Archives pour la catégorie analyse

Le modèle de société fasciste de Jeff Fillion

Jeff Fillion

L’histoire de départ concerne une bagarre qui s’est mal terminée à l’école secondaire Charles-Gravel, lundi le 7 octobre. Un jeune de 14 ans s’est fait attaquer par un autre jeune. Résultat: une entorse cervicale et une possible commotion cérébrale.

C’est la même école où Jeff Fillion a étudié et où son père a enseigné il y a plusieurs années. Rappelons que Fillion y était aussi battu par son père et les profs.

Sans exprimer beaucoup de sympathie pour la victime, Fillion ne trouve rien de mieux que d’utiliser l’épisode pour… se valoriser lui-même: « J’ai étudié à cette école, elle a fait de moi presqu’un Superman, un homme tough« , dit-il en résumé.

LOL. Être victime d’intimidation n’a jamais rendu personne tough mais plutôt anxieuse et dépressive.

C’est suivi d’un long sermon sur son expérience à la polyvalente Charles-Gravel de Chicoutimi-Nord. Expérience qu’il a appréciée, ajoutant que ça aurait été « marquant » et l’aurait « défini comme personne », rien de moins.

Il y raconte un monde dans lequel des bandes de gars, des petits truands violents, dominent l’école en protégeant les faibles, filles et « geeks », dans l’espoir qu’ils leur soient utiles un jour. Des petits flics sans uniformes assurant une sorte de cohésion dans cette société droguée et ultraviolente. Une école où les employés et la direction ignorent ce qui se passe, car ils sont trop préoccupés par des peccadilles comme « le climat ».

Une société hiérarchisée, macho, divisée en castes et dont tous les problèmes se règlent par des coups de poing.

On s’entend que ce monde n’a jamais existé pour vrai, mais c’est quand même le fantasme interprété par la petite tête de Fillion. Il est tentant d’y voir une allégorie de son modèle de société.

Une société ressemblant à l’Allemagne sous le régime nazi.

Un régime dans lequel deux gouvernements agissaient en parallèle: le gouvernement traditionnel (la direction de l’école) et le gouvernement du parti fasciste (les « leaders »), composé de brutes et de criminels.

Au sujet de l’intimidation à l’école, dont Fillion se fait à la fois promoteur et exemple, l’IRIS a publié un billet sur le sujet, indiquant qu’il s’agit d’une question de pouvoir:

les gestes d’intimidation seraient en partie motivés par le désir d’un statut supérieur et d’une position de pouvoir à l’intérieur du groupe de pairs. L’intimidation serait donc un phénomène de groupe à l’intérieur duquel l’attitude des spectateurs et spectatrices aurait un effet considérable sur l’agent intimidateur et sa victime. En effet, en assistant et en encourageant l’initiateur ou l’initiatrice de gestes d’intimidation, les spectateurs et spectatrices permettent l’accès à la position de pouvoir recherchée, alors qu’en défendant la victime, ils rendent la stratégie de l’intimidation inefficace pour atteindre un statut supérieur au sein du groupe.

iris-recherche.qc.ca

Par ses paroles, Fillion glorifie les intimidateurs et se fait le champion d’une répartition inégale du pouvoir à l’école.

CHOI: le modèle fasciste

9 octobre 2019, Fillion, avec Jean-François Fillion, Dominic Dumas et Laurence Gagnon

JF: « C’est une des polyvalentes les plus dures au Québec. C’était une des toughs. Puis moi, ça m’a formé. Il y a des gens qui disent :  »me semble, Jeff, t’es tough. T’es capable d’en prendre. T’es capable d’endurer. » Pas tant que ça. J’suis pas Superman. Dans ce temps-là, tu prenais ton trou et t’étais low profile ou t’étais dans les leaders alphas qui menaient la place pas mal. »

G: « T’es allé à la guerre. »

JF: « Oui oui (…) »

