Les médias « peuvent faire mieux »

Ça me fascine à quel point, par exemple à Radio-Canada, il y a des accents qui sont effacés. On va apprécier un accent français ou marocain, mais pas un accent du Saguenay ou de la Gaspésie. On veut que l’accent soit plus homogène et tende vers un « français international ». Lorsque je retourne dans ma famille, je me rends compte qu’on ne s’intéresse pas du tout aux mêmes médias. Je comprends pourquoi les radio-poubelles à Québec rejoignent un public qui ne se sent pas concerné par les autres médias.

lapresse.ca