Le tramway et le cancer de Québec

La radio-poubelle a commencé à faire spinner des soupçons de corruption autour du tramway.

Soyons clairs: si la radio-poubelle souhaite chercher des poux à la construction du #tramway, c’est leur droit le plus strict.

S’ils questionnent des politiciens et demandent des comptes, pour une fois, bravo.

Sauf que… Ce n’est probablement jamais arrivé, en 20 ans, que la radio-poubelle déniche de vraies histoires de fraude ou de corruption.

Par contre, l’inverse s’est souvent produit.

L’amphithéâtre, l’agora du vieux-port, la Nordique Nation, la collection de voitures anciennes de la famille Demers, sont tous des projets ayant bénéficié de l’appui aveugle de la radio-poubelle.

Tous des éléphants blancs.

Tous financés par le gouvernemaman #mestaxes

Même chose pour le #3eLien: c’est juste qu’ils ne s’en sont pas encore rendu compte.

Et le traitement que réserve la radio-poubelle au tramway, c’est comme le reste: malhonnête et biaisé.

Le projet n’est pas scruté à la loupe parce qu’il y a anguille sous roche. Le projet de tramway est scruté parce que les animateurs de radio-poubelle sont contre!

Quitte à inventer des histoires.

À force de répéter et répéter qu’il y a de quoi de louche avec le tramway, qui sera le premier mouton de politicien qui lancera une enquête?

À surveiller!

Autre affaire.

Si on observe la trajectoire de l’idée d’implanter un transport en commun structurant depuis 10 ans, c’est cahin-caha.

Le projet a été adopté, rejeté, transformé des dizaines de fois.

Peut-être en partie à cause de la radio-poubelle, toujours là pour mettre des bâtons dans les roues d’un projet qui pourrait, selon les « pro autos », ôter des voies et des routes aux automobiles.

On peut déplorer la courte vision des politiciens, incapables de bien ficeler un projet d’envergure.

Mais il y a lieu de se demander si la présence de la radio-poubelle ne rend pas le débat impossible?

Serait-il possible que, dans un contexte aussi toxique et hostile au transport en commun, on soit incapable d’avoir un débat serein sur un sujet aussi crucial ?

Serait-il possible qu’à chaque étape où des politiciens ont eu l’intention de lancer une consultation publique, ils y aient pensé deux fois en se disant « si on fait ça, Fillion va mobiliser sa secte et ça va être tout un freak show. Une vraie catastrophe! » ?

Serait-il possible que de lancer un projet d’envergure dans la région de Québec soit rendu impossible à cause de la radio-poubelle?

Rappelons que Québec est la seule ville canadienne d’envergure sans système de transport en commun structurant.

Rappelons que des automobilistes avaient bloqué et insulté des chauffeurs du RTC à l’époque où la radio-poubelle faisait campagne contre des voies réservées sur une autoroute.

Il est grand temps qu’on commence à allumer et qu’on sorte de l’angélisme.

La radio-poubelle se développe comme un lent cancer des idées.

À visage caché ou découvert, la même Safia transparente

Safia Nolin a trouvé une façon originale de retrouver du contrôle sur le harcèlement de Radio X: utiliser leurs propos dans son spectacle.

Puis on entend un long extrait de Radio X, où l’on raille l’auteure-compositrice-interprète avec une méchanceté désespérante : tous ceux et celles qui avaient essayé d’ignorer la radio poubelle de Québec ne peuvent pas se boucher les oreilles. Gros malaise, dites-vous ? Un moment terrible.

ledevoir.com

Tweet sur la « vasectomie obligatoire »: Maurais traite les féministes de « féminazies », de « folles » et de « anti-hommes »

Le 10 juin, la présidente de la FFQ, Gabrielle Bouchard, écrit un tweet ironique sur la « vasectomie obligatoire ».

L’idée est de démontrer qu’alors que le ventre des femmes est un sujet de discussion constant, il est impossible de faire la même chose au sujet du corps des hommes. Gabrielle Bouchard cherchait ainsi à démontrer un double standard.

Elle a aussitôt reçu un grand nombre de réactions outrées d’hommes choqués et de masculinistes frus, ne faisant que prouver la pertinence de sa réflexion.

L’un de ceux-là est Dominic Maurais qui a réagi en faisant une super méga crise du bacon.

D’abord, il a qualifié les féministes d »extrémistes », de « féminazies », de « folles » et d' »anti-hommes ».

Puis, il en rajoute en disant que l’avortement n’est « pas un débat » au Québec.

Tellement pas qu’il y a 2 semaines, Fillion réclamait l’interdiction de l’avortement au deuxième ou troisième trimestre (le qualifiant de meurtre) et que Maurais lui-même disait apprécier la loi restrictive en Géorgie, interdisant l’avortement après 6 semaines seulement.

Avec ce qui se passe aux États-Unis, les masculinistes des médias d’ici se sentent de plus décomplexés de parler du sujet et de réclamer des restrictions à l’avortement. Les femmes souhaitant garder le contrôle sur leur corps auraient intérêt à rester vigilantes.