JF: « Tsé, les meilleurs en mathématique savaient calculer combien de mescalines ils vendaient dans une journée. Dans mon casier où j’étais, j’étais entouré de vendeurs de drogue. Des amis (…) »

JF: « Je veux saluer mon chum André Castonguay (…) S’il y avait pas eu André, probablement que je serais mort. Le gros me surveillait parce qu’il savait que je partais des bagarres partout et c’est lui qui venait ramasser les pots cassés (…) « 

LG: « Toi, tu étais le fatiguant à la grand gueule qui partait la bagarre mais qui se battait pas. »

JF: « Non, non, je me battais (…) »

(LOL)

JF: « Y avait de l’intimidation. Ça fait partie de l’adolescence. »

JF: « Jamais les leaders de la place n’auraient toléré que quelqu’un se fasse intimider jusqu’à ce que ça finisse avec des claques s’a gueule comme ça a fini hier. Dans cette jungle-là, il y avait des lois non écrites quelque part. La plupart du temps, c’est des gangs qui s’affrontaient. Des toughs contre des toughs. Mais jamais quelqu’un, un geek, un gars gêné, un plus gros (…)

Les leaders des écoles (…) les brasseux. Les plus forts de la gang. La société est faite de même. Je sais que la gogauche aimerait que tout le monde soit pareil. Dans la vraie vie, ça n’existe pas. Il y a une hiérarchie. Il y a des castes. Et c’est comme ça. Tu as le leader, t’a pas loin du leader, ça descend c’est comme ça. C’est un nid de fourmis, la vie (…) Mais moi, dans mon temps, ces leaders-là jouaient à la police et ils ne toléraient pas que personne en bas de la pyramide se fasse écœurer de même. Jamais, jamais. Moi j’ai jamais vu ça. »

Et les leaders (…) vous êtes un peu la police de la place. Et les salauds qui font ça, vous devez vous en rejeter, vous devez vous en occuper vous autres personnellement (…) Les vrais de vrais leaders c’est là aussi pour protéger les faibles. »

DD: « Adam nous dit: quand j’étais en secondaire 3, j’ai claqué un gars qui avait sacré un coup de poing s’a gueule à une fille (…) »

JF: « Yeah, good job! (…) Parfait, voilà (…) Bravo Adam. C’est exactement ce qu’il faut faire. C’est ça, protégez les filles. Protégez les geeks. Protégez les faibles (…) Les faibles, ils vont finir en haut de nous autres. Ils vont finir mieux placés et ils vont gagner 250,000 par année. C’est cette période-là qu’ils ont besoin d’être protégés. C’est peut-être un futur médecin, il va te sauver la vie de ton cancer 30 ans plus tard. »

JF: « Les directions scolaire sont aux fraises. Ils s’occupent du climat. Toutes des maudites niaiseries (…) »

JF: « Surtout les gars: Protégez les filles, protégez les plus faibles. »

JF: « J’ai tellement de moments que tout est clair dans ma tête dans ces années-là (…) Ces moments-là m’ont marqué et ça m’a défini comme personne (…) »

JF: « C’est un bon bout de radio. Un très bon bout de radio. Ouais, mes détracteurs ne le garderont jamais. »

DD: « Oui, ils vont pogner des affaires là-dedans »

radio-x-2019.10.09-61-Nos%20%C3%A9coles%20forment%20des%20leaders%20ou%20des%20losers.mp3

Un geste futile pour l’environnement

En marge de la manif pour le climat de 25,000 personnes aujourd’hui à Québec, la radio-poubelle organisait sa propre réplique: une scéance de collecte d’ordures dans Lebourgneuf.

C’était organisé par le FM93 Cogeco.

Jeff Gosselin, chef de l’opposition officielle à Québec et Patrick Paquet, conseiller municipal dans Neufchatel ont promis de participer.

Gosselin a déja affirmé qu’il était climatosceptique.

