux USA

Alex Leblond

La semaine dernière, le maire Labeaume accuse Trump d’attiser le «racisme» avec son mur.

Maurais et Leblond bondissent alors aussitôt pour se lancer à la défense du président Donald Trump comme de bons chiens chiens. Ça c’est passé vendredi.

À l’invitation de Maurais, Leblond fait donc une grande déclamation de chiffres sur l’immigration, le but étant de démontrer que Trump a raison de vouloir construire son mur pour se prémunir contre les méchants immigrants criminels et terroristes.

Le problème c’est que les chiffres de Leblond sont bidons ou grossièrement gonflés.

Leblond commence par dire qu’il y a « 22,1 million d’illégaux » aux État-Unis.

En fait, si on jette un œil attentif sur la propre source de Leblond, Politifact, on arrive à d’autres constats:

Most estimates contradict Trump’s assertion that « there are at least » 25.7 million immigrants living in the country illegally. Widely accepted estimates say it’s closer to 11 million.

politifact.com

La plupart des estimations contredisent l’affirmation de Trump selon laquelle « au moins » 25,7 millions d’immigrants vivent illégalement dans le pays. D’après des estimations largement acceptées, c’est plus près de 11 millions.

traduction

Soit deux fois moins.

Leblond ne sait pas lire, ou il prend juste les chiffres qu’il veut. Il est soit incompétent, soit malhonnête.

Par la suite, Leblond lance une série de chiffres sur la nature des crimes commis par les « illégaux ».

On ne sait pas trop où est-ce que Leblond a pris ça (il évoque ICE.gov, le site de l’Immigration and Customs Enforcement), mais ce qu’on a trouvé va aussi dans le sens inverse.

Des études démontrent en fait que le taux de criminalité des immigrants est inférieur à celui à celui de ceux qui sont nés aux États-Unis.

According to the libertarian think tank’s analysis (Cato institute), the rate per 100,000 residents in each subpopulation was 899 for undocumented immigrants, 611 for legal immigrants and 1,797 for native-born Americans.

cnn.com

Selon l’analyse du groupe de réflexion libertarien (Cato institute), le taux pour 100 000 habitants dans chaque sous-population était de 899 pour les immigrants sans papiers, 611 pour les immigrants reçus et de 1 797 pour les Américains nés aux États-Unis.

traduction
Image
Merci Antagoniste

Il est aussi intéressant de voir que, depuis l’arrivée de Trump à la présidence, les agents d’immigration ont vu leurs pouvoirs être augmentés et harcèlent désormais plus d’immigrants sans aucun dossier criminel.

usatoday.com

En résumé, les immigrants sans papiers sont moins susceptibles de commettre un crime que la population née aux États-Unis. Plus il y en a et moins il y a de crimes violents. Et beaucoup plus d’immigrants innocents sont arrêtés qu’à l’époque d’Obama.

C’est certain que la façon de Leblond de lancer des chiffres à la volée comme ça, c’est impressionnant. Mais son but n’est pas d’informer mais bien de terroriser l’auditoire. Et de défendre son gourou chéri, Trump.

Vous pouvez donc porter plainte au CCNR, au CPQ pour fakenews, et/ou écrire un courriel aux annonceurs.

Radio X: Leblond et ses chiffres bidon sur l’immigration aux USA

30 août 2019, Maurais live, avec Dominic Maurais et Alexandre Leblond

7h25: AL: « On est à 22,1 million d’illégaux dans le pays, c’est une étude de Yale, deux professeurs de Yale qui ont fait ça, c’est plus que la population que 71% des pays du monde. Ça coute 116 milliards de dollars par année ensuite, ça c’est des chiffres qui ont été vérifiés par Politifact.

Euh… les immigrants illégaux en 2015, représentaient 75% des offenses pour possession de drogue, 30% des offenses pour kidnappings et prises d’otage, 21% des offenses pour exportation d’armes… »

DM: « Quel raciste »

AL: « … et intentions d’aider un groupe terroriste et 18% des offenses pour trafic de drogue. Dans les deux dernières années, 2017 et 2018, 266 000 criminels arrêtés à la frontière, dont 55 000 pour offense de drogue; 29 997 pour offense pour agression physique, 4975 pour offense de crime sexuel et 1641 pour offense de meurtre. Et tu vois en 2011, là, il y a eu 396 906 illégaux, dont 55% qui avaient des dossiers criminels c’est 119 meurtriers, 5849 violeurs et des chiffres comme ça, j’en ai jusqu’en 2018, tout ça a été vérifié par Politifact qui, by the way, est de gauche, soit par ICE.gov (…)

maurais-live_2019-08-30-7h25-chiffres-sur-immigration.mp3