Monette condamné pour propos haineux

Dans une décision rendue récemment, le Conseil de presse du Québec condamne Carl Monette pour des propos qu’il a énoncés en novembre 2014.

Carl Monette avait alors affirmé que mettre « une balle dans le front » à quelqu’un accusé de meurtre, c’était quelque chose de souhaitable. Il avait aussi souhaité réintroduire la peine de mort pour Guy Turcotte.

Monette avait conclu son plaidoyer par ces mots:

« tant qu’à moi, je les passerais tous : les pédophiles, les meurtriers, les violeurs. Je les mettrais tous dans la même chambre pis j’ouvrirais le gaz, ce serait pas long. »

En référence bien sûr aux camps d’extermination nazis. Et Monette se voit très bien dans le rôle du bourreau. Pour écouter:

Monette_10_11_2014-GazerLesCriminels.mp3

Le Conseil de presse du Québec conclut que…

Il ne fait cependant aucun doute que par leur degré de violence, les suggestions entendues durant cette émission doivent être considérées comme une forme d’incitation à l’exécration et au dénigrement de certaines personnes, précisément ciblées. En suggérant de traiter certaines personnes, criminelles ou pas, comme on le fait avec des animaux atteints de la rage, comme le suggère un auditeur, ou en les gazant massivement, comme le suggère cette fois l’animateur, dans une référence à peine voilée à l’Holocauste, le Conseil est d’avis que les mis en cause ont clairement porté atteinte à la dignité des personnes en cause, notamment Guy Turcotte et Jean-François Roy.

Au vu de ce qui précède, le Conseil retient à la majorité (6/7), le grief de propos haineux portant atteinte à la dignité. D2014-11-053

Nous saluons la décision du Conseil de presse. Nous souhaitons que ça aidera Radio X à prendre la bonne décision, soit de montrer la porte à Carl Monette.