Les animateurs Myriam Ségal et Sylvain Bouchard, d’autres négationnistes du climat, ont aussi dit qu’ils allaient venir.

L’événement Facebook affichait 19 participants, le FM93 prétend qu’il y avait 50 personnes… Une dizaine de personnes apparaissent sur les photos.

C’est tout à fait correct de faire une collecte d’ordure. Mais lorsqu’on appelle son événement « Un geste UTILE pour l’environnement » en martelant son dégout et son mépris pour les protestataires écolos pendant des jours, il ne faut pas se méprendre.

Le but est d’insulter les écolos et de normaliser les climatosceptiques.

En prétendant nettoyer un coin de la ville, ils contribuent à pourrir le climat social.

MAJ: Le chef de l’opposition à la ville, le climatosceptique Jeff Gosselin, était bel et bien sur place

Mobilisation de droite: c’est un MÉGA FAIL!

La radio-poubelle est en pleine période de crise du bacon dans l’anticipation de la manif pour le climat de vendredi.

Le FM93 Cogeco a donc lancé une grande contre-manifestation « un geste CONCRET au lieu de faire la grève », histoire de bien dénigrer les jeunes qui marcheront dans un effort pour survivre à une nouvelle extinction de masse.

Le but du FM93, aller dans un trou et y ramasser les poubelles!

Malgré que Sylvain Bouchard en a parlé ce matin, notez la très forte participation prévue de 11 participants! Bravo!

N’est pas Greta Thunberg qui veut.

Éric Duhaime: Le meilleur du pire

Éric Duhaime est tout un personnage. Co-fondateur de Québec FIER, une patente financée par l’industrie pétrolière pour influencer les élections, ex-lobbyiste de l’industrie du tabac, propriétaire immobilier, locateur Airbnb voyou, millionnaire, auteur de mauvais livres, négationniste de l’homophobie, collaborateur de l’IEDM, ex-apparatchik du Bloc Québécois, du parti réformiste, de l’ADQ, co-fondateur du Réseau Liberté Québec, ex-employé du secrétariat d’État américain, de La National Endowment for Democracy et du National Democratic Institute.

C’est un agitateur politique de haut calibre.

Il est aussi intarissable. Il a œuvré ou travaille toujours à Radio X, TVA, Canal V, Journal de Québec, Toronto Sun, FM93 et au 98,5 FM Montréal, ainsi qu’au média d’extrême-droite The Rebel.

On l’entend déjà tellement qu’on peut se demander quelle est la pertinence de lui offrir une tribune de plus chez Urbania. Quand, en plus, on vient prétexter la sauvegarde de la liberté d’expression… prenez-nous pas, tous, pour des valises.

Il travaille chaque jour à la radio la plus écoutée de la région de Québec, le FM93 Cogeco, à la plage horaire la plus populaire, le retour.

C’est donc une personnalité qui a un poids disproportionné dans l’espace public et qui s’en sert pour persuader et convaincre.

Regardons maintenant ses idées, surtout celles qui n’ont pas défrayé les manchettes. Elles sont toutes accompagnées du fichier audio prouvant ce qu’on dit.

Contre la liberté d’expression

Savez-vous comment a réagi Éric Duhaime quand le groupe violent d’extrême-droite Atalante est allé intimider les journalistes de Vice en 2018?

Il a banalisé l’intimidation, critiqué les antiracistes et les journalistes et défendu… la suprémaciste blanche Faith Goldy.

Réécoutez l’extrait sur Intimidation chez Vice: la radio-poubelle soutient l’extrême-droite violente

En fait Duhaime défend l’extrême-droite violente à chaque occasion (1) (2) (3).

Contre la démocratie surtout quand il s’agit des pauvres

Duhaime veut priver les pauvres de leur droit de vote et le réserver aux plus riches.

Écoutez l’extrait de 2017 dans Éric Duhaime veut supprimer votre droit de vote.