Parce ce que grâce, entre autres, à la radio-poubelle, le sujet est en train de revenir au premier plan de l’actualité.

Radio X : Maurais fait sa crise du bacon

11 juin 2019, Maurais live, avec Dominic Maurais et Laurent Gaulin

7h20- DM: « Dire une connerie pareille sous un couvert humoristique, j’ai pas trop compris, elle mélange l’avortement là-dedans. Regarde, c’est même pas un enjeu au Québec, l’avortement (…) »

« Elle se donne de l’importance en insultant les hommes (…) La détestation des hommes auprès des féministes radicales, ceux que certains aux États-Unis appellent des féminazies, c’est-à-dire les folles, n’ayons pas peur des mots, les anti-hommes (…) C’est parce que là, on tombe dans la détestation du genre humain. On tombe dans une autre sphère. On tombe dans la haine des hommes. La misandrie. On tombe dans un mode guerrier (…) »

« Les petits gars ont de la misère à l’école… décrochage… Ritalin. Elle sort dans les médias en disant qu’il faut vasectomiser les enfants… les garçons de 18 ans. Autrement dit, les stériliser. C’est la démission, là! (…) C’est la Fédération des Femmes du Québec! Pas de l’Alabama! Ici, il n’y en a pas de débat (…) Moi, je n’en fais pas un thème (LOL) (…) C’est pas un sujet d’actualité au Québec (…) »

« Elle dit ce qu’ils pensent dans le camp des féministes extrémistes. Que les hommes sont des salauds. Que les hommes sont des violeurs. Que les hommes sont toxiques. Que les hommes devraient être éliminés. Tout le discours autour de la toxic masculinity, c’est un peu ça. C’est comme si on avait été beurré comme étant toxique à la naissance, les hommes (…) Un moment donné, il va falloir prendre le parti des garçons dans la société matriarcale dans laquelle on vit (…) On ne devient pas femme (…)

dom-replique-a-la-presidente-de-la-ffq-une-radicale-anti-hommesdehors_2019-06-11.mp3

Bouchard défend le bar accueillant des nazis

La fin de semaine dernière, deux groupes de musique associés à l’extrême droite nazie ont joué au Bar le Duck. Ces groupes avaient prévu de jouer dans une salle communautaire, le Centre Durocher, mais l’intervention d’antifascistes a fait annuler le spectacle, les forçant à changer d’adresse.

Ces groupes sont Légitime Violence, dont la plupart des membres sont aussi membres du groupe d’extrême-droite Atalante, et des Français de Baise ma hache.

Sylvain Bouchard du FM93 réagit. Il aurait pu dire que l’idéologie nazie était infecte. Il aurait aussi pu féliciter la Ville ou les antiracistes pour avoir fait annuler le spectacle.

Bouchard a plutôt réagi en… réservant ses pires critiques pour les antifascistes et en disculpant le propriétaire du Bar le Duck.

La situation n’a pas changé depuis 2012, alors que le même Sylvain Bouchard du FM93, Denis Gravel et Jérôme Landry de Radio X, défendaient aussi le groupe Légitime Violence au nom de la « liberté d’expression », voyez-vous…

… alors que Légitime Violence, dans leurs tunes, parlent de « poignarder des gauchistes efféminés » et de « dérouler les barbelés, préparer le Zyklon B », le poison utilisé dans les camps de la mort nazis.

FM93: Bouchard défend le bar accueillant des nazis

10 juin 2019, Bouchard en parle, avec Sylvain Bouchard (00:09:59)

8h30 – SB: « Les gens s’en prennent au propriétaire de la salle… est-ce que lorsqu’un client vient prendre une bière il doit lui faire passer un test des valeurs? (…) Moi, j’ai rien contre ces groupes-là qui contestent et qui font la lutte, que ce soit extrême-gauche ou extrême-droite, tout ça, ok, mais là, vous en êtes rendus à condamner un bar (…) »

« Je trouve que ça va un peu trop loin. Je ne condamne pas le combat contre les extrêmes, vous le savez, vous avez juste à m’écouter (LOL) (…) »

SB- « Oubliez pas de regarder des deux bords aussi. Vous faites quoi des groupes de hip-hop qui dénigrent les femmes? (c’est arrivé en 2017, les féministes ont contre-manifesté) Les groupes d’extrême-gauche? (…) »

bep_alexis_spectacle_n_o_nazi_lun_10_juin_2580656_1560179050784846.mp3

Denis Gravel blamé pour « non-respect de la présomption d’innocence »

Le Conseil de Presse du Québec blame Denis Gravel pour « non-respect de la présomption d’innocence d’Audrey Gagnon ».

Madame Gagnon était alors soupçonnée du meurtre de sa fille de deux ans.

Le Conseil de presse du Québec retient la plainte (…) et blâme les mis en cause pour non-respect de la présomption d’innocence d’Audrey Gagnon. Le Conseil rejette le grief de non-respect de la présomption d’innocence dans le cas d’Alexandre Bissonnette, ainsi que les griefs de manque d’indépendance du média et de propos méprisants incitant à la violence. Le grief de propos heurtant la sensibilité du public est rejeté à la majorité (5/8 membres).

d2018-04-051