Blocage des trains: Duhaime chauffe les racistes dans une ligne ouverte

Comme à chaque période de tumultes sociaux, la radio-poubelle se lance avec enthousiasme au service des riches et puissants en luttant pour maintenir le statu quo. L’actuelle campagne de blocages de voies ferrées par des autochtones et leurs sympathisants n’échappe pas à cette règle.

Ici, on a Éric Duhaime qui chauffe ses auditeurs et qui les incite à téléphoner pour dire tout ce qu’ils ont sur le cœur, c’est-à-dire tous les propos racistes qu’il n’ose pas dire lui-même. Un schéma connu.

Sur 10 appels, plusieurs proposent de bloquer la réserve de Wet’suwet’en. D’autres suggérent d’envoyer la police, voire l’armée. Il y a même une auditrice qui réclame l’aide de… la mafia!

Vous remarquerez que pour quelqu’un qui se dit libertarien, l’appel à l’État ne le dérange pas du tout, dans de telles circonstances; pour un gars qui s’autoproclame pro-liberté, Éric Duhaime aime beaucoup, beaucoup la répression, la police et l’armée. Et pas trop les négociations.

Mais pour ceux qui sont intéressés à connaitre les motifs desdits blocages, le Journal de Montréal a fait un joli résumé.

Ces propos sont inacceptables. Nous vous invitons à écrire un courriel aux annonceurs.

FM93: Duhaime fait une ligne ouverte raciste

14 février 2020, Duhaime le midi, avec Éric Duhaime

Appel #1: Il propose de bloquer la réserve autochtone, empêchant toutes les entrées et sorties.

Appel #2: « Quand on donne de l’argent aux autochtones, c’est les gros qui se graissent et les pauvres crèvent de faim (…) c’est un gouffre sans fin. »

Appel #3: « À Kaniwaki, combien de gens parlent français dans cette réserve-là? (…) On vous donne une semaine, sinon on vous coupe le courant. »

« C’est des espèces de terroristes, là! » -Duhaime

Appel #4: « On devrait employer la ligne dure. C’est une minorité (…) Ils devraient arrêter tout ce monde là. That’s it. »

Appel #5: « On coupe les vivres, tout l’argent qu’on leur donne »

L’auditeur veut que les « Indiens, eux autres même, se nettoient, là. Parce qu’on a affaire à une gang de racistes. Ils rient de nous autres, là (…) On abolit les réserves »

Appel #6: « C’est le gouvernement qui n’a pas de couilles (…)

Duhaime: « On négocie pas avec du monde qui agissent illégalement! »

Appel #7: « Pourquoi le gouvernement ne fait rien? (…) Des gros bras. Tsé, y a bien des gens qui prennent des gens de la mafia. Bien, ôtez-les de d’là!« 

Appel #8: [Un auditeur affirmant être autochtone à 25%]: « On va vous bloquer à votre sortie de réserve, vous n’avez plus le droit de venir chez nous (…) Quand on est arrivé icitte, les blancs, oui on a dérangé les Indiens, mais on leur a montré à vivre. Parce qu’ils vivaient dans des tentes, ils se saoulaient la gueule, puis ils savaient pas quoi faire de leur dix doigts. » [NDLR: Il n’y avait pas d’alcool avant l’arrivée des colons]

Appel #9: « Trudeau, il veut un siège à l’ONU, il veut un état transnational! »

Appel #10: L’auditeur nuancé (ouf!) « La loi sur les Indiens, les droits traditionnels (…) Les femmes autochtones qui se font tuer, les stérilisations forcées, au Manitoba, les autochtones qui se font adopter par des familles de blancs, de force (…) C’est sûr que ces gens-là deviennent écœurés »

Ça se termine par un « débat » sur la démocratie (conseils de bande imposés par la Loi sur les Indiens vs les leaders traditionnels)

duhaime14fev2020-ligne-ouverte-trains.mp3