Démocratie est formé de deux mots du grec ancien. Démos, pour « peuple » puis « kratein » pour « commander » donc « le peuple aux commandes ».

Éric est donc un populiste voulant enlever le droit de vote à la tranche du peuple la plus nombreuse, les pauvres.

Contre les pauvres

Quand une itinérante est menacée par écrit (l’auteur propose de se « débarrasser des quêteux » au lance-flamme, au napalm ou par une balle dans la nuque), Éric Duhaime… défend l’intimidateur. Ça s’est passé en 2013.

Réécoutez l’extrait sur Duhaime critique la victime d’une lettre haineuse

En décembre 2017, Duhaime fait une ligne ouverte haineuse contre les pauvres à la veille de Noël. Il remettra ça avec sa fakenews islamophobe sur la buche des fêtes quelques jours plus tard.

Instrumentaliser Noël pour disséminer la haine… Faut être particulièrement tordu pour arriver à faire ça.

Défenseur du tueur de la grande mosquée de Sainte-Foy

Duhaime trouve que le tueur est un prisonnier politique, un peu comme Nelson Mandela.

C’est en 2018 dans Le tueur de la mosquée est un « prisonnier politique », selon Éric Duhaime

Pour les croix et contre les voiles

Éric Duhaime croit qu’on doit conserver les croix catholiques dans les établissements publics (CPE, hopitaux, écoles, Assemblée Nationale) comme une sorte de bouclier contre un islam qualifié de conquérant et menaçant.

Il est toutefois capable de changer ce discours raciste selon le contexte.

À voir en 2019 dans le Retrait du crucifix à l’Assemblée nationale: la nouvelle croisade islamophobe de Duhaime

Une posture rappelant le Crucifixgate, un épisode de 2017 dans lequel le duo Duhaime et Drainville se lance à la défense d’un crucifix entre deux ascenceurs de l’hopital Saint-Sacrement. Ils seront rejoint par un groupe intégriste catholique, le Mouvement Tradition Québec.

Contre les survivantes de la tuerie de Polytechnique

Cette année, quelques jours avant la commémoration de la tuerie à la mosquée de Québec, Éric Duhaime trouve que ça serait une bonne idée de ridiculiser et dénigrer les survivantes de la plus grande tuerie au Canada, Polytechnique.

Registre des armes à feu: Morin et Duhaime ridiculisent les survivantes de Polytechnique

Pour la banalisation du harcèlement sexuel

Quand son ami Gilles Parent démissionne dans la foulée de #metoo, suite à des accusations d’harcèlement et d’agression sexuels contre d’ex-collègues, Duhaime atténue les faits.

Il dit, en 2018, qu’il s’agit simplement de « flirt ».

Le FM93 manœuvre pour réhabiliter le harceleur sexuel Gilles Parent

Contre les femmes

Lors d’une discussion avec Myriam Ségal en 2016, Duhaime et Ségal affirment que les femmes gagneraient un salaire plus bas par choix, qu’elles auraient des prédispositions génétiques à la faiblesse, qu’elles sont plus « prudentes » et plus « protectrices » « par nature ».

Et ça se termine pas un réquisitoire réclamant la suppression de toutes les institutions féministes existantes.

Les femmes sont inférieures à l’homme pour des raisons biologiques, selon Myriam Ségal

Contre les écolos

En 2015, Duhaime propose de donner des « claques sur la gueule » aux militants de Greenpeace.

Greenpeace: « Ça va prendre des claques sur la gueule »

Contre les Autochtones

Lorsque la cheffe autochtone fait une grève de la faim pour dénoncer les conditions de vie déplorables dans sa communauté en 2012, Duhaime attaque sa crédibilité.

« Elle boit du bouillon de poisson (…) a gagné trois livres depuis le début de son régime (…) elle fait bien pitié (…) Plus d’argent, ça veut dire plus de corruption, pis on remplit encore plus les poches du monde comme Theresa Spence » a-t-il affirmé.

