Les turbulences d’une radio X

Il est clair que manipuler la population à coups de thèses abracadabrantes et délétères est un droit. Mais la Ville a le loisir aussi de couper les vivres à CHOI Radio X. Et les commentateurs possèdent celui de blâmer des esprits malfaisants qui poussent leurs concitoyens au-devant d’un virus assassin en roue libre. Avec fol (et vain ?) espoir de voir de dangereux agitateurs perdre le terrain dans cette étrange et municipale guerre civile.

ledevoir.com