Le troisième lien, cette dystopie du présent

« Le troisième lien a été le hochet avec lequel on s’est divertis pour oublier à quel point la vie est devenue pourrie dans le turbo-capitalisme »

(…)

« Ç’a été exemplaire, cette manière qu’ont les radios d’opinion d’interférer dans le monde politique », explique au téléphone l’écrivain et professeur de littérature, en rappelant que le fondateur de Québec 21, Frédérick Têtu, bénéficiait d’une tribune régulière sur les ondes de CHOI Radio X. « Le programme de Québec 21 était basé sur les campagnes de promotion de ces radios-là. Cette idée d’être contre le SRB et pour le troisième lien, c’était le programme des radios auparavant. »

ledevoir.com