Le conseil de presse invite le CRTC à agir contre CHOI

Le Conseil de presse vient de rendre une décision concernant deux émission à l’antenne de CHOI: le show du matin et Maurais live.

Dominic Maurais, Jean-Claude Ouellet, Denis Gravel et Jérôme Landry sont blamés pour « propos discriminatoires et méprisants, informations inexactes et incomplètes et acharnement. »

La décision du Conseil de presse est disponible sur son site web.

Denis Gravel

Le jugement fait suite aux nombreuses plaintes du Front commun des personnes assistées sociales. La propagation de préjugés au sujet des personnes sur l’aide sociale est l’un des grands thèmes de la radio-poubelle. À preuve, nous possédons plusieurs extraits de la chronique du jeu « The price is right du BS » de l’émission Maurais live.

Il y a quelques jours, les animateurs avaient qualifiés ce que l’on sait aujourd’hui comme étant le jugement du CPQ de « niaiserie ». « J’ai l’impression qu’on entre dans une nouvelle spirale (…) le temps approche peut-être plus vite d’ici la maison au fond du bois sur le bord d’un lac » avait ajouté Denis Gravel. Ils ont rejeté toute culpabilité et même glissé qu’on les brimait de dire des choses importantes. Maurais a tout simplement ignoré la plainte.

Dans sa décision, le CPQ lance un avertissement très clair en faisant référence au CRTC:

Le Conseil croit qu’il est impératif d’intervenir auprès du CRTC pour lui demander de prendre les moyens appropriés pour interrompre dans les plus brefs délais la diffusion de tels propos. La détention d’un permis de radiodiffusion ne constitue pas un droit, mais un privilège conditionné notamment par le respect par le titulaire des droits fondamentaux des personnes.

Ce paragraphe à une importance capitale. Elle rappelle aux propriétaires actuels, Radio-Nord, que c’est le CRTC qui avait suspendu la licence de CHOI en 2004 et repoussé Jeff Fillion et André Arthur vers des canaux plus marginaux, pratiquement aux oubliettes.

Avec l’ouverture récente de Radio X Montréal, dont le succès est loin d’être assuré, les propriétaires prendront-ils le risque de continuer la spirale ordurière?

La radio-poubelle attise la haine dans un but politique et commercial. Mais, au delà de l’idéologie, ce qui compte avant tout, c’est de conserver son emploi. Il ne faudrait pas se surprendre si le ton prenait une tournure plus tranquille dans les prochains jours.

Le Front commun des personnes assistées sociales nous prouve qu’il est possible de brasser la poubelle. Suivons leur exemple. La Coalition enjoint tous ceux qui se sentent brimés à déposer une plainte. C’est à la portée de tous et on fait déjà une grande partie du travail pour vous en publiant les extraits à dénoncer.

MAJ 31 octobre 2012: Le communiqué du FCPASQ
MAJ 1 novembre 2012: CHOI FM blâmée par le Conseil de presse, Québec Hebdo, consulté le 1 décembre 2015.