Les faibles doivent bien mourir de quelque chose, selon Fillion et Sénéchal

Sénéchal et Fillion

Non, les populistes n’ont pas cessé de désinformer sur la covid. Tout se déroule de la même façon que depuis le début de la pandémie. Parallèlement, on assiste à un retour à la normalisation de Radio X. La Ville de Québec a déjà recommencé à y placer de la publicité. Tout comme la première entrevue de Marie-Josée Savard, successeure prévue de Régis Labeaume, avait eu lieu à Radio X.

Dans l’extrait suivant vous entendrez

  • Les populistes déplorer l’hécatombe en CHSLD pour, 2 minutes plus tard, se réjouir que ce sont surtout les malades et les faibles qui meurent de la covid, et qu’ils doivent bien mourir de quelque chose
  • Que les non-vaccinés ne sont pas responsables de la circulation du coronavirus puisque le virus obéit à de mystérieuses phases #MiasmesMicroscopiques
  • Que les tests PCR détectent beaucoup de faux positifs
  • Les populistes déplorer qu’il n’y ait pas d’émeutes contre les mesures sanitaires comme en Europe #OnEstDisciplinés

Une étude du CEFIR, publiée en mai 2021, situe ce type de discours à l’extrême-droite, car

« ils insistent sur le fait que la COVID-19 ne serait dangereuse que pour un faible pourcentage de la population et que, conséquemment, les personnes en santé (les forts) ne devraient pas avoir à subir de restrictions de leurs libertés individuelles si c’est pour protéger les personnes vulnérables. »

Extrême droite au Québec. Une chronologie des événements et de la violence. (2010-2020)

Radio X poursuit donc sa dangereuse désinformation sur la covid. Pour ces raisons, vous pouvez porter plainte au CCNR ou au CPQ. Vous pouvez aussi écrire une lettre aux annonceurs.

CHOI: Les faibles doivent bien mourir de quelque chose

25 novembre 2021, Fillion, avec Ian Sénéchal et Jean-François Fillion

12h- JF: « Il y en a 5600 qu’on aurait perdus parce que le gouvernement a mal agi, n’a pas fait ce qu’il fallait faire (…) Ça l’a provoqué 5600 morts. Lui (Francois Legault), dit: j’ai écouté CNN, j’écoutais ce qui se passait aux États-Unis, je voyais ce qui se passait en Europe, je me demandais ce que j’allais faire, la réalité c’est qu’on a affaire a une gang d’amateurs« 

(…)

IS: « Le comité de gestion de crise, on ne prenait pas de notes. La raison qu’on ne prenait pas de notes, c’est que si y avait enquête par après, on voulait pas avoir de papiers, on voulait pas avoir

JF: « De preuves »

IS: « D’imputabilité… on voulait pas de preuves. Et les journalistes ont laissé aller. »

(…)

JF: « Là, on essaie toujours la même maudite patente (…) Je vois les explosions de cas, Pays-Bas, l’Angleterre (…) l’explication facile des journalistes pas de math, ça, c’est de la faute des non-vaccinés (…) Sérieux, ça se peut pas que dans un pays où t’as 67% de vaccinés, même si le Delta est plus contagieux, entre toi et moi, là, si tu te retrouves avec un record de cas dans une journée, on s’entend tu que c’est parce que le virus se promène tout partout, oui, le vaccin te protège, mais c’est tu assez clair qu’il n’empêche pas le virus de se promener nulle part (…) Le nombre de cas… le virus il a des périodes. Il vient pendant 3 semaines, un mois. Il donne un coup. Il s’en va. Mais ça va être ça dans 5 ans! »

(…)

IS: « Le virus est là, tout partout (…) Du virus mort, tu vas en avoir dans le nez aussi, là! Faque, si on te rentre un coton tige et qu’on se met à tester des non-vaccinés, sais-tu quoi ? on va en trouver »

(…)

IS: « Tsé, au début, on se faisait traiter de conspirationnistes quand on disait: c’est comme l’influenza, là. On se faisait traiter de caves (…) Mais, une fois vacciné, c’est un virus qui devient un peu comme les autres. La journée que la majorité de la population est vaccinée, est capable de se défendre, il va encore y avoir des gens qui vont en mourir. Mais c’est les gens extrêmement faibles qui vont en mourir. Tsé, un moment donné, il faut que tu meurs de quelque chose. Bonne chance que ce soit un virus qui t’achève. Ça, c’est une réalité (…) Sauf qu’un décès d’une personne en fin de vie… j’veux dire, faut que tu meurs de quelque chose. Une personne hospitalisée avec la covid et non pas de la covid, on fait pas la différence (…) Et là, on a des cas, les cas montent. Bien oui, tu t’en vas tester des double-vax. Tsé. C’est sûr, tu vas en trouver. Y ont gagné la bataille contre le virus et y a des cochonneries du virus mort qui leur restent dans le nez. »

(…)

JF: « En Europe, le reconfinement ça ne passe pas. Il y a des émeutes! »

IS: « Ici, ça va passer. On est mou et pas à peu près, là (…) »

rx-2021.11.25-chsld-ian-faut-bien-mourir-de-qqch.mp3