Le virage identitaire de la droite économique

Cette semaine Éric Duhaime a fait cette surprenante déclaration: les deux points les plus importants en politique seraient

  1. l’économie
  2. l’identité

Pourtant, en 2010, Duhaime co-fondait le Réseau liberté Québec, un mouvement soi-disant « grassroots » (un buzzword à l’époque du Tea party) tentant de mobiliser la droite économique.

Le RLQ mobilisait les mêmes personnes que vous voyez toujours autant dans les médias aujourd’hui:

  • Éric Duhaime
  • Maxime Bernier
  • Ezra Levant
  • Gérard Deltell
  • Jacques Brassard
  • L’institut Fraser
  • Le Journal de Québec

…et ainsi de suite

Sur l’image en en-tête vous pouvez voir les thèmes chers au RLQ. Leur obsession, c’était la dette, la dette et encore la dette. À les entendre, le Québec était à un cheveux de tomber dans un atroce gouffre financier.

Aujourd’hui, chez ces mêmes personnes, le discours a changé. Depuis combien de temps n’avons-nous pas entendu les cris perçants du péril de LA DETTE?

Ces personnes (on n’utilise plus le terme « libertariens » mais plutôt « populistes ») ont réalisé un virage identitaire. Désormais, la priorité c’est de taper sur les minorités tout en se flattant l’orgeuil national.

De froids calculs de comptable, ils ont préféré la chaleur des bonnes vieilles recettes d’antan de la droite traditionnelle, raciste, sexiste et réactionnaire.

Un virage opportuniste vers le populisme, une recette éprouvée pour gagner le pouvoir.