Theresa Spence attaquée par la radio-poubelle

Contre les musulmans

En 2012, Reynald Du Berger affirme qu’« un bon musulman ça existe pas ». Il est en train de citer Éric Duhaime.

Reynald Du Berger: « un bon musulman ça existe pas »

Pour les animaux

Duhaime déteste peut-être les pauvres mais il aime les animaux.

L’urgence d’être lucide face au populisme haineux

Avant-hier, la journaliste Isabelle Hachey a rejoint le débat sur l’embauche de Duhaime au journal de gauche Urbania.

Elle se demande: Est-ce que toutes les idées, même les plus nauséabondes, méritent d’être entendues?

Est-ce qu’en feignant la main tendue, la tolérance, on ne se retrouverait pas à faire exactement l’inverse?

La question est bonne et le texte mérite d’être lu.

Le lendemain, Éric Duhaime répond. L’habile communicateur revient sur les propos qui lui sont reprochés par Hachey, dont la fameuse histoire de la tête de porc ensanglantée déposée à l’entrée d’une mosquée de Québec quelques jours avant l’attentat. « Une bonne blague » comparable à une fausse livraison de pizza, avait à l’époque commenté Duhaime.

On ne saurait tarir d’éloges pour les talents de persuasion de Duhaime. Posé et sans effusion, celui-ci semble répondre de façon mesurée à chacune des accusations.

Sauf que les observateurs attentifs constateront tout de même un hic. Duhaime est aussi le roi des sophistes.

Dans l’affaire de la tête de porc, Duhaime dit qu’il était contrarié par la façon dont les médias traitaient la nouvelle d’un attentat homophobe, la tuerie d’Orlando.

C’est très intéressant, mais ça n’a aucun rapport. Ce n’est pas parce qu’on juge que l’attentat d’Orlando a été mal couvert par les médias que ça rend un acte d’intimidation haineux sur une mosquée plus « drôle »!

Ça s’appelle un sophisme de faux dilemme.

Et, à travers ça, Éric Duhaime prend soin d’éviter de répondre à la question fondamentale posée par Mme Hachey. Est-ce que toutes les idées se valent? Est-ce que, derrière de nobles intentions de tendre des ponts, on n’érige pas, en réalité, de nouveaux barbelés?

Le racisme est-il aussi « bon » que l’antiracisme?

Il y a une chose sur laquelle on est d’accord avec Duhaime, cependant, c’est qu’il faut bien connaître la radio avant d’en parler avec justesse.

Heureusement, on est là pour ça.

Par ailleurs on n’a aucun doute que Mme Hachey a fait ses devoirs avec rigueur et professionnalisme. On parle d’une journaliste de l’émission Enquête récipiendaire de nombreux prix de journalisme.

Lors de son émission tout à l’heure, Duhaime a affirmé être content que l’artiste Stéphane Venne prenne sa défense, suite à sa réponse.

Les naïfs se font berner par le beau parleur qui écrit bien. On va le répéter pour que ce soit clair: Duhaime est peut-être le plus grand communicateur au Québec. Manipulateur, persuasif, convaincant, il en a toutes les qualités.

Avez sa verve, tout a été facile dans la vie pour ce millionaire. L’embauche par Urbania ne fait que le démontrer une fois de plus.

On va le dire et le répéter, le problème avec Duhaime, et la radio-poubelle, c’est le racisme, l’homophobie, le sexisme et l’anti-journalisme systématique.

Et ça, ça ne se corrige pas avec de séduisants sophismes. Un minimum d’esprit critique est de mise.

Le texte d’Isabelle Hachey

La réplique de Duhaime

L’audio de l’affaire de la tête de porc

Peut-être le pire audio qu’on a de Duhaime, c’est lorsqu’il défend un intimidateur violent qui veut bruler une itinérante au lance-